Absolver
Windows PlayStation 4

Depuis la première présentation d’Absolver il y a un peu plus d’un an, je n’avais qu’une seule envie, mettre mes mains dessus pour me balader dans ses magnifiques paysages en tabassant tous les PNJs et joueurs rencontrés. Monde ouvert, énormément de mouvements à débloquer pour personnaliser entièrement son combattant, tout était réuni pour proposer un jeu PVP vraiment intéressant.



Je veux une cape

Après un tutoriel très succinct où vous apprendrez à mettre quelques coups et à bloquer / esquiver, vous arrivez dans le monde d’Adal en tant qu’Adepte. Chaque personne porte un masque et erre dans un monde assez vaste pour prouver sa valeur au combat et devenir un jour un Absolver, une sorte de champion. L’histoire n’est évidemment pas le point central du jeu et malgré quelques répliques de PNJs croisés ici ou là, la trame générale reste relativement obscure. Ce que l’on comprend très vite par contre, c’est qu’il faut éliminer sept ennemis marqués ainsi que deux boss pour pouvoir pénétrer dans le temple central et gagner le droit de porter la cape des Absolver, prouvant notre appartenance à cette élite.

Graphiquement le jeu est un vrai régal. Les paysages sont magnifiques et bien que le monde ne soit finalement pas si vaste que ça, il est extrêmement dense et chaque zone regorge d’escaliers et autres accès un peu cachés. J’ose espérer pour vous que vous avez un bon sens de l’orientation car les seules cartes disponibles aux points de sauvegarde sont quasi illisibles et vous devrez donc apprendre peu à peu comment les différentes zones sont reliées entre elles. L’avantage de ce procédé est que vous vous sentirez bien plus impliqué dans le jeu et de temps en temps, vous découvrirez un lieu ou un objet inédit alors que ça fait la dixième fois que vous ne passez pas très loin.

Mais bon, contrairement à ce que certains ont cru (si je me fie aux avis négatifs sur Steam) le jeu n’a pas du tout été développé pour le PVE, il a dès le départ été pensé pour proposer des affrontements entre joueurs.



Une personnalisation très poussée

La personnalisation de votre combattant commence dès sa création où vous aurez le choix entre trois styles : Kahlt pour absorber un coup et regagner un peu de vie en cas de contre-attaque réussie, Forsaken pour parer un coup, étourdissant alors l’adversaire pendant un court laps de temps et enfin Windfall pour esquiver une attaque et ralentir légèrement l’adversaire. Un quatrième style se débloquera une fois le jeu fini, Stagger, qui est ni plus ni moins que du drunken boxing (aussi appelé le style relou du PVP par mes soins).

Une fois ce choix terminé, vous pourrez méditer pour éditer votre deck de combat et choisir les attaques que votre combattant utilisera. L’ergonomie est vraiment bonne et c’est un vrai plaisir de réfléchir aux enchaînements possibles. Chaque attaque est définie par sa vitesse, ses dégâts, sa portée, ses propriétés spéciales (casse garde, évite les coups hauts…) et enfin la stance dans laquelle vous vous retrouvez à la fin du mouvement. La stance représente la position dans laquelle vous êtes par rapport à votre adversaire (de face à gauche, de face à droite, de dos à gauche et de dos à droite). Pour chaque stance, vous pouvez attribuer une attaque principale et une attaque alternative pour surprendre votre adversaire (lancées respectivement avec les boutons X et Y). Au fil de votre progression, vous débloquerez de nouveaux emplacements et vos attaques principales deviendront des enchaînements de trois coups. Evidemment, vous pourrez à tout instant arrêter ces enchaînements pour repartir sur un autre combo, les possibilités sont vraiment énormes et j’ai passé un temps fou à élaborer et tester diverses stratégies.

