Gunhouse
Nintendo Switch PlayStation Vita iOS Google Play

Sorti en 2014 sur PlayStation Mobile, sur PSVita, iOS, Android et Windows Mobile, voila que le jeu de Necrosoft Games s’offre une sortie revue et corrigée sur la dernière console de Nintendo. Avec son style graphique unique, on a forcément envie de s’y plonger. Mais cela vaut-il vraiment le coup de s’y intéresser ?



Puzzle Game plutôt canon !

A gauche de votre fenêtre, du Puzzle Game à blocs, de trois couleurs différentes. Vous pouvez bouger les blocs au tactile comme au pad et au stick de façon à créer un bloc de couleur aussi gros que possible. Si vous le glissez à gauche alors cela va créer un canon de défense du même élément que la couleur du bloc. Si vous le glissez à droite, cela vous donne un pouvoir du même acabit. Avec cela, il va falloir défendre votre maison de vagues d’ennemis plus horribles les unes que les autres.

Au style visuel particulièrement amateur et pourtant assez chouette, Gunhouse promet beaucoup lors de sa première partie. On y découvre un gameplay assez libre mais des blocs qui se révèlent vite difficile à placer pour réussir de grosses combinaisons. Lors de chaque vague d’ennemis, on passe de « je clique sur tout ce qui m’est possible de cliquer pour attaquer en masse avec ce que j’ai créé » à « je vais essayer d’analyser la direction de l’ennemi et sa façon de m’attaquer avant d’user ma tourelle » ce qui est plutôt bon signe quand on se lance dans un puzzle-game se mixant avec du Tower Defense. La gestion des blocs et la tactique de l’attaque, c’est primordial.



Les jours se suivent et se ressemblent…

Divisé en plus moments de la journée, en plusieurs jours à la difficulté grandissante, Gunhouse propose aussi un mode Hardcore ne proposant aucun checkpoint ni sauvegarde. Sauf que voilà : quand on a terminé un niveau, on a vu un peu près 90% de ce que pouvait proposer le jeu.

Il y a de nouveaux ennemis à découvrir, des Boss, des pouvoirs à débloquer, de l’argent à se faire à chaque niveau pour améliorer tous ces pouvoirs et sa vie, mais cela ne suffit absolument pas à éviter au jeu de s’essouffler bien trop rapidement. C’est l’erreur du débutant en la matière, cet oubli d’originalité distillé au fil des niveaux. On termine un ou deux jours de vagues ennemies entières et on ne sort le jeu que pour un petit temps, en espérant y voir quelque chose de nouveau, avant de lui trouver rapidement un concurrent aussi « passe-temps » dans la boutique Switch. C’est fortement dommage, car Gunhouse c’est aussi une atmosphère visuelle unique au style réussi.


Gunhouse tombe dans le piège de tous les puzzle-game du genre : il oublie de donner de l’originalité à ses niveaux qui se suivent et se ressemblent tellement qu’on a toujours l’impression de faire la même chose. Seuls les quelques Boss viennent dynamiser les parties, mais encore faudra-t-il avoir la patience d’aller jusqu’à leur rencontre. C’est dommage !

Skywilly

Rédacteur en chef collectionneur de Skylanders et qui passe beaucoup trop de temps sur ces briques Lego. Heureusement qu'il y a des petits jeux pour s'évader ! Auteur de Le jeu vidéo indépendant en 2015 : Portraits de créateurs

Laisser un commentaire