Gets to the Exit

Les meilleures idées viennent souvent de concepts simples. Gets to the Exit ne faillit pas à cette règle et ne paye pas de mine, avant qu’on en devienne accro. Surtout si vous aimez la difficulté ! Mais les autres, alors ?

Un chemin semé d’embuches…
De petits bonshommes des cavernes débarquent d’une porte dimensionnelle sur une plateforme trop petite pour eux. C’est pourquoi ils se dirigent automatiquement vers l’avant, sans jamais s’arrêter. Un mur ? Ils rebroussent chemin toujours sans discontinuer. En clair, nous avons à faire à de vrais Lemmings modernes. Votre but sera, comme dans l’ancien jeu de Psygnosis, de les mener à destination sans qu’aucun ne perdre la vie tout au long de son périple.
Sur des écrans fixes, plusieurs plateformes s’affichent à plusieurs hauteurs. Certaines peuvent alors être bougées de haut en bas, via l’écran tactile. Le but est de percher les personnages assez haut pour que lors de leur furieuse descente d’une plateforme, ils tombent sur les bons “trampolines ” ou parcourent assez de distance pour éviter tous les pièges qui les guettent : du vide, des flammes, des pics…
Attention cependant : en soulevant une plateforme, vous soulever aussi toute la croute terrestre qui se trouve en dessous. Si des personnages se trouvent sur la plateforme à côté et touchent cette “croute”, alors ils prennent feu et il en est fini de votre partie parfaite. En clair : vos gameplays amis sont aussi vos ennemis et c’est là que se corse le jeu, qui bénéfice qui plus est d’aucun moment de répit. Vos personnages marchent, ne s’arrêtent jamais et vous devez évidemment réfléchir à chaque action à entreprendre à la vitesse de la lumière. Pas de pression !
Amusant, mais difficile
Loin d’être détendu, ce jeu ne marquera pas vos moments les plus calmes en salle d’attente par un moment reposant et des sourires. Au contraire, votre tablette risque d’en prendre plein son grade et les jurons vont s’enchaîner : Gets to the Exit est difficile, excessivement. Il demande de recommencer chaque niveau une bonne dizaine de fois avant d’en parvenir à la fin et quand on sait qu’au final il faut parcourir près d’une centaine de défis, on désespère.
En soi, on en a pour son argent. Surtout que la partie “son” est amusante, que visuellement c’est plus que potable et globalement, la durée de vie ne déçoit pas. Reste que si votre iDevice ou votre Android est destiné à vous distraire de façon amusante et sans prise de tête, Gets to the Exit n’est clairement pas le bon choix. Pour les autres, ceux qui aiment se faire du mal, il n’y a aucun doute à avoir. Le titre demande beaucoup de dextérité et propose un gameplay réfléchi, loin d’être accessible à tous. Enfin, son aspect Lemmings est très appréciable.
La chance que possède Gets to the Exit est clairement dans son level-design, intelligent et très rarement répétitif. Au fil des niveaux, on découvre de vraies nouvelles idées de design et on ne nous demande pas, du coup, de refaire inlassablement les mêmes actions avec un simple jugement de rythme à respecter. Il y a de l’idée derrière chaque niveau (sauf peut-être à ceux qui servent de tutoriel en début de jeu, évidemment) et c’est d’autant plus appréciable que c’est ce qui fait cruellement défaut à bon nombre de titres sur ce genre de support.

Laisser un commentaire