Sang Froid : Tales of Werewolves

J’ai un certain respect pour les personnes qui sont capables de vivre toute l’année sous les éléments comme la neige. En bon Auvergnat, les seuls éléments contre lesquels je lutte sont l’administration et la stupidité télévisuelle ambiante, contre qui il faut beaucoup de sang froid pour lutter. Cela tombe bien, Sang Froid est le titre du jeu que nous allons tester aujourd’hui, elle n’est pas belle la vie ?

Tabernacle, arrêtons de niaiser et introduisons !

Je vous rassure, les seuls stéréotypes du Grand Nord que vous pourrez lire ici seront dans les titres pour m’éviter de nos chers amis québécois de quelconques remontrances. Mais pourquoi Québécois me direz vous ? Car les plus malins d’entre vous auront compris qu’aujourd’hui je vais vous narrer le jeu d’Artifice Studio, qui est un studio, tous en choeur, québécois. De toute façon, si vous n’aviez pas compris ce fait avant de voir le jeu à la vente sur Steam, dont il a passé le Greenlight avec succès, vous le comprendriez en regardant le Trailer francophone du titre. Je vais tout de suite me fourvoyer : le doublage est une des choses très réussies dans ce Sang Froid.

 

L’histoire commence et s’étale sur le mois de décembre 1858 dans l’est du Canada, le Grand Nord. Les péripéties des frères O’Carol commencent quand leur soeur tombe étrangement malade et que les loups commencent à attaquer la maison où ils sont logés toutes les nuits. Je ne vous en raconte pas plus, mais sachez que l’histoire est écrite par Bryan Perro, un auteur canadien primé au Québec. Le jeu est un Tower Defense en vue TPS où vous devrez défendre vos bâtiments contre ladite horde de loups. 

Je m’en vais lui faire son affaire à ce gameplay !

Quand on commence le jeu, on ne peut qu’être ravi. Pendant le premier long chargement qui précède le lancement du jeu, on entend une musique tellement entrainante qu’il m’est arrivé de danser devant mon PC. Le seul problème, c’est que ce chargement peut être long. Très long. Jusqu’à dépasser la minute. Problème local ou du jeu en lui-même, je ne sais pas. Cependant, je continue de danser.

 

Le jeu est découpé en 3 phases, toutes évidemment différentes. La première phase est la phase de stratégie. Comme décrit précédemment, les loups vous attaquent toutes les nuits et il vous faut les ralentir pour pouvoir les éliminer rapidement et efficacement. Vous pourrez vous défendre au moyen de pièges dont l’activation sera expliquée dans la phase suivante.  Ces pièges sont composés de pièges à loups (évidemment), de sacs de pierres en hauteur voire même d’appâts constitués de ce qui semble être des lapins morts.

 

La deuxième phase est là où toute l’action du jeu se passe, c’est la phase d’action TPS. Vous jouez un des frères O’Caroll et vous devez repousser ces bêtes de l’enfer. Vous devrez protéger vos bâtiments grâce aux pièges posés précédemment. Une feature du jeu est d’une des meilleures idées du jeu : les loups attaquent en meute, certes, mais sont-ils réellement sans peur ? L’idée est simple : il existe une jauge d’intimidation, contrôlée par votre habilité à donner des coups, à crier et par certains pièges… comme le feu de joie. Quand les deux jauges se stabilisent, l’animal attaque. Cependant, cette stabilisation vous laissera le temps en théorie de lui envoyer un coup de fusil dans le museau. Cette partie est dynamique et intéressante, mais elle est surtout évolutive avec de nouveaux pièges, de nouveaux bâtiments à explorer et de nouvelles créatures à combattre.

 

La troisième phase se déroule dans le village et vous permettra de faire vos courses à l’épicerie du coin pour acheter des munitions ou d’autres objets nécessaires pour votre progression. Chose originale, vous pourrez bénir balles et munitions dans le but de terrasser beaucoup plus efficacement vos ennemis. Cette phase, bien que normale au regard de tout le reste de la production vidéoludique, n’en reste pas moins bien réalisée.

T’as fini de te crosser sur ce jeu ?

S’il n’y avait qu’une seule production Greenlight de ces derniers mois qui devrait être achetée, je pense que cela devrait être Sang Froid – Tales of Werewolves. Le jeu bénéficie d’un gameplay extrêmement sympathique, le tout baigné dans une réalisation formidable et une musique des plus géniales. Cette musique aux rythmes endiablés traditionnels vous emportera au bout de la nuit dans ce Tower Defense TPS qui risque bien d’être, pour moi, le meilleur jeu indépendant de ce début d’année 2013.

Si vous avez toujours rêvé d’aller au Canada sans pour autant en avoir le temps ni l’argent, foncez sur Sang Froid, vous ne serez pas déçu. Pour les autres, il vous restera un jeu extrêmement sympathique pour une dizaine d’euros, c’est tout ce que l’on demande, non ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.