Battle vs Chess

Lorsqu’on présente le Tactical-RPG à un néophyte, on a coutume de dire quelque chose du genre « c’est un peu comme un RPG croisé avec un jeu d’échecs ». Avec, tout de même, plus de RPG que d’échecs. Battle vs Chess, c’est un peu le chaînon manquant, le jeu d’échec à la limite du T-RPG, bourré d’idées en forme d’évidences.

Le jeu d’échec

Battle vs Chess est avant tout un jeu d’échecs. Les joutes se déroulent sur un plateau classique de 8×8 cases, avec les pièces que l’on connait. Il est d’ailleurs tout à fait possible de jouer aux échecs « normalement », sans fioriture aucune. C’est déjà pas mal, mais ce n’est pas là que réside tout l’intérêt du jeu. Non, ce qui fait de Battle vs Chess un jeu hautement intéressant, c’est sa multitude de variantes et d’idées originales qui viennent diversifier le jeu d’échecs sans pour autant renier ses bases.

Le jeu propose deux campagnes (une pour les blancs, une autre pour les noirs), chacune composée d’une quinzaine de missions, enrobées dans une sorte de scenario mettant en scène des démons (les noirs) opposés aux forces de l’Ordre (les blancs). Le scénario a le mérite d’être là pour instaurer une ambiance (reprise dans l’esthétisation des pièces, même si cette dernière n’est pas toujours réussie), mais est complètement accessoire. Chaque mission propose des situations de jeu différentes, plus ou moins originales, mais ouvrant chacune sur une façon différente d’appréhender le jeu d’échecs : un scénario où les fous de l’Ordre peuvent ressusciter les pièces perdues, un autre où des renforts arrivent au bout d’un certain nombre de tours, un autre où un brouillard de guerre empêche de voir les pièces ennemies qui ne sont pas dans la ligne de mire d’un allié, un autre où l’on peut positionner ses pièces de départ comme bon nous semble, un autre où l’on est obligé de prendre une pièce ennemie si c’est possible, un autre encore où il faudra gagner sans que son roi ait été mis en échec une seule fois… On ne va pas faire la liste exhaustive, mais chaque nouvelle mission apporte une nouvelle idée, une nouvelle façon de jouer, une variante du jeu d’échecs qui ravira les fans de stratégie. Brillant.

Des modes de jeu à foison

Les deux campagnes à elles seules suffisent à faire de Battle vs Chess un très bon jeu. Mais il ne s’arrête pas là, et propose en plus une foule de mini-jeux, bien décidé à exploiter au maximum le principe de la variante, de la petite modification permettant de développer une nouvelle mécanique. On trouve par exemple un mode de jeu apparemment normal, où lors d’une prise de pièce se lance une petite séquence… où les pièces impliquées dans la prise se retrouvent mises en scène façon jeu de baston, et il faut alors appuyer sur certaines touches en rythme pour remporter la joute, et valider (ou invalider) la prise. Faire du jeu d’échecs un rythm game, c’est quand même fort.

Au rang des mini-jeux, on trouve également un puzzle game très réussi qui se joue avec seulement quelques pièces (variables selon le niveau), sur un plateau classique qui comporte des gemmes de couleur. Le but du jeu est alors de réaliser des fourchettes (trouver un placement qui menace directement au moins deux adversaires) pour faire disparaître ces gemmes, ce qui en fera ensuite apparaître de nouvelles. Le principe est addictif et complètement génial, puisqu’il incite le joueur à trouver des placements qui font sens du point de vue du jeu d’échecs, et donc à améliorer son jeu.

Citons encore les défis, qui rappellent un peu ce que fait Wizards of the Coast avec sa série Magic : Duels of the Planeswalker : des situations de jeu sont proposées, et il s’agit de gagner la partie en un certain nombre de coups ou de trouver la position d’évasion sûre. Un mode de jeu là encore très intéressant puisqu’il force à trouver le coup parfait là où, lors d’une partie normale, on pourrait se contenter d’un coup moins bon qui aboutirait tout de même à la victoire : ce mode cherche à améliorer le niveau du joueur, à lui montrer qu’il y a parfois un mouvement plus efficace, plus intelligent à jouer.

Battle vs Chess est un jeu impressionnant par la profondeur et la qualité de son contenu. Bourré de bonnes idées, il se montre parfois assez proche du Tactical-RPG sans jamais se départir des mécaniques du jeu d’échecs. Une belle réussite.

Mwarf

Mwarf est chef de projet (dans l'informatique) et travaille à Paris. Il s'intéresse beaucoup au cinéma et au jeu vidéo, adore Kubrick, Quentin Dupieux, le duo Iguchi/Nishimura (il est éclectique), et toute sorte de jeux indés innovants. ll aime aussi le metal (et l'indus en particulier), et peut écouter Nine Inch Nails, KMFDM ou encore Tool toute la journée. Ho, et il aime particulièrement écrire pour partager ses découvertes.

Mwarf

Mwarf

Mwarf est chef de projet (dans l'informatique) et travaille à Paris. Il s'intéresse beaucoup au cinéma et au jeu vidéo, adore Kubrick, Quentin Dupieux, le duo Iguchi/Nishimura (il est éclectique), et toute sorte de jeux indés innovants. ll aime aussi le metal (et l'indus en particulier), et peut écouter Nine Inch Nails, KMFDM ou encore Tool toute la journée. Ho, et il aime particulièrement écrire pour partager ses découvertes.

3 pensées sur “Battle vs Chess

  • 30/12/2013 à 14:56
    Permalink

    Ahah, un jeu vidéo qui vient enrichir les “échecs féériques” en proposant des nouvelles situations il semblerait!

    Ce sont tous des pions traditionnels (Tour, Fou, Cavalier, etc.) où y-a-t-il des pièces “féériques” (cf.http://fr.wikipedia.org/wiki/Pi%C3%A8ce_f%C3%A9erique) avec des déplacements/comportements inhabituels ?

    Répondre
  • 31/12/2013 à 00:18
    Permalink

    Ce sont uniquement des pièces classiques avec comportement normal (à quelques subtilités près selon les scénario, mais les mouvements restent ceux du jeu classique). C’est d’ailleurs dommage qu’ils n’ai pas tenté quelques pièces féériques, c’était complètement dans le ton du jeu !

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.