Critique

Kingdom Of Amalur Re: Reckoning

Shutan
Publié le 18 janvier 2021

Développeur

Kaiko Big Huge Games

Éditeur

THQ Nordic

Date de Sortie

8 septembre 2020

Prix de lancement

Entre 40 et 55 €

Testé sur

PC

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur reddit
Partager sur email

Dans le doute, frappe encore. Ce proverbe Troll est tout à fait adapté à Kingdom Of Amalur Re: Reckoning, le “remaster avec des très gros guillemets” de Kingdom Of Amalur Reckoning, un jeu qui n’avait pas rencontré le succès à l’époque de sa première sortie en 2012. THQ ayant récupéré la licence dans un lot décide de le ressortir avec un petit coup de peinture magique, mais est-ce une idée valide ?

The Elder's Realm of Spawn : Kazooie

Sur le papier, on part assez gagnant. Un jeu co-créé par Ken Rolston, le lead designer de Morrowind et d’Oblivion, scénarisé par R.A Salvatore, écrivain et créateur (entre autres) de Drizzt Do’Urden, personnage célèbre et récurrent des Royaumes oubliés de Donjons et Dragons, mis en images par Todd Mc Farlane, créateur (entre autres, toujours) de Spawn et appuyé par la musique de Grant Kirkhope, ancien de Rare, c’est émoustillant ! Alors, comme dit le chat orange “what could possibly go wrong ?” Ce qui a gowrongué comme on dit, c’est que le jeu a coûté une blinde et qu’il n’a eu qu’un succès mitigé, car il n’est au final pas mieux que la somme de toutes ses inspirations.

Après moult péripéties et un procès du Delaware (salut, Wayne on est dans le Delaware), le jeu s’est retrouvé indisponible à l’achat et la licence abandonnée par EA a été récupérée dans le caniveau par THQ qui a comme une sorte de fétichisme avec les projets un peu bancaux. Bref, THQ ramasse la licence, et le jeu, rassemble quelques développeurs et un sharepoint de 38 Studios (le studio original, fondé par un joueur de baseball, si, si) et après un petit passage chez l’esthéticienne, pif pouf magie, Kingdoms Of Amalur Re: Reckoning est de sortie, et, ce n’est pas une surprise, c’est exactement le même jeu. En plus joli, et sur les consoles de l’ancienne nouvelle génération. Mais c’est le même jeu.

La Roue du Destin : 8 ans plus tard​

Alors on pourrait penser que c’est une mauvaise chose, mais pas vraiment en fait. Parce que comme indiqué plus haut, le talent de ses créateurs en fait tout de même une aventure plutôt jolie, dense et intéressante à parcourir. Il propose des environnements variés (même s’ils sont très classiques : la forêt millénaire, le désert, etc.) un système de combat et d’aventure classique mais très prenant, les combats ont beaucoup de rythme et se rapprochent presque parfois d’un beat them all moderne, et des quêtes par palettes entières. Le scénario, classique, est finalement assez prenant si on se laisse emporter et la galerie de personnages et de races aux noms impossibles à retenir et imprononçables respecte le cahier des charges de la fantasy à papa.

Pas trop envie d’en dévoiler trop mais si vous appréciez la mythologie celtique irlandaise, les histoires de destin et globalement fracasser des trucs au marteau, la balade n’en sera que plus agréable. Sachez que si les enjeux du jeu sont aussi assez épiques, il ne manque pas d’humour et certaines quêtes sont délicieuses. Pour vous donner une idée, c’est World Of Warcraft en solo et avec des combats en temps réel.

Par contre le remaster est très paresseux. Les défauts agaçants du jeu (comme son inventaire nul à chier) n’ont pas été modifiés et réussir à s’équiper ou à comprendre comment crafter des trucs est encore une tannée. Graphiquement, sur PC aucune différence notable entre les deux versions du jeu sinon un bloom dégueulasse, mais les versions PS4 et Xbox One bénéficieront de graphismes plus nets et d’un framerate stable comparativement à la version originale sur PS3 et 360. Le jeu comprend aussi les extensions sorties à l’époque et il semblerait qu’une extension complémentaire vienne s’ajouter par la suite (mais il faudra raquer). Pour autant quelques mécaniques ont changé, notamment l’attribution du butin, dont la gestion aléatoire a été ajustée, mais ça reste relativement anecdotique.

Une ressortie presque intouchée pour un jeu sympa, peut-être une bonne occasion de lui offrir une seconde chance si vous l’aviez loupé à l’époque. Dans tous les cas, on a là un jeu d’aventure solide, aux mécaniques intéressantes et au monde soigné, quoiqu’un peu générique et constellé de quêtes et de butin. Si vous en avez marre de Skyrim, c’est une bonne alternative.

Timelie

L’art de faire “mentir” le temps

1 réflexion au sujet de « Kingdom Of Amalur Re: Reckoning »

Laisser un commentaire