Preview

Ary and the Secret of Seasons

Développeur : eXinn / Fishing Cactus – Éditeur : Modus Games – Date de Sortie : Septembre 2020

Lire la vidéo

Nous sommes en 2017 et alors que j’arpente les couloirs bien trop sérieux et en costume-cravate de la Game Connection Europe avec ma tenue de vacancier provincial et mon sac à dos trop petit pour ma morphologie, je découvre Ary et le Secret des Saisons.

Partager sur facebook
Partager sur twitter

Petite équipe

Plus précisément, je découvre l’un de ses développeurs, assis à son stand en attente de son prochain rendez-vous Business. Forcément, je m’incruste : « c’est possible de voir ce que vaut le jeu ? »

Évidemment que c’était possible ! Et je suis sorti de cette découverte d’une trentaine de minutes, jouable, avec des étoiles dans les yeux. La démo conceptuelle qui m’était proposée était simple mais d’une efficacité folle, avec des animations léchées, un sentiment de jouer dans un film d’animation, de vraies bonnes sensations.

Nous sommes en 2020 et… le temps a fait son affaire. Mais surtout, il a fallu rendre cette démo plus massive, lui donner un véritable jeu derrière avec une certaine durée de vie. Et c’est toujours le plus dur lorsque vous concevez une démo efficace : réussir à tenir le même niveau de qualité, de rythme, de réussite sur les 95% du jeu qu’il reste à créer.

C’est pratiquement impossible et rares sont les jeux à s’en sortir, avouons-le. Mais dans sa dernière version de démonstration, Ary montre surtout qu’il était beaucoup, beaucoup trop ambitieux.

L’histoire fonctionne très bien : dans un univers de saisons qu’il est possible de gérer avec des orbes magiques, notre héroïne va se lancer dans l’aventure pour comprendre ce qui arrive à son village et surtout, retrouver son frère disparu à l’aventure. Je ne spoile volontairement pas la trame principale mais sachez qu’il y a un peu de Mulan dans cette histoire, comme le prouve l’introduction jouable.

Ary peut sauter, double-sauter même lorsqu’on trouve le bon pouvoir lié à cette faculté. Elle peut se battre, parer les coups, frapper en contre-attaque et esquiver en roulade. Mais si les animations donnent l’impression d’un combat intense et fluide, le ressenti manette en main est tout autre. C’est un peu quelconque, les timings sont très larges pour la contre-attaque et il y a encore beaucoup de bugs dans cette version. Les contres s’enchaînent sans logique, les ennemis arrêtent d’attaquer, etc.

Et des bugs, cette démo en est beaucoup trop envahie. Sur mes deux heures de jeu, j’ai du relancer la version trois fois parce qu’un écran noir à surgit, que le son s’est coupé sans raison ou que le menu ne voulait plus s’ouvrir.

Grandes ambitions

En jeu, des tas d’animations manquent de souplesses, les hitboxes sont très bizarres, les sauts manquent de réalisme et surtout, les murs invisibles et autres scripts directionnels gâchent un peu la découverte.

Tout cela, ce sont des bugs qui peuvent être corrigés pour la sortie. Mais la sortie, malheureusement, est pour l’instant fixée à Septembre et ça, c’est un peu flippant. On espère sincèrement que l’équipe aura l’opportunité de repousser tout cela pour peaufiner le tout.

Ce qui ne fonctionne pas non plus beaucoup, c’est la réalisation des cutscènes et des dialogues. En plus d’être assez mal écrit en dehors de son scénario principal (les discussions avec les PNJ sont inconsistantes et sans rythme), les scènes cinématiques réalisées avec le moteur du jeu sont beaucoup trop coupées et manquent franchement de rythme. C’est vraiment dommage.

Ce qui fonctionne par contre, c’est tout le reste : l’héroïne est très charismatique pour commencer. Son parlé, ses animations, ses convictions, sa détermination : on est clairement devant un personnage cliché mais fort intéressant pour les jeunes joueuses et joueurs qui voudront s’identifier à elle.

On découvre aussi un principe de puzzle/plateformer à base de saisons qui n’a rien de bien original sur le papier, mais qui se révèle très amusant une fois appliqué dans les niveaux. Certains moments donnent beaucoup plus d’impact à la transformation que d’autres, certes, mais on a tout de même très hâte d’avoir accès à toutes les saisons pour jouer avec. Là aussi on y a vu des bugs, des imprécisions, mais on croise toujours les doigts pour que ce soit indiqué sur un coin du cahier des charges lors de la prochaine réunion de l’équipe de développement.

Autre bon point : les masques, complètement repiqués à Zelda, qui sont très bien réalisés et donnent pas mal d’intérêt au jeu pour les collectionneurs de bidules et machins chouettes comme moi qui claqueront tout leur argent dans ce cosmétique plutôt que dans les améliorations du personnage, tout de même bien plus intéressantes en vrai.

Bon, au final, cette version preview ne m’a pas franchement rassuré. Pour une sortie en septembre, je trouve qu’il y a beaucoup trop de petits soucis, de bugs et de manque de rythme. Le jeu est beaucoup trop ambitieux et on sent que derrière ce n’est pas une équipe aux fonds inépuisables et à la taille incommensurable qui est à la charge de ce projet. Chaque moment du jeu souffle le chaud et le froid, la volonté de bien faire et l’inexorable retour à la réalité.

En l’état actuel, je serais incapable de dire si j’attends toujours autant Ary et le Secret des Saisons pour ce qu’il veut me raconter et son aventure globale. Par contre, je suis très curieux de voir quelle forme finale aura le projet. Et j’espère de tout cœur que tout ce qui m’a gâché la fête ici sera balayé par les devs au bout de quelques minutes de jeu. Il est difficile de choisir entre faire preuve de trop d’optimisme et l’évidente réalité des choses. Je veux y croire, je croise les doigts et évidemment… On se tient au courant !

Skywilly

Skywilly

Rédacteur en chef collectionneur de Skylanders et qui passe beaucoup trop de temps sur ces briques Lego. Heureusement qu'il y a des petits jeux pour s'évader ! Auteur de Le jeu vidéo indépendant en 2015 : Portraits de créateurs

D'autres Previews

Laisser un commentaire