Anodyne

Anodyne

Les jeux indé, on dit que c’est toujours inventif et pleins de petites perles. Mais si vous êtes lecteur réguliers vous savez que ce n’est pas toujours le cas et que quand un jeu indé est raté, il est bien raté. A l’inverse, quand il est réussi c’est particulièrement jouissif. Ici on se situe dans la seconde catégorie. Réminiscence de Zelda en plein dans la tronche, scénario des plus intrigant, univers hors du commun et graphismes aux pixels tous plus sexy les uns que les autres, Anodyne vous embarque dans un trip aux feelings délicieusement retro et aux thèmes actuels.

Anodyne, un jeu pas anodin

À titre personnel, je trouve que parler d’un bon jeu est difficile. Critiquer est toujours plus facile que complimenter. Ainsi pour ne pas briser vos rêves je vais direct vous spoiler : le titre présenté ici est un très bon jeu ! Je commence par là parce que je vais maintenant parler de ses défauts pour en être débarrassé.

Comme on s’en rend compte au premier coup d’œil, Anodyne est un Zelda like, et un bon Zelda like c’est assez rare pour être mis en avant ! Toutefois, n’est pas Zelda qui veut, et si la structure globale du jeu est des plus réussie, le rythme quant à lui a du mal à suivre. Vos objectifs ne sont jamais vraiment clairs et vous êtes lâché dans un vaste monde sans trop d’indications. Vous serez bien sur guidé au début mais une fois le premier donjon fini, à vous la liberté quasi-totale ! Quasi parce que comme dans tout bon Zelda like, tout n’est pas ouvert dès le début, chaque donjon vous apportera une clé qui ouvrira différents passages à travers le monde. Seul hic, ces passages sont trop rares, et toute la map vous est pratiquement ouverte.

Une fois les 3 premiers donjons finis vous n’avez plus aucune indication et il ne vous reste plus qu’à récupérer toutes les cartes personnages du jeu pour continuer. Pas très excitant en effet, sans compter que tout vous est ouvert, pas de compétences à débloquer, ni de nouvel item dans chaque donjon. Les rewards classique qui poussent à continuer un jeu Zelda sont presque inexistant, mais alors qu’est ce qui fait qu’Anodyne est si plaisant à jouer ?

La vie, la mort, les balais

Soyons honnêtes, les graphismes sont sans aucune hésitation l’un des atouts majeur du jeu. Tous ces pixels magnifiquement agencés (à l’exception de la zone des falaises, qui ressemble trop à un rip off RPG Maker), et ces mondes toujours pleins de surprises. Allant des classiques grottes et cie à des décors plus actuels, des villages, des villes, un hôtel de luxe. Oui, le titre cache beaucoup de chose.

À commencer par un scénario très particulier. Je ne vais rien dévoiler ici si ce n’est que notre perso est un papy et se fait appeler Young par tout le monde. L’intrigue se densifie au fur et à mesure et les environnements tendent vers le bizarre, étrange et parfois glauque. Cette sensation de ne rien comprendre et d’être perdu dans un univers de tourments, alors que 5 minutes plus tôt on était à la plage à tuer des chauves souris avec son épée, est ce qui vous fera vous rappeler de ce jeu un bon moment. Vos rewards pour l’avancé dans le jeu seront donc la découverte de ces lieux tous à caractères plus incroyables les uns que les autres…

Wait a minute… j’ai dis « épée » plus haut ? Toutes mes excuses, je voulais bien sur dire balai. Notre héros est un papy qui attaque avec un balai, oui, tout va bien, ce n’est pas du tout handicapant d’ailleurs. Bien au contraire, ledit balai permet même de ramasser des moutons de poussière à déposer ou vous le souhaitez dans la zone de jeu en cours. Ceci vous servira à bloquer des pièges voir même si vous le mettez dans l’eau, il vous servira de radeau de fortune. Et des pièges il y en aura… Le jeu a moins d’énigmes qu’un Zelda mais beaucoup plus de pièges et de possibilités de mourir. Pas trop difficile mais pas trop simple non plus, le jeu s’équilibre bien dans ce domaine. Seul regret, le manque d’item et de compétences fait que les boss se ressemblent un peu.

C’est plutôt court comme texte comparé à ce à quoi je vous ai habitué, je sais, mais Anodyne est si bien construit, fin et intelligent qu’en dire plus n’est pas nécessaire. Explorer le monde, ses habitants et ses dangers est toujours jouissif et vous ferra sentir comme jouer à un kind of Zelda avec moins de gameplay mais renforcé d’un scenario et un univers plus profond.

Anodyne est beau, frais, doux, glauque, pleins d’humour, étrange et terriblement bizarre quand il veut. Tout ça pour vous faire vivre un voyage inoubliable à petit prix, Pourquoi résister ?

Laisser un commentaire