Les développeurs ont trouvé un excellent moyen d’inciter les joueurs à se servir de l’esquive et de la parade, vous devrez passer par là pour débloquer de nouveaux mouvements. En encaissant des attaques que vous ne connaissez pas encore (que ce soit auprès des PNJs peuplant le monde ou contre des vrais joueurs) une barre se remplit peu à peu et une fois pleine, le mouvement est ajouté au deck de combat et vous pouvez commencer à l’utiliser. La mort n’est pas du tout punitive, par contre vous devrez absolument remporter vos combats pour que l’expérience dans les différentes attaques soit validée.



En plus du combat à mains nues, vous pourrez également ramasser des armes dans le monde (gants de combat et épées) donnant accès à de nouvelles compétences (et possédant leur propre deck de combat). Vous trouverez également un bon nombre de pièces d’armure (masque, ceinture, pantalon, bottes…) notées suivant leur indice de protection, leur résistance aux dégâts contandants ou tranchants ainsi que leur poids. Evidemment, plus l’équipement sera lourd, plus vous serez résistant… mais plus vous serez lent.

L’expérience accumulée durant vos combats vous permettra également de booster vos différents caractéristiques : force, dextérité, vitalité, endurance et savoir. Les deux premières augmentent les dégâts de vos attaques, la troisième votre barre de vie, la quatrième votre barre d’endurance et enfin la cinquième votre barre d’attaque spéciale. Je n’en avais pas parlé jusqu’à présent, mais vous pourrez également choisir deux pouvoirs (tremblement de terre pour étourdir les ennemis autour de vous, soin, bouclier, etc.). Avec toutes ces différentes personnalisations, chaque personnage est unique et vous pouvez sans problème créer plusieurs combattants totalement différents les uns des autres suivant si vous voulez attaquer rapidement sans relâche, encaisser comme une brute pour ensuite contre-attaquer ou même esquiver jusqu’à ce que l’adversaire s’épuise pour prendre l’avantage.

Une fois que vous vous sentirez assez en confiance, vous pourrez commencer à défier les autres joueurs rencontrés en jeu, ou vous lancer dans le PVP en arène. Le jeu prend alors tout son sens. Si en PVE on affronte fréquemment deux ou trois ennemis simultanément, ce qui rend les combats un peu brouillons, en PVP à un contre un le rythme est parfait. On se tourne autour, on exécute des feintes (il est d’ailleurs possible d’annuler un mouvement à tout instant en appuyant sur la touche de garde) et le vainqueur est le joueur possédant la meilleure lecture du jeu et la meilleure gestion de la barre d’endurance. Les combats sont en trois rounds gagnants et chaque succès permet peu à peu de monter de niveau pour finalement créer votre école de combat et recruter des disciples. Accessoirement, vous pourrez également affronter des versions corsées des boss du jeu.


Absolver est un excellent jeu de combat. Les animations sont fluides et c’est un véritable régal de modifier son deck de combat pour trouver les enchaînements correspondants parfaitement à son style de jeu. C’est un plaisir de découvrir l’univers d’Adal, surtout que la direction artistique est à tomber par terre. Les combats sont intenses et chaque succès permet de débloquer petit à petit de nouvelles techniques pour personnaliser toujours un peu plus son avatar. Pour être franc j’aurais adoré que le PVE soit un peu plus touffu car on en fait le tour en quelques heures, mais le PVP, point central du jeu, est tellement réussi que ce serait dommage de s’arrêter à ça (ou d’acheter le jeu si vous ne souhaitez pas affronter d’autres joueurs). Les développeurs ont d’ores et déjà prévu de nombreux ajouts (mode classé, caméra spectateur, etc.) ce qui augure un avenir radieux au titre. Si vous aimez la baston vous pouvez foncer, mais je vous préviens, les premières heures sont difficiles…


Bestio

Fan de shmup, de hack'n slash et plus globalement de tout ce qui est typé arcade. Si je teste un jeu, il y a de fortes chances que ça explose de partout et que l'écran soit rempli de boulettes.

Laisser un commentaire