Rapide Critique

Marvel’s Avengers : Opération Hawkeye

Skywilly
Publié le 22 mars 2021

Développeurs

Crystal Dynamics, Eidos Montréal, Nixxes Software et Crystal Northwest

Éditeur

Square Enix

Date de Sortie

18 mars 2021

Prix de lancement

Gratuit (Jeu de base obligatoire)

Testé sur

Xbox Series S

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur reddit
Partager sur email

La nouvelle petite extension gratuite de contenu pour Marvel’s Avengers est disponible pour tous les possesseurs du jeu, quelle que soit leur plateforme ! Après l’apparition de Kate Bishop qui n’a rien changé à la donne d’un mauvais jeu service qui peine toujours autant à se réveler amusant, c’est l’autre archer Hawkeye qui débarque en personnage jouable dans l’aventure. Mais avant de pouvoir lancer les sempiternelles mêmes missions à travers le globe en jouant notre beau-gosse larmoyant à outrance, il va falloir en compléter sa quête principale. Faisant scénaristiquement toujours suite à l’aventure principale, celle-ci nous propose de voyager dans le futur pour sauver le présent.

Mais avant de parler de cette histoire de deux à trois heures de contenu, il faut rappeler qu’en même temps que ce tte mise à jour, une version du jeu a débarqué sur PlayStation 5/Xbox Series, corrigeant pas mal des défauts de base. Désormais les chargements tirent parti du Disque Dur en SSD et sont quasi inexistants. Aussi, visuellement, les possesseurs de bons téléviseurs vont pouvoir s’en donner à cœur joie. Il faut l’avouer : cette mise à jour apporte beaucoup de confort et nous pousse un peu à laisser une seconde chance à Marvel’s Avengers.

L’histoire raconte donc, sans trop vous en révéler les tenants et aboutissants, comment Hawkeye va se rencontre lui-même mais dans le futur pour comprendre comment corriger le présent. Au fil d’une demi-dizaine de missions, on aura le droit de découvrir une zone dévastée désertique que les lecteur.ice.s de comics apprécieront s’il.elle.s ont déjà lues les pages de Old Man Logan ou Old Man Hawkeye. Mais la zone de Brooklyn sera aussi de la partie, directement tirée, de l’arc scénaristique de David Aja

Le jeu a toujours les mêmes défauts : il est brouillon, pousse au loot à outrance pour espérer avoir un personnage correct et surtout, enchaîne les combats sans âme contre des robots ne demandant que de réaliser les bons combos et esquives au bon moment. Par contre, beaucoup de bugs ont été corrigés depuis la sortie et cela se ressent ! On a quand même beaucoup moins de frustration à visiter cet univers. Sans doute aussi parce que Hawkeye est, comme tous les personnages du jeu d’ailleurs, très bien conçu. Visuellement, on ne comprend toujours pas le délire de ces couleurs fades et de ces faciès semi-réalistes, mais en termes d’idées de gameplay c’est toujours une belle proposition qui nous laisse tout de même espérer, un jour, d’un bon jeu.

Ainsi Hawkeye pourra tirer trois types de flèches (rapides et précises, électrifiées et groupées, ou en courbe) et frapper à l’épée en combos dévastateurs à base de X et de Y (ou de Carré et Triangle, choisissez votre camp). Les animations sont plutôt propres, les idées de combos et les améliorations à débloquer rendent l’évolution amusante et il est clairement possible de créer son propre Hawkeye en fonction de sa façon de jouer. On reste un peu déçu de sa faculté de furtivité qui, avant un certain niveau, ne sert pas à grand-chose. La faute à des adversaires, IA ou non, qui ne laisseront jamais le joueur effectuer tranquillement son déplacement furtif et malin.

Le problème, comme d’habitude, c’est le jeu de base : des robots, des ascenseurs (ils en ont ajouté un à Brooklyn qui frôle la moquerie de la part de l’équipe de développement), des combats extrêmement brouillons qui explosent dans tous les sens, des barres de vie géantes pour les boss et une extrême répétitivité du tout donnent toujours cet aspect fade au programme qui ne réjouit pas au-delà de l’aventure scénarisée proposée. Qui, par ailleurs, est beaucoup plus intéressante à découvrir pour ces nouveaux environnements que pour son scénario, toujours très téléphoné, inconsistant et beaucoup trop référencé pour être honnête.

Prisme 7

Art Moderne et Jeu Vidéo

Laisser un commentaire