Aragami

L’Aragami est une créature bien étrange. Créature des ombres par définition, l’Aragami y vit et y est le plus à son aise, craignant la lumière de tout son être. C’est néanmoins à la lumière que l’on peut au mieux apprécier ses couleurs flamboyantes et son ombrage divin, à l’image de la déesse Amaterasu. On ne peut l’observer à son plus beau que quelques secondes à la fois, le temps de traverser une ruelle bien éclairée, assombrissant le tout sur son passage, mais le jeu en vaut la chandelle.

Lire la suiteAragami

Stellaris

Paradox Development Studio est sans conteste la référence en termes de Grand Strategy, avec des licences telles que Crusader Kings, Europa Universalis, Hearts of Iron ou Victoria. Pour ceux qui ne connaissent pas, le Grand Strategy est un sous-genre des jeux de stratégie qui place le joueur au contrôle d’une nation ou d’un empire (généralement) et demande d’utiliser toutes les ressources de cette entité (notamment militaires mais aussi économiques, diplomatiques, politiques ou technologiques) pour accomplir des buts divers mais généralement liés à une montée en puissance. Les jeux de Paradox étaient jusque-là historiques, couvrant une période allant du second siècle avant J-C aux années 1960, avec entre autres la Rome antique, le Moyen-Âge, les Grandes Découvertes ou encore les deux Guerres Mondiales. Avec Stellaris, PDS se jette dans l’inconnu : le jeu débute en l’an 2200, alors que des civilisations diverses et variées accèdent à la possibilité du voyage dans l’espace. De nombreuses mécaniques et features intéressantes du jeu se découvrent par accident en jouant et émerveillent le joueur. Pour tenter de laisser la surprise, je vais quand même essayer de ne pas trop spoiler celles-ci dans la suite de ce test et de me concentrer sur les mécaniques abstraites et principales plutôt que des détails qui prennent toute leur importance en étant découverts en pleine partie.

Lire la suiteStellaris