Rapide Critique

A winding path

Crim
Publié le 12 novembre 2022

Développeur

Three Eyed Games

Éditeur

Three Eyed Games

Date de Sortie

27 octobre 2022

Prix de lancement

6,99 €

Testé sur

Nintendo Switch

Le grand danger des jeux où la direction artistique donne envie de tout de suite mettre les mains dessus est d’être mal fichus, avec peu d’intérêt. Heureusement pour nous, le premier titre du petit studio allemand a beaucoup plus à proposer qu’un joli coup de crayon de papier. Car oui, l’ensemble du jeu est dessiné à la main, sans aucun autre ajout que celui obtenu par le crayon de bois. Et malgré le manque de détails que peut apporter la couleur, nous sommes bien sur un monde vivant, où l’ambiance est parfaitement donnée grâce aux animations et au sound design.

Nous sommes clairement en plein été, sous une canicule qui dure depuis bien trop longtemps au point de manquer d’eau. Heureusement, vous êtes là pour remédier à tout cela. Votre première mission consiste à retrouver le shaman capable d’invoquer la pluie. Une fois quelques actions résolues, vous obtenez une lyre capable d’appeler la pluie et ainsi de fournir en eau champs et rivières. Par la suite, après un petit voyage en montgolfière, vous arrivez dans un village en bord de mer qui est également asséchée. Unique moyen d’y remédier, faire le festival de l’entente et de la bienveillance, pour que le dieu de mer puisse bénir à nouveau le village et apporter la marée basse. Problème, la ville voisine est en froid avec ledit village et il vous faudra jouer les médiateurs pour réconcilier tout ce petit monde afin de faire la fête.

Sous son aspect écolo, A Winding Path propose d’évoluer dans un monde heroic fantasy, permettant ainsi de justifier facilement l’invocation d’un gros nuage de pluie via une lyre. Mais là où le studio est malin, c’est qu’il prend ce décorum purement comme prétexte et se moque complètement des mécaniques classiques qui lui sont associées : si vous allez bien réaliser des quêtes, ne vous attendez pas à trucider du gobelin ou même trouver un journal de quêtes ou un inventaire, il n’y a rien de tout cela. Nous sommes ici face à un jeu entièrement pacifiste. Le fait de jouer avec les codes de l’heroic fantasy dessert toutefois un peu le joueur. Étant donné que vous allez mener plusieurs activités en parallèle, si nous n’avez pas une bonne mémoire, il sera compliqué de vous rappeler ce que vous devez faire, quels objets sont à trouver et à qui les rapporter.

Heureusement, le jeu est assez condensé (comptez 6 écrans principaux, plus une petite vingtaine d’endroits fermés) pour rapidement retomber sur les personnages principaux avec qui vous devrez interagir, et surtout la bienveillance que porte le jeu dans son propos, ainsi que l’humour, feront que les allers-retours ne seront au final ni très fréquents ni pénibles. À faire de préférence en une fois, sachant qu’il vous faudra entre deux et trois heures en fonction de votre habilité à résoudre les quêtes, et si possible, accompagné d’un chocolat chaud et d’une maîtrise de l’anglais (allemand ou espagnol, mais hélas pas de français). 

Foretales

Chaque carte a une histoire à raconter.

Laisser un commentaire