Critique Vidéo

Ghosts ‘n Goblins Resurrection

Skywilly
Publié le 11 mars 2021

Développeur

Capcom

Éditeur

Capcom

Date de Sortie

25 février 2021

Prix de lancement

30 €

Testé sur

Nintendo Switch

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur reddit
Partager sur email

Depuis 1985 avec le tout premier ghosts ‘n goblins, la série de Capcom créée par Tokuro Fujiwara n’a eu de cesse que de se proposer en suites et remakes plus ou moins heureux et ce, sur absolument toutes les plateformes. En ce début d’année 2021, Capcom nous propose de découvrir une nouvelle vision de l’aventure originale. En toute honnêteté, à l’annonce, on a un peu fait une grimace de dégoût et on pouvait se poser plein de questions : qu’est-ce que c’est que ce style visuel ? Pourquoi les animations sont si saccadées ? Qui va avoir envie de jouer à ça de nos jours ? Et puis en posant enfin nos mains dessus : surprise, c’est plutôt bien.

C’est bien parce que ça reprend exactement la difficulté de l’époque, honteusement injuste, mais mise à jour avec des bannières à atteindre qui permettent de reprendre à plusieurs endroits du niveau. C’est bien aussi parce que les modes de difficulté sont nombreux et le jeu n’aura de cesse de vous rappeler que vous pouvez baisser la difficulté pour votre plus grand plaisir. D’ailleurs, je ne peux QUE vous suggérer de la baisser au maximum lors de votre première partie. Le jeu est pensé pour ça et c’est très plaisant. C’est bien, parce que c’est plutôt cool de voir qu’un jeu étant autant le fer de lance de toute une génération de joueurs qui ne jurent que par la difficulté et la comparaison de leurs gros muscles vidéoludiques parte totalement à contre-courant et opte pour le défi grand public, en assumant totalement être injuste et en jouant de cela avec les nouveaux joueurs. A titre personnel, je trouve que c’est sa première force.

Si dans les jeux originaux il suffisait de se faire toucher une seule fois pour voir notre héros en caleçon, avant qu’il ne se retrouve en tas d’os au second et dernier raté, Résurrection propose de moduler cela en fonction de la difficulté choisie. Ainsi, votre armure se brisera peu à peu au fil des coups reçus. C’est intelligent parce que cela permet de clairement visualiser quel est notre taux d’échec et, pourquoi pas, augmenter légèrement la difficulté si on aime ça, sans pour autant passer un cap trop violent. Autre bonne idée : la présence cachée de petites fées qui, collectées, permettent de débloquer des pouvoirs divers et variés sur un arbre de compétences intéressant. On y déverrouillera certains pouvoirs, mais aussi la possibilité de ne pas mourir en cas d’échec fatal. Des pouvoirs qui pourront être améliorés en fonction du nombre de fées collectées, et qui pourront être supprimés ou replacés à volonté pour moduler son expérience de jeu.

Faisant un gros mélange bien secoué des niveaux des deux jeux phares de la série, Ghost n Goblins et Ghouls n Ghosts, ce bien nommé Résurrection offre aussi plusieurs armes différentes à découvrir. Vous pourrez troquer votre lance contre des couteaux, des torches, des roches et autres joyeusetés très originale parfois, avec des armes ayant toutes leurs qualités et leurs défauts à l’utilisation. 

Visuellement, il faut en parler : c’est beaucoup plus réussi que prévu. L’aspect « cartonné » de tout ce petit théâtre de marionnettes de centre de loisirs de luxe fait vraiment mouche, parce qu’il fonctionne totalement avec l’univers original. Les boss, gigantesques, ont vraiment leurs moments de gloire dans ce Résurrection qui n’en fait pas de simples sacs à points de vie. Il va souvent falloir être malin ou, avec de la chance, parvenir jusqu’à eux avec la bonne arme qui percera leurs défenses ou leur façon de nous attaquer.

Contre toute attente, Ghosts’n Goblins Résurrection est un vrai bon jeu qui va jusqu’à définitivement vieillir les titres originaux pour se proposer comme objectivement très unique pour les jeunes générations et les nouveaux joueurs. Si vous lancez ce jeu, les anciens titres de la série vous paraitront excessivement fades et sans saveur. Seul bémol : l’OST d’origine était mémorable alors que les remix de cette Résurrection ne restent absolument pas en tête. On a donc frôlé la perfection en termes de remix nostalgique… Il leur suffirait de nous ajouter les musiques originales en mise à jour dans un futur proche pour qu’on puisse affirmer que cette Résurrection est une des plus propres et dignes qu’on ait vu jusqu’alors. Et clairement, c’était exactement l’hommage qu’il fallait rendre à la série : en assumant sa difficulté et en faisant de celle-ci la blague enrobant l’énorme travail artistique réalisé en parallèle. C’est au final un vrai ovni vidéoludique, certes, mais qui ne prend jamais le joueur de haut ni ne vient le marteler que « c’était mieux avant ». Bien au contraire.

Laisser un commentaire