Pacific Rim

Yuke’s revient pour votre plus grand bonheur, après des années de jeux de catchs et un Real Steel mémorable, pour venir surfer sur une franchise avec des bonnes idées, mais aucune maitrise. Prenez Real Steel, remplacez-le par les robots et créatures de Guillermo Del Toro et vous obtenez cette adaptation. Est-ce totalement mauvais pour autant ?

Vide, mais splendide au cinéma…

Malgré ses scientifiques “rigolos” et son manque évident de gros scénario, Pacific Rim reste une claque artistique, visuelle, une vraie leçon de mise en scène. En faire un jeu n’est donc pas forcément évident, surtout quand il faut faire plus moche que le produit à une époque ou les productions vidéoludiques sont jugées seulement sur leur beauté (eh oui, c’est un constat désespérant). Résultat : Pacific Rim en jeu vidéo vous propose d’affronter les monstres du film, les Kaiju, avec vos robots construits par des humains, les Jaegers.

Oubliez l’histoire, la logique des affrontements, tout cela n’a absolument aucun intérêt dans les deux modes Solo proposés : scénario (aheum) et Survival (enchaînant les combats avec une seule jauge de vie). Ces deux modes se contentent de vous proposer plusieurs missions, sous-entendus un ou plusieurs combats fixés dès le début et sans aucun contexte scénaristique. Vous aurez par exemple, sans aucune logique, des affrontements entre Jaegers qu’on peut penser complètement impossibles si on a vu le film. M’enfin apparemment, franchement, les développeurs ne l’ont pas vu…

Plutôt que de tenter l’originalité, ils recopient donc à la lettre leur Real Steel, lui-même adapté d’un blockbuster avec Hugh Jackman, ou il s’agissait de voir des robots s’affronter dans des combats en arènes. Tout est identique : la lenteur des mouvements, les animations jolies, mais qui sont gâchées par des arrières-plans insupportables de mocheté et surtout, un manque de défi et de richesse de gameplay assez effarant.

Vide et quelconque en jeu vidéo…

Tout est mou, comme dans les vieux jeux de catch du développeur justement. Tout manque d’originalité, d’entrain, de motivation. Tout se veut grandiloquent et est finalement d’un ennui mortel. Alors oui, c’est bien animé, forcément bien adapté visuellement, mais il y a que ça. Le reste est un jeu vide d’intérêt, où l’on vous propose (encore comme dans Real Steel) de débloquer des morceaux de robots pour créer le vôtre. Et comme pour Real Steel, comptez sur les développeurs pour sortir des morceaux overboostés en DLC que personne n’achètera.

Le jeu Pacific Rim se destine aux moins regardants, à ceux qui veulent absolument contrôler un Jaegers sans trop vouloir se retrouver devant un jeu de qualité. Aux curieux, aux fous qu’un rien n’éclate. Il a pourtant de très bons côtés : chaque robot possède son attaque spéciale vue dans le film et le mode multijoueur peut, en soi, être très amusant en ligne. Malheureusement, une fois un robot créé avec des pièces trouvées dans les missions les plus avancées ou tout simplement en DLC, vous serez face à des adversaires d’un bien plus haut niveau. C’est très triste, car mine de rien on reste persuadé que Pacific Rim avait tout d’un bon jeu vidéo !

Skywilly

Rédacteur en chef collectionneur de Skylanders et qui passe beaucoup trop de temps sur ces briques Lego. Heureusement qu'il y a des petits jeux pour s'évader ! Auteur de Le jeu vidéo indépendant en 2015 : Portraits de créateurs

Skywilly

Skywilly

Rédacteur en chef collectionneur de Skylanders et qui passe beaucoup trop de temps sur ces briques Lego. Heureusement qu'il y a des petits jeux pour s'évader ! Auteur de Le jeu vidéo indépendant en 2015 : Portraits de créateurs

Une pensée sur “Pacific Rim

  • 30/08/2013 à 22:33
    Permalink

    Haha, j’ai joué à la démo sur le XboxLive, c’était une bonne poilade. Le nanar fait jeu vidéo, d’une mollesse sans nom, comme tu le dis. Et en plus c’est gris et moche ^^

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.