carrion

Preview Jouable : Oui – Vu chez : Devolver digital – Date de Sortie : 2020

Les jeux Devolver sont souvent orientés violence et pixels. Cette année sur les 3 titres présentés, 2 d’entre eux étaient plutôt colorés et “familiaux”. M’approchant de Carrion pour le tester, j’enfile le casque, tandis que son développeur me souhaite alors “de joyeux cris d’humains”, et on peut dire qu’à lui seul il a largement rattrapé le quota de violence habituel de l’éditeur.

Partager sur facebook
Partager sur twitter

Un parasite me brouille l'écoute

Les films et jeux vidéo présentent souvent des héros chargés de détruire la menace d’un parasite envahisseur. De The Thing à Dead Space, en passant par The Faculty, tous ont sauvés l’humanité, Carrion c’est l’inverse. Aux commandes d’un parasite bien cradingue vous devrez vous échapper d’un complexe scientifique non sans bouffer quelques humains en route.

Le gameplay est un peu étrange puisque votre parasite n’a pas 2 jambes mais un nombre prononcé de tentacules. Quelques instants sont nécessaires avant de comprendre comment se déplacer et attraper un petit casse-croute humain. La progression se fait sous la forme d’énigmes à base de portes et d’interrupteurs, puis viennent s’ajouter de nouveaux pouvoirs à votre parasite pour diversifier les choses. Les lance-flammes, drônes tueurs et tout un tas de gadgets n’équipant que les complexes scientifiques tenteront bien sûr de vous éradiquer en cours de route pour corser l’aventure.

Les graphismes tout en pixels pourraient atténuer la violence du sujet s’ils n’étaient pas couplés à un sound design génialissime qui fait toute l’ambiance du jeu. Des Schploc schploc des tentacules, aux horribles cris des humains qu’on entend jusqu’à ce que le bruit de leurs os broyés ne viennent les étouffer. Une immersion sonore à la fois ignoble et passionnante.

Carrion m'a surpris dès ses premiers cris. Après cette première découverte s'est alors présenté un jeu aux mécaniques sachant se renouveler (du moins sur 30 minutes) mais qui manque encore d'une véritable histoire pour pouvoir tenir un joueur en haleine pendant plus d'une heure ou deux. Un titre à surveiller avec curiosité entre 2 films d'horreurs à base de parasite.

Chezmoa

Chezmoa

Tous mes articles pour GSS sont sous licence Beerware.

D'autres Previews

Laisser un commentaire