Dossier

ARTE GAME JAM 2020

Le weekend du 06 au 08 Mars eu lieu la première game jam organisée par Arte. Ayant débuté dans le medium avec des reportages interactifs, le groupe audiovisuel franco-allemand est devenu éditeur et cocréateur de projets dès le milieu des années 2010. Quand on voit leur catalogue de jeu, il en ressort autant une ligne directrice de partage de culture (Type Rider, Vectronom, Vandals, The Wanderer, etc..) que de réflexions autour de sujets actuels sous un angle social (Enterre-moi mon amour, Alt-frequencies). C’est dans cette volonté de partage, qu’Adrien Larouzée en charge du pôle jeu-vidéo à Arte, a organisé une game jam, sans aucune autre volonté que de réunir des gens de tous horizons, toute culture, afin de combler, le temps d’un weekend tout du moins, un des grands manques de la scène vidéoludique : la co-création internationale.

Pour cela, plutôt que de laisser se former les équipes au feeling à la découverte du thème, ces dernières ont été formées par l’organisation un petit mois avant la jam en respectant quelques contraintes. Chaque équipe contient six membres : Un mentor, ayant une grande expérience dans son domaine, pouvant guider l’équipe, un étudiant, puis quatre membres pour compléter tous les corps de métier nécessaire à la conception d’un jeu. Mais surtout, l’ensemble des équipes est paritaire, chacune ayant 3 femmes et 3 hommes. Toutes ces contraintes (qui ne le sont pas) ont comme unique objectif la bienveillance et le bien être (aidé par l’association Game Impact) de l’ensemble des participants et clairement, cela se sentait dans les locaux. Notamment aidé par la fermeture du local la nuit, forçant les gens à aller dormir (une manière de combattre la culture du crunch, mais aussi de prendre soin des jameur.se.s) !

Évidemment, il en va de mĂŞme pour le thème de cette game jam, oĂą l’objectif Ă©tait bien d’avoir le thème le plus libre et abstrait possible afin de laisser s’exprimer les Ă©quipes, qui nous ont toutes proposĂ©es des expĂ©riences bien diffĂ©rentes, que cela soit dans leur mĂ©caniques que dans leur narration.

SEPT

Un simple chiffre à la symbolique énorme, présent dans diverses cultures. Grâce à ce choix de thème, les jameur.se.s ont pu se donner à cœur joie pour aborder leur jeu. Certain s’en sont servi comme thématique, allant de la création du monde (en 7 jours) à l’orgasme (monter au 7e ciel), d’autre comme élément de gameplay (contrainte à 7 actions, jeu en 7 étapes, en sept secondes) jusqu’au nombre de joueur.se.s (un jeu multi à 7 sur un clavier (rapidement limité à 4 parce qu’injouable à 7)). Et si la diversité était bien présente sur le gameplay, elle se retrouvait évidemment dans les thèmes, tout aussi variés. Certains étaient loufoques, avec par exemple un jeu de rythme d’une compagnie de 7 crevettes devant venir à bout d’un cuisinier sur un esprit far west, où un jeu de speed-dating où l’on doit trouver un tueur mais où on peut aussi trouver l’amour. D’autre beaucoup plus attendrissant, comme 7 generations, qui a comme objectif de placer 7 strates de vie à l’écran, sans oppresser les générations précédentes, le tout avec un gameplay à la Flappy Brid, ou Mail Day, où l’on incarne un facteur devant délivrer le courrier (à la DA magnifique).

La diversité ne s’arrêtant pas là, d’autres équipes ont pris le choix de proposer des expériences moins classique, avec 7e ciel, où un joueur.se uniquement muni d’un casque doit retranscrire le rythme de la respiration qu’il entend sur la main de son.a partenaire de jeu pour que celui-ci dessine en rythme le symbole présent sur un téléphone, là où You’ve got mail ! fait le choix d’un jeu à faire via Twitch où le streameur sera confronté à des choix moraux ainsi qu’au choix réalisés par ses vieweurs, devant provoquer une interaction entre eux.

Avec ses dix projets, tous aussi diffĂ©rents que crĂ©atifs (sans oublier une autre petite dizaine crĂ©Ă©e par des Ă©quipes n’étant pas sur place), qu’ils soient aboutis ou non, la grande rĂ©ussite de cette game jam vient surtout de ses 3 jours de crĂ©ations dans un environnement sain, ayant permis Ă  l’ensemble des participant.e.s de laisser libre part Ă  leur crĂ©ativitĂ©. Et pour les plus curieux, vous pouvez Ă©videmment tester l’ensemble des jeux disponibles en libre accès sur la page itch.io de l’évĂ©nement.