Game Dev Tycoon

Évidemment copié sur le Game Dev Story de Kairosoft, Game Dev Tycoon a toutefois réussi à faire parler de lui grâce à une campagne antipiratage amusante. Depuis, le jeu est assez connu dans le milieu des titres chronophages et vient de sortir sur Steam. Le moment idéal pour vous dire vraiment ce qu’on en pense…

Plagiat pas facile !

On ne va pas vous dire que chaque élément ressemble ou non à Game Dev Story, ce serait stupide. Oui, le jeu lui ressemble énormément, en reprend la substantifique moelle, le corps qui va avec, mais il parvient à obtenir une identité qui lui est propre et surtout, on n’a jamais vu quiconque se plaindre qu’un FPS ressemblait de trop à un autre FPS.

Game Dev Tycoon c’est vous dans votre garage, dans un univers entièrement dessiné en 2D vectorielle. Vous créez votre premier jeu : le nom, l’univers, le genre, la plateforme (prenez le PC, il a de l’avenir !) et vous vous lancez dans la création. Des petites pastilles oranges (Design), bleues (Technique) ou rouges (Bugs) sortent alors de votre ordinateur et vont être comptabilisées dans l’interface. Trois fois pendant le développement, on vous demandera d’équilibrer des jauges créatives : plus de Game Design pour moins d’Intelligence artificielle ? Plus de sons pour moins de graphismes ? Tout cela aura un impact sur la qualité du produit final.

Une fois terminé, le jeu peut être publié. Néanmoins, on vous conseille d’attendre un peu que votre avatar virtuel en corrige les bugs. Après seulement, vous pouvez l’envoyer en version Gold se faire capturer par les joueurs du monde entier. Les critiques tombent : quatre magazines donnent une note sur 10 à votre jeu. S’en suit le graphique des ventes qui grimpe en temps réel et semaine par semaine. Et évidemment, l’argent coule à flots… Ou pas, si vous avez fait un bide.

C’est cela Game Dev Tycoon : une simulation de création de jeux vidéo avec une belle mise en abyme. Une fois un nombre conséquent de jeux vendus et un bon pactole récolté, on achète ses premiers locaux et là, il est possible d’engager de nouvelles têtes pour travailler avec eux. Cela vous permettra d’obtenir évidemment plus de pastilles pour plus de points et donc, des jeux beaucoup plus réussis. Aussi, les collègues peuvent être attribués à un certain type de travail : l’un pourra se concentrer sur le Level Design, l’autre sur les dialogues, etc. Évidemment, dès qu’ils auront du temps libre, vous pourrez les faire s’entraîner en participant à un concours de création de jeu totalement bénévole ou en leur faisant lire des pavés explicatifs sur le nouveau code à la mode.

De la recherche avant tout…

Au fur et à mesure des créations, vous glanez des points de recherche. Cela vous permet d’acheter de nouvelles connaissances : de nouveaux thèmes de jeu par exemple, mais aussi des spécificités techniques tels que le monde libre, les dialogues à choix multiples, etc. Tout cela pourra être ajouté à vos jeux pour leur donner encore plus d’intérêt et de potentiel auprès des joueurs, mais attention : cela coûte toujours plus d’argent. Game Dev Tycoon est très réussi dans le sens où l’évolution des possibilités est réellement vaste : vous débloquerez différentes tranches d’âge, des budgets plus ou moins conséquents, du multigenre, etc.

Si vous avez besoin d’argent, vous pouvez aussi faire des petits contrats : du character design rapide pour une société obscure, un peu de programmation, etc. Ces contrats permettent de ne pas s’ennuyer entre les temps morts et de renflouer les caisses. Aussi, vous pouvez être commandité par un Éditeur qui vous demandera un certain type de jeu sur un certain type de console dont vous devrez posséder la licence (c’est d’ailleurs pour cela que le PC est clairement moins onéreux à choisir comme plateforme de sortie de base). Si vous ne sortez pas un bon jeu, l’éditeur vous enlèvera une grosse pénalité financière sur votre contrat.

