Rapide Preview

Summertime Madness

Skywilly
Publié le 3 février 2021

Développeur

DP Games

Éditeur

DP Games

Date de Sortie Prévue

Juin 2021

Version jouée

Démo de Février 2021

Testé sur

PC

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur reddit
Partager sur email

Tout comme à Prague en 1945. C’est la Guerre et un peintre, plongé dans ses œuvres, tente de survivre à cette horreur en créant les plus beaux paysages. Un homme intervient alors, curieusement par magie, pour conclure un pacte avec lui. Vous êtes ce peintre et vous voilà plongé dans vos propres œuvres, en tentant d’en comprendre le sens et de ce fait, en vivant la plus concrète des introspections.

Tout commence sur une belle étendue paradisiaque avec, en son centre, ce phare si classique des Walking Simulator à message. Un bateau est aussi de la partie, que vous devrez le reconstituer morceau par morceau, énigme après énigme. Mais rapidement, la plongée dans l’œuvre du peintre se fait plus radicale : du vide, des pensées autour de plusieurs sujets principaux tels que l’amour ou la foi (ici présente dans cette démonstration jouable), des puzzles plus complexes autour d’illusions d’optique, vous demanderont davantage de temps pour être compris mais ne semblent, là aussi, absolument pas punitifs, ne laissant pas très longtemps le joueur dans l’incompréhension. Il n’explique rien, mais tout semble avoir un minimum de sens. On ne peut pas sauter, par exemple, limitant les possibilité de jeu lorsqu’il s’agit de se rendre d’un point A à un point B. On ne peut qu’activer des choses avec la bonne touche, sans autre interaction différente possible, limitant là aussi les questionnements du joueur face aux différents défis.

Loin de sembler présomptueux ou difficile d’accès, Summertime Madness se montre dans cette version de démonstration comme un très beau jeu d’exploration et de puzzle avant tout. Que vous soyez sensible à ce que vous raconte le jeu ou non, il ne vous laissera pas sur le bas côté. Au mieux, vous aurez le droit à un récit profond. Au pire, à une belle traversée. C’est en tout cas ce que semble être ce Summertime Madness aux ambiances très différentes à chaque nouveau tableau proposé. 

Sur la petite heure (trente minutes si vous êtes rapide) que propose la démo, on a le temps de se rendre compte des qualités évidentes que seront celles de Summertime Madness à sa sortie, à l’été prochain. Néanmoins, beaucoup de questions typiques du genre se posent : l’absence de message direct posera-t-il souci sur la longueur ? Le rythme tiendra-t-il la route tout du long ? Déjà ici, les énigmes sont inégales en termes de durée de vie et de complexité, rendant probable la présence d’une courbe de progression légèrement en dents de scie qui peut couper court à toute aventure paisible pour les joueurs les moins aguerris, ou qui préfèrent voyager avant de réflechir. Et on les comprend tant les images de ce titre nous vendent le plus beau des rêves.

Laisser un commentaire