Chronology

Pour changer le futur, il va falloir modifier le passé et pour cela, notre inventeur de génie qui nous sert de héros est accompagné d’un escargot qui parle possède quelques pouvoirs. Oui, ça ne va toujours pas très bien dans la tête des développeurs indépendants… Mais c’est aussi pour ça qu’on les apprécie, la plupart du temps !

Un escargot tout chaud

Le présent va mal, est cassé de partout. Pour le sauver, un vieil inventeur part à l’aventure avec la capacité de voyager à travers le temps. Tout commence alors avec ce héros hors du commun que vous contrôlez façon “jeu de plateformes”, entièrement en 2D. Vous pouvez bien entendu sauter, mais la plupart du temps on vous demandera surtout d’activer votre pouvoir et de passer d’une époque à une autre pour voir ce qui y change, puis intéragir avec ensuite. Cette poutre vous empêche de passer ? Elle n’est pas présente une fois le voyage temporel effectué. Tout se joue ainsi pendant quelques minutes, jusqu’à votre rencontre avec l’Escargot, votre acolyte.

L’Escargot est aussi jouable et vous pouvez passer de l’un à l’autre des personnages très simplement. Seuls quelques endroits vous obligeront à ne pas utiliser l’escargot : sans réelle raison d’ailleurs, ce qui n’est qu’une excuse des développeurs pour se permettre de compliquer certaines énigmes en vous servant uniquement de l’inventeur. Pas grave, on s’y retrouve et même si le pouvoir de l’escargot, capable de stopper le temps, est toujours très efficace (surtout pour les plateformes mouvantes), le jeu n’est jamais très difficile. Loin de là.

Back to the Future

Chronology est même très facile, quand on y pense. Assez court (comptez deux petites heures grand maximum pour compléter l’histoire), il propose huti chapitres très égaux les uns entre les autres, avec le même niveau de difficulté, la même évolution des énigmes et concrètement, le level-design est sympathique mais se répête sans cesse. On a furieusement l’impression de ne jamais être surpris par ce jeu une fois les mécanismes acquis et c’est fortement dommage. Chronology est plat, ce qui ne l’empêche pas d’être mignon et visuellement très réussis.

Jeu largement oubliable, petite curiosité parmis tant d’autres, Chronology n’a absolument rien pour sortir du lot et fait même partie de “jeu perdu dans la masse” par excellence. Néanmoins il est correctement réalisé et à petit prix, il peut être deux bonnes heures de détente facile, du moment qu’on ne lui en demande pas trop. Mais comme d’habitude avec ce genre de titres, on regrettera qu’un tel talent visuel ne soit pas mieux employé au final. On tentera donc de surveiller les développeurs et leurs futurs créations, juste pour s’assurer qu’ils feront preuve de davantage d’ambition à l’avenir ! Ils en ont, en tous les cas, clairement les moyens…

Skywilly

Rédacteur en chef collectionneur de Skylanders et qui passe beaucoup trop de temps sur ces briques Lego. Heureusement qu'il y a des petits jeux pour s'évader ! Auteur de Le jeu vidéo indépendant en 2015 : Portraits de créateurs

Skywilly

Skywilly

Rédacteur en chef collectionneur de Skylanders et qui passe beaucoup trop de temps sur ces briques Lego. Heureusement qu'il y a des petits jeux pour s'évader ! Auteur de Le jeu vidéo indépendant en 2015 : Portraits de créateurs

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.