Rapide Critique

Neo ATLAS 1469

Développeur : StudioArtDink – Éditeur : Arc System Works

Date de Sortie : 19 avril 2018 (Switch) – Prix : 42,99 €

Les explorateurs, ont ouvert le monde partout à la ronde ! Il était une fois… Un jeu PsVita qui se voit revenir sur Switch sans vraiment de remasterisation nécessaire mais avec la belle intention de montrer ses idées au plus grand monde. Public amoureux de l’histoire et surtout, loin d’être gêné par le fait de la remodeler, Neo Atlas 1469 est peut-être pour vous.

Vous allez avoir la chance de diriger une et puis rapidement plusieurs flottes de navires partis à la conquête du monde, entre deux échanges commerciaux entre villes aux productions originales, entre Papyrus en Egypte et Rubis dans ce beau coin d’Europe. Mais quand vous partirez à la découverte du nuage blanc de l’inconnu, à travers le globe (que vous pensez encore plat, par ailleurs) vous aurez le droit de décider du sort des continents.

Quand un de vos bateaux s’en va vers l’inconnu, il revient avec un tracé précis de l’exploration effectué et vous révèles les mers, les terres et les villes découvertes. Mais si ça ne vous plaît pas ? Alors vous refusez ces dires et le monde se plie à vos exigences. Ainsi, l’Afrique n’aura bientôt pas la forme habituelle, un tas d’îles inconnues dans notre réalité seront pourtant bien réelle dans votre partie, juste parce que vous avez décidé de nier l’évidence. Le rêve des platistes !

Concrètement, Neo Atlas 1469 est une belle ode à cette période ou tout était possible en termes de découvertes et c’est sa plus grande réussite. Il vous capte, vous hypnotise et parvient à vous laisser des heures durant devant votre écran de Switch en attente de la prochaine fausse-vérité ou vraie découverte que vous allez valider ou non. Problème : en plus d’être répétitif (mais on s’y fait), Neo Atlas 1469 est beaucoup, beaucoup, beaucoup trop bavard et souvent pour ne pas dire grande chose d’intéressant. C’est vraiment dommage.

Skywilly

Skywilly

Rédacteur en chef collectionneur de Skylanders et qui passe beaucoup trop de temps sur ces briques Lego. Heureusement qu'il y a des petits jeux pour s'évader ! Auteur de Le jeu vidéo indépendant en 2015 : Portraits de créateurs
Partager sur facebook
Partager sur twitter

D'autres Critiques

Laisser un commentaire