Betrayer

Betrayer

En noir et blanc, le jeu de Blackpowder a fait parler de lui, si bien et si mal que des petits malins ont pesté devant son manque de couleur. Alors les développeurs, des anciens de chez Monolith ayant travaillé entre-autres sur les excellents No One Lives Forever, y ont mis de la couleur. Et on pensait le jeu mort-né. Et on avait furieusement tort...
/