Little Dragon’s Café
PlayStation 4 Nintendo Switch

Après Birthdays The Beginning, voilà que Yasuhiro Wada (Harvest Moon) revient via son dernier jeu nommé Little Dragon’s Café. Forcément attirant au premier abord, ce jeu de gestion de café « mais pas que ! » a de grosses qualités… Mais aussi de bien vilains défauts.



Petit dragon deviendra grand

Vous êtes l’un des jumeaux, garçon ou fille, d’une maman mi- humaine mi- dragonne qui va se plonger dans un sommeil sans fin à cause d’un sang-mêlé pas franchement bon pour la santé. En attendant de lui trouver un remède, vous allez devoir reprendre en main la boutique. C’est ainsi que commence l’aventure Little Dragon’s Café, avec un petit vieux qui flotte et vous propose de l’aide ainsi qu’un œuf de dragon, qui va bientôt éclore. A l’intérieur, un tout petit dragon adorable qui changera de couleur en fonction de ce que vous lui donnez à manger. Clairement, ce petit dragon est le plus gros atout du jeu.

En sortant de chez vous, vous pourrez récolter un tas d’ingrédients. Dans votre ferme, mais aussi sur les arbres fruitiers, les écorces, les buissons, puis au fur et a mesure de votre progression dans le scénario vous débloquerez aussi des endroits à explorer. Vous vous enfoncerez toujours plus loin dans le paysage et ce, au grand dam de vos allers incessants (vos retours sont instantanés si vous le désirez). Croyez-moi sur parole, vous allez connaître votre chemin par cœur tant vous le ferez en long et en large entre deux services du café.

Car pour bien progresser, il va falloir s’occuper du café. Avec vos alliés (que vous rencontrerez lors des premières heures de jeu), vous allez devoir prendre les commandes, amener le plat et débarrasser la table de la petite demi-dizaine de personnes qui viennent manger autour de midi et de 19h00 tous les jours. Si vous n’êtes pas là, votre équipe le fait (mal) à votre place et vous ne gagnerez pas de points réputation.



Bis Repetita

On se retrouve devant un jeu au schéma extrêmement répétitif. On se lève, on découvre une cinématique en lien avec la petite histoire (parmi les dix) qui sont proposées, on nous donne un objectif précis de recette à accomplir (il faut alors trouver les morceaux de cette recette aux alentours, puis les ingrédients), on fait le service de midi, on part à la chasse aux ingrédients, on se rend au service du soir, on repart au loot puis on rentre dormir. En dehors des cinématiques d’histoire, voilà ce que vous ferez à répétition dans Little Dragon’s Café.

Et c’est son pire défaut ! Ses personnages sont incroyablement attachants, ses histoires dans l’histoire sont très intéressantes et pleines de bons sentiments comme il est impossible de ne pas aimer. Mais voilà : la répétition du tout rend l’objectif trop lointain. Les scripts insensés qui vous obligent à parler à quelqu’un pour débloquer la possibilité de récolter tel ingrédient finissent d’achever le rythme du jeu. L’entièreté du scénario et sur un rail bien solide, avec un faux monde libre qui n’évolue que lorsque l’histoire le décide et un joueur, au milieu de cela, qui caresse son dragon adorable qu’il veut faire évoluer. Manque de chance, même l’évolution du Dragon et de ses compétences est liée au scénario. Autant vous dire qu’il va falloir s’accrocher avant de voler sur son dos !

Il est adorable, mais aussi beaucoup trop répétitif et scripté pour plaire à tout le monde. Sans doute parfait sur Switch parce qu’il bénéficiera de courtes parties de loot d’ingrédients dans les transports en commun, Little Dragon’s Café oublie d’être moins guidé et plus malin. C’est fortement dommage.

Skywilly

Rédacteur en chef collectionneur de Skylanders et qui passe beaucoup trop de temps sur ces briques Lego. Heureusement qu'il y a des petits jeux pour s'évader ! Auteur de Le jeu vidéo indépendant en 2015 : Portraits de créateurs

Skywilly

Skywilly

Rédacteur en chef collectionneur de Skylanders et qui passe beaucoup trop de temps sur ces briques Lego. Heureusement qu'il y a des petits jeux pour s'évader ! Auteur de Le jeu vidéo indépendant en 2015 : Portraits de créateurs

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.