Ce qui est vraiment plaisant dans Game Dev Tycoon et qui fait qu’on n’en sort pas facilement, c’est son historique du jeu vidéo. On commence avec les premiers ordinateurs et la NES pour terminer vers un futur plus lointain que la Xbox One et la PlayStation 4. Évidemment, toutes les consoles ont des noms différents et parodiques, même les visuels différent toujours un peu, mais on les reconnaît vite. Et comme dans la vraie vie, l’ersatz de Dreamcast ne restera pas longtemps sur le marché, les gens crieront au scandale et verront la société changer d’avis à propos de la parodie Xbox One et le PC sera toujours sur pied, mais avec des parts de marché différentes en fonction des années.

Chronophage à souhait

On a bien du mal à s’en aller du jeu, surtout que tout est très rapide. On ne s’ennuie jamais, on a toujours de nouvelles choses à rechercher pour construire ainsi son propre moteur de jeu (qui évoluera et donc les vieilles versions pourront être distribuées librement sur la toile ou vendues à un gros éditeur), plusieurs interviews (avec deux choix possibles) sont de la partie, la presse vidéoludique en prend d’ailleurs pour son grade et certains textes sont savoureux. Reste que Game Dev Tycoon est entièrement en anglais, qu’une traduction française n’est pas à l’ordre du jour et que cela pourrait en déranger plus d’un !

Néanmoins, si vous n’avez pas joué à ce type de jeu sur iOS et Android (ou si vous n’en n’avez pas envie), alors choisissez plutôt ce Tycoon sur PC. Plus “occidental” dans son traitement visuel et sa façon de voir les choses, il n’en est pas moins un vrai plagiat du jeu de Kairosoft qui a comme principal défaut de ne pas être sorti sur Steam. Désormais, Tycoon risque de lui piquer pas mal de clients et de se définir en maître du genre. Certes c’est triste, mais en soi il y a largement de la place pour les deux jeux sur deux plateformes différentes et surtout, Game Dev Tycoon copie, mais le fait très bien.

Skywilly

Rédacteur en chef collectionneur de Skylanders et qui passe beaucoup trop de temps sur ces briques Lego. Heureusement qu'il y a des petits jeux pour s'évader ! Auteur de Le jeu vidéo indépendant en 2015 : Portraits de créateurs

Skywilly

Skywilly

Rédacteur en chef collectionneur de Skylanders et qui passe beaucoup trop de temps sur ces briques Lego. Heureusement qu'il y a des petits jeux pour s'évader ! Auteur de Le jeu vidéo indépendant en 2015 : Portraits de créateurs

Une pensée sur “Game Dev Tycoon

  • 04/09/2013 à 19:29
    Permalink

    Au chapitre des moins je rajouterai aussi le prix de vente (game dev story est vendu moins de 2€ sans DRM à la con contre 7€ sur steam avec sa saloperie de steamworks) qui fleure bon le bon gros foutage de gueule (pour ne pas dire l’arnaque) et l’absence totale de sav (création de contenu pour répondre aux très nombreuses demandes des clients et accèssoirement donner enfin de l’épaisseur et une véritable identité à ce plagiat pour l’instant sans aucun talent) malgré les belles promesses.

    M’est donc d’avis qu’on a là un succès franchement pas mérité, de la part d’un studio qui, pour l’instant en tout cas, est loin selon moi des standards de qualité comme on peut en trouver avec des petits bijoux comme don’t starve qui ne cesse de se bonifier depuis sa sortie, pour prendre un exemple qui me vient immédiatement à l’esprit.

    Enfin bref tout ca pour dire qu’en ayant acheté ce jeu avant tout pour soutenir un jeune studio indépendant (puisque je jouais à ce moment là sur une version pirate) que je pensais, à tort visiblement, être passionné et respectueux de ses clients, on ne m’y rependra plus avec ce studio.

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.