Avis rapide sur le Paris Games Week

Cette année encore, la Paris Games Week a fait carton plein avec un nombre impressionnant de visiteurs de tout âge. Je vais vous présenter mon ressenti suite à ma journée dans le salon, en tentant de rester objectif bien sûr…

Le premier point important que j’aborderai, c’est l’organisation du salon. Paris Games Week a en effet pour but d’en mettre plein la vue à quiconque voudrait venir visiter avec des stands immenses, des écrans à ne plus savoir où donner de la tête et des animations sur scène. Le gros soucis, c’est que si on va dans un salon de jeux vidéos, c’est pour découvrir ou jouer à des jeux, ici on pouvait voir nombre de compétitions dont CounterStrike, League of Legends ou encore Mario Kart mais pour ce qui est des stands à proprement dit, à part faire 6h de queue pour avoir le plaisir de toucher une manette 3 minutes environ, on reste sur notre faim. C’est bien malheureux à dire, mais se permettre d’installer des écrans à gogo pour montrer la supériorité financière du salon, c’est pas son but final il me semble.

Au niveau de sécurité, il semble y avoir des failles aussi. En effet, lorsqu’on s’aperçoit qu’il y a des vols de matériel de l’ordre de plusieurs milliers d’euros pour des développeurs indépendants (sur le stand des écoles de jeu vidéo) et que la direction rejette la faute sur les victimes, il faut se poser des questions.

On a entendu pas mal parler des PEGI dans la presse ces derniers temps, au niveau télévisé ou écrit, le fait est qu’une étude montre que peu de gens respectent ces conditions d’âge. Quand on voit des files d’attente pour des jeux à PEGI 16 ou 18 bondées d’adolescents de 12 à 15 ans, c’est absurde. Aucun filtre n’a été mis en place, à part au niveau de Nintendo où les jeux déconseillés au moins de 18 étaient surveillés par trois vigiles qui refoulaient les personnes mineures. Pour les exposants, je souhaite d’ailleurs quand même féliciter Nintendo qui a su se placer au dessus des autres en installant un système de pass qui donnaient accès à la partie Wii U pendant 30 minutes, cela permet d’éviter des files d’attente interminables, et même les rendre inexistantes, car une fois le ticket en poche vous pouvez vous balader dans le salon en attendant votre demi-heure de plaisir.

C’est bien dommage que seul Nintendo ait eu cette idée très sympathique. Attendre de nombreuses heures pour essayer un jeu qui va sortir dans une ou deux semaines, c’est vraiment une bonne blague quand même ! Pour conclure : peu de jeux attendus étaient présents dans le salon, à part au niveau de la Wii U. La plupart des jeux présentés dans le salon étaient déjà disponibles ou avaient une sortie imminente courant du mois de novembre. Aucun intérêt donc. Un événement assez mal organisé avec une sécurité inexistante, tant au niveau des exposants qu’aux jeux avec PEGI. Si les organisateurs ne prennent pas en compte ces nombreuses critiques, on pourra dire au revoir à ce salon dans quelques années…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.