Only If

Ces temps-ci c’est un peu la foire au Free to Play depuis que Steam a ouvert les valves (oh oh !) du genre. Du coup on se surprend à essayer plein de titres coréens, d’univers qui se ressemblent beaucoup trop de jeux en jeux. Et puis on tombe sur une petite curiosité gratuite

The Hangover

Only If, c’est auparavant un très court jeu ou il suffisait de sortir d’une salle, avec plus ou moins de réussite au niveau de la fin proposée. Il fait partie de ces jeux « où il faut trouver la clé pour sortir de la pièce » qui font fureur depuis quelque temps sur la toile, sur iOS et qui sont même devenus un genre à part et bien aimé. Only If essaye juste d’y insérer une histoire particulière et il y parvient à merveille.

Tout commence à une fête, vous entrez, peu motivé, où il semble y avoir du gros bruit et pas mal d’invités. Puis vous vous réveillez un fondu au noir plus tard dans un lit, avec une migraine horrible, plus aucun souvenir de la veille. Une radio vous parle, une voix vous insulte et vous donne des ordres. Et bien entendu, vous les suivez. Parce qu’après tout, vous ne savez pas quoi faire d’autre. Sauf que cette voix vous mène vers de la brume qui vous poursuit, des pièces éclairées par un étrange être bleuté, un moulin explosif, des miroirs qui cachent tout et rien à la fois, des mondes ou vous êtes un véritable lilliputien, bref… Only If est complètement frappé, tout en étant encré dans un terrible contexte visuel très moderne. C’est étrange.

Very Bad Trip

Fidèle au genre, Only If vous demandera souvent de trouver la clé pour ouvrir la porte menant au niveau suivant. Quelquefois il faudra courir pour échapper aux agresseurs, d’autres fois porter des caisses pour se rendre au bon endroit. Le jeu est assez court, environ deux heures. Il ne propose pas une expérience incroyablement motivante en termes de gameplay, mais sa beauté cachée dans certains niveaux extérieurs lumineux et son histoire, surtout son histoire, rendent Only If complètement particulier et génial à vivre.

Car voyez-vous, il y a un Twist, une fin tellement « WTF ?! » comme disent les jeunes, qu’on se demande quel esprit complètement frappé a bien pu y penser. L’expérience est sympathique et se conclut de la meilleure des façons : sur de la bonne musique, une révélation de folie et du rire, beaucoup de rire. Mention spéciale aux dialogues, très bien doublées, bien qu’amateurs. Dommage que (pour l’instant) le tout soit en anglais sans même quelques sous-titres.

Only If, c’est gratuit, c’est deux heures de folie et vous devez absolument vous faire cette histoire frappée et amusante à base de puzzles et de découvertes sympathiques. Un principe de mot de passe pour chaque niveau est aussi présent, en plus d’une multitude de succès cachés et décalés. Bref, jouez-y, c’est un ordre !

Skywilly

Rédacteur en chef collectionneur de Skylanders et qui passe beaucoup trop de temps sur ces briques Lego. Heureusement qu'il y a des petits jeux pour s'évader ! Auteur de Le jeu vidéo indépendant en 2015 : Portraits de créateurs

Skywilly

Skywilly

Rédacteur en chef collectionneur de Skylanders et qui passe beaucoup trop de temps sur ces briques Lego. Heureusement qu'il y a des petits jeux pour s'évader ! Auteur de Le jeu vidéo indépendant en 2015 : Portraits de créateurs

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.