Rapide Preview

Space Gladiators: Escaping Tartarus

Développeur : Thomas Gervraud – Éditeur : Thomas Gervraud
Date de Sortie Prévue : 2020

Premier jeu de Thomas Gervraud, Space Gladiators: Escaping Tartarus est un roguelite platformer entièrement dessiné à la main.

Le style graphique avec ses contours noirs épais fait penser aux Carbot Animations et aux jeux The Behemoth (Alien Hominid, Castle Crashers…). J’aime beaucoup car ça donne un ton léger à l’ensemble alors que nous allons découper des dizaines d’aliens dans des combats en arène pour obtenir notre liberté et enfin quitter notre prison.

La maniabilité est parfaite. Le personnage possède de base un double saut ainsi qu’un dash pour esquiver les tirs et les coups (mais pas les pièges). Il peut également prendre appui sur les murs et au bout de quelques minutes on ressent une fluidité très agréable. On traverse les salles sans s’arrêter en éliminant tout sur notre passage.

Outre son arme de base, le héros pourra obtenir une capacité offensive (lance à projeter, sphère d’énergie, hache…), une capacité défensive (bouclier, coeur à frapper pour récupérer de la vie, machine pour recycler les objets inutiles et récupérer de l’or…), une armure et une poupée offrant divers bonus. Les pouvoirs nécessitent de l’énergie pour être utilisés et il faudra porter des coups au corps-à-corps pour la recharger.

Au fil de votre avancée dans le jeu, vous pourrez également récupérer un grand nombre d’objets qui vous apporteront des effets passifs : 5% de chance de bloquer les dégâts reçus, vol de vie, un point d’armure tous les x coups, etc. La feuille de personnage est assez détaillée et chaque statistique apporte un effet particulier et donne des idées de builds.

En plus du personnage de base, vous pourrez en débloquer cinq autres très différents. Chacun possède une arme spécifique ainsi que des avantages / désavantages changeant drastiquement le gameplay ce qui est une excellente chose. Ils gagneront de partie en partie de l’expérience et obtiendront un petit bonus à chaque progression (un point de vie, de la vitesse de déplacement, etc.).

Le jeu est pour le moment divisé en trois mondes de trois étages composés d’une dizaines de salles à traverser pour atteindre l’arène. Un peu comme dans Slay The Spire vous pourrez décider à chaque début le chemin que vous allez emprunter. Vous ne saurez évidemment pas tout, mais vous aurez une idée de la puissance des monstres, de la difficulté des pièges, si vous allez trouver un PNJ, un coffre ou autre salle de défi.

Le fonctionnement des arènes est également assez sympa, vous pourrez choisir parmi trois combats différents. Vous connaitrez à l’avance le nombre et le type d’ennemis ainsi que la récompense en objet et or. A vous d’évaluer ce qui est le plus intéressant. Si vous survivez la boutique située juste à la sortie vous permettra de dépenser vos pièces durement gagnées tout au long de l’aventure (n’hésitez pas à tout casser sur votre passage la plupart des décorations contiennent de l’argent).

Avec la dernière mise à jour sortie il y a quelques jours le jeu possède un bon contenu. Plus de 200 objets, une cinquantaine d’ennemis, 7 boss, etc. Chaque essai est réellement différent du précédent et quand tout se passe bien, la montée en puissance du personnage est vraiment grisante. Un peu comme dans Isaac on arrive parfois à mettre en place des combinaisons de folie avec des objets qui interagissent entre eux.

Space Gladiators: Escaping Tartarus est une excellente surprise. Le style graphique, la prise en main, le rythme, la rejouabilité, tout est parfaitement maitrisé. Je me suis vraiment éclaté et j’ai hâte que l’auteur apporte encore plus de diversité, notamment des sous-zones ou niveaux bonus pour y replonger de nombreuses heures. Si vous aimez le roguelite, foncez !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Bestio

Bestio

Fan de shmup, de hack'n slash et plus globalement de tout ce qui est typé arcade. Si je teste un jeu, il y a de fortes chances que ça explose de partout et que l'écran soit rempli de boulettes.

D'autres Previews

Laisser un commentaire