Rapide Critique

A Comfortable Burden

Skywilly
Publié le 5 février 2021

Développeur

OtterWays

Éditeur

OtterWays

Date de Sortie

21 janvier 2021

Prix de lancement

2,99 €

Testé sur

PC

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur reddit
Partager sur email

Au grand dam des puristes et de ceux qui ne voient le jeu vidéo que comme un amusement, ce medium si jeune et populaire, touchant tous les âges, tous les genres, n’a de cesse d’être utilisé à des fins pédagogiques, militantes ou juste pour porter de simples mais importants messages de société. Mais si l’art peut être porteur d’un message, comme il peut suffire à divertir et à cultiver, rares sont les moments où il sait se faire pédagogue. Avec son logo assez moche et son trailer abscons, A Comfortable Burden qui possède sans vraie raison logique un nom anglais pas franchement vendeur pour le grand public, parvient malgré tout à parler de son sujet avec brio.

Oui, c’est un peu un Serious-Game. Non, il est n’est pas ennuyant. Ce jeu dure une vingtaine de minutes en ligne droite, un peu plus si vous ne parvenez pas à atteindre les objectifs proposés, et vous parle d’un sujet très important aujourd’hui : la Charge Mentale.

Vous jouerez un personnage qui devra suivre un simple “post-it” lui expliquant quoi faire de sa journée : faire la vaisselle, nettoyer la table, etc. Une fois vos objectifs terminés, vous passerez au second personnage qui, lui, n’a aucune directive. Il vous faut errer dans la maison et trouver les choses à faire, sans post-it et sans aide. En faisant s’enchainer ce que l’on pourrait vidéoludiquement parlant nommer comme des “modes de difficulté” très différents, la charge mentale est visualisée et vécue très rapidement par le joueur comme un pic de difficulté complètement injuste. Le problème est illustré de façon vidéoludique, avec des codes de jeu vidéo que tout le monde peut instantanément comprendre. 

On se retrouve donc avec du non-jeu traditionnel. Une expérience qu’on s’imagine ample et libre, avec une idée de gestion accolée à des pics de difficulté, mais tout s’écroule lorsque la morale du jeu reprend la main : non, il n’y a pas de solution à la charge mentale autre que d’en changer le paradigme de base. Spoiler : le jeu va attendre de vous voir vous perdre dans les tâches ménagères avant de suggérer que ce serait bien plus simple à deux. Vous contrôlerez deux joueurs, l’un après l’autre, qui ensemble n’auront alors plus aucun mal à nettoyer la maison sans qu’aucun des deux n’en souffre plus que l’autre.

Sans aucune définition autre que celle que l’on peut trouver dans un menu à part, vous allez vivre une expérience ludique qui vous laissera comprendre souris en main, ce qu’est exactement la Charge Mentale. Sans aucun dialogue, aucune explication, aucune directive, sans jamais vous prendre par la main. Et c’est en cela que ce jeu qui ne payait pas de mine dans sa promotion se révèle un très puissant outil pédagogique. Accompagné, discuté, il peut être la meilleure introduction possible au sujet auprès de tous les publics, surtout des plus jeunes.

Laisser un commentaire