Avoid : Sensory Overload

Auparavant sorti sur tablettes, ce qui explique son petit prix sur nos grosses machines, Avoid est un jeu de course en ligne droite qui sort un peu de l’ordinaire…
[singlepic id=42115 w=320 h=240 float=right]

C’est tout droit, toujours tout droit.

Jeu d’arcade par excellence, Avoid propose un concept assez simple : vous contrôlez un vaisseau en bas de l’écran qui ne peut qu’aller vers la gauche ou la droite. Il faut alors éviter de tomber dans les trous des niveaux, composés de cases colorées, mais aussi esquiver les différents obstacles : les murs, les missiles ennemis, les orbes qui naviguent de gauche à droite, etc. Sur le chemin, on trouve aussi quelques bonus permettant de passer à travers les murs pendant un court laps de temps, mais aussi un bouclier (pour éviter de perdre une vie bêtement) ou un canon permettant d’exploser tout obstacle devant soi. Tout ce beau monde est alors divisé en une dizaine de niveaux pour quatre mode de difficulté, eux-mêmes à l’intérieur de trois mondes différents. Ce qui nous fait une certaine durée de vie !
Facile, Normal, Difficile et Extrême sont les quatre modes de difficulté en question et si les deux premiers sont assez ennuyant, les seconds sont au contraire diaboliques. La difficulté pose ce problème de la justesse, tant le passage de Normal à Difficile manque d’une autre mode de difficulté « parfait ». Ici, on navigue surtout entre l’ennui de la facilité et le désarroi de la difficulté, ce qui n’est pas grave mais assez perturbant. Heureusement, on s’y fait sans mal.
Ce qui est plus compliqué à supporter, c’est la musique. Il n’y en a qu’une seule par mode de difficulté et monde. Cela nous fait une OST de douze musiques électroniques certes très sympathiques mais qui se répête alors forcement de niveau en niveau. Vous ne serez pas étonné d’esquiver un mode de difficulté ne serait-ce que pour ne pas écouter cette musique qui se répète et que vous n’aimez pas. A contrario, évidemment, certains niveaux seront vos préférés juste pour votre bande son. Mais c’est tout de même dommage qu’un jeu dépende autant de ses musiques en terme d’ambiance alors que concrètement, elle ne servent absolument à rien en terme de gameplay.
[singlepic id=42112 w=320 h=240 float=left]

Vers l’infini !

Assez quelconque au final, Avoid Sensory Overload aurait pus passer pour le « bon petit jeu pas cher » qu’on se procure en cas de disette. Mais c’est sans compter un autre mode de jeu carrément plus intéressant : le mode Infini. Celui-ci possède aussi quatre niveaux de difficulté dans trois mondes différents et demande d’aller le plus loin possible dans un niveau généré totalement aléatoirement et ce, avec une seule vie. Bien sur, les classements en ligne viennent donner de l’intérêt à cette pratique et rapidement, on ne joue plus qu’à Avoid pour ce mode Infini…
Avoid n’est vraiment pas un grand jeu, n’est même pas un jeu excellent, mais il propose des bases de gameplay amusantes. Cela fait de lui un titre plutôt honorable bien qu’assez timide, qui n’ose jamais être un petit peu original. Surtout, l’expérience dépend beaucoup de son amour (ou non) des musiques proposées, qui se répéteront tout au long d’un seul mode de difficulté. C’est clairement le genre de jeux à essayer avant d’acheter, tant il base son attirance sur le feeling et juste cela. Mais avec un si petit prix, vous n’avez finalement pas grand-chose à perdre en lui faisant confiance.

Laisser un commentaire