Interview spéciale : Resident Evil

Interview spéciale : Resident Evil


SOMMAIRE


LE REMAKE DE RESIDENT EVIL 2

B. B. – Venons-en à ce qui m’amène aujourd’hui, le remake de Resident Evil 2. Vous avez eu l’occasion d’y jouer en avant-première ?

W. B. – Capcom France m’a permis de tester la démo en juillet 2018. C’était un sacré mélange de sentiments en voyant l’écran titre de cette démo, représentant la grille d’entrée du commissariat de Raccoon City. Impatience, euphorie, nostalgie, un peu tout à la fois… Léon était l’unique personnage jouable, mais Claire Redfield sera dans le jeu final. Au départ seul dans le commissariat, Léon rencontre des survivants, dont certains ne le resteront pas longtemps.

B. B. – Alors, graphiquement ?

W. B. – Ça a de la gueule ! Le RE Engine de Capcom qui nous avait offert Resident Evil 7 est de retour et il s’adapte à merveille au commissariat de Raccoon City. Même si on quitte la vue à la première personne de Resident Evil 7, cela n’empêche pas de profiter du niveau de détail des décors, tout en pouvant voir Léon se déplacer.

B. B. – Parlez-nous de l’ambiance…

W. B. – J’ai trouvé le jeu est très sombre dans ce remake. Une bonne partie du jeu est plongée dans le noir, Léon avance en éclairant les lieux avec le faisceau de sa torche. Ça met forcément la pression, encore plus quand on entend un bruit ou un grognement. On tente alors de quadriller la zone en éclairant autant que possible chaque recoin pour voir d’où provenait ce son et s’il signifie danger…

B. B. – Avez-vous eu des Jump scare (sauts de frayeur) ?

W. B. – J’ai sursauté une ou deux fois, et je me suis surpris à lancer des noms d’oiseaux.

B. B. – Parlez-nous du bestiaire…

W. B. – Le commissariat parait vide au début, mais très rapidement il faut arriver à gérer l’afflux des zombies. Ils sont résistants les bougres, deux ou trois balles ne suffisent pas à les achever. Bien sûr, un Headshot (tir à la tête) nous en débarrasse de façon définitive. Mais ce que je préfère, c’est leur tirer dans le genou, ça leur arrache la jambe et les force à ramper, ce qui offre un répit.

B. B. – Et au niveau de la jouabilité ?

W. B. – Le gameplay ressemble énormément à celui de Resident Evil 7 en ce qui concerne l’inventaire, les actions à réaliser (ouvertures de porte, pousser les meubles) et la gestion des armes et munitions. La prise en main se fait aisément, on est tout de suite dans le bain… de sang !

B. B. – Quelles sont les nouveautés ?

W. B. – Je connais Resident Evil 2 par cœur, mais j’ai eu quelques surprises : les énigmes ont par exemple été modifiées.

Les salles et décors ont été agencé différemment avec des endroits devenus inaccessibles et d’autres au contraire qui apparaissent, comme cet escalier qui dévoile un étage supplémentaire au commissariat.

Vous vous souvenez de la poudre dans Resident Evil 3 ? Elle sert à créer différents types de munitions selon les mélanges. Capcom a repris le principe pour le remake du second épisode.

Il y a aussi la possibilité de barricader des fenêtres avec des morceaux de bois afin d’empêcher des monstres de s’infiltrer dans le commissariat, à condition de trouver des planches qui seront disponibles en quantité limitée.

Léon peut se servir du couteau pour attaquer les ennemis, casser des objets ou ouvrir des caisses, mais aussi pour le tirer d’une situation désespérée. Quand un zombie parvient à attraper Léon, il suffit d’appuyer sur le bouton affiché pour le poignarder. Léon peut même récupérer le couteau sur le cadavre, mais après un certain nombre d’utilisation, la lame se brisera.

B. B. – Est-ce que des idées de Resident Evil 1.5 ont été reprises ?

W. B. – De ce que j’ai vu, une tenue de moto ! Dans les DLC, Claire pourra avoir le costume d’origine du personnage Elza Walker qui devait être l’héroïne dans RE1.5.

B. B. – Combien de temps dure la démo ?

W. B. – Comme j’aime prendre le temps de visiter toutes les pièces accessibles et lire les documents, j’ai mis une bonne heure. Cela laisse présager une bonne durée de vie quand on sait qu’une partie seulement du commissariat était jouable.

B. B. – Cette démo donne envie…

W. B. – Oui, mais le remake est toujours un exercice délicat pour Capcom. Pas d’ajouts ? Ils seront traités de profiteurs de la licence. Des ajouts ? Ils seront accusés de dénaturer l’expérience originale.

Laisser un commentaire