Rapide Critique

Warpips

Skywilly
Publié le 19 juin 2021

Développeur

Skirmish Mode Games

Éditeur

Daedalic Entertainment

Sorti en Accès Anticipé

29 avril 2021

version testée

1.0.2.15 EA

Testé sur

PC (Steam)

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur reddit
Partager sur email

Un jeu d’action à pixels chez Deadalic, bah tiens ! Loin d’être banale, cette information laisse imaginer que l’équipe de curation plutôt exigeante du développeur, surtout habituée aux jeux plus “intelligents”, souvent des jeux d’aventure (même s’ils se diversifient depuis quelque temps), est vraiment tombée amoureuse de ce titre. Sorti en Early Access fin avril dernier, on a pris le temps de découvrir ce qui est donc une idée très basique adaptée de façon bien bourrine, avec du gros son, des pixels et des explosions.

Warpips reprend cette idée déjà vue autre part, mais toujours effective, surtout sur plateformes mobiles, d’invocation de soldats qui se dirigent droit vers le camp ennemi en tentant de survivre et d’abattre tout ce qui se trouve sur leur chemin. De votre côté, il y a aussi votre base mobile et elle ne doit pas être détruite par l’adversaire sinon, c’est le Game Over. Le mode campagne du jeu vous demande de conquérir plusieurs territoires de trois iles toutes plus difficiles d’un niveau à l’autre et pour ce faire, vous avez le droit à trois vies. Donc à trois échecs avant de retourner au menu principal.

Les soldats, véhicules et objets (canons, zones de couvertures et autres interactions directes du joueur comme des missiles ou des drones explosifs) seront à choisir dans votre inventaire avant le lancement d’une mission. Votre inventaire se gonflant d’unités différentes au fil de vos réussites, il faudra les utiliser avec parcimonie à chaque mission, dans le but d’en posséder un large panel (et les plus utiles stratégiquement) pour le grand combat final contre la base de l’île que vous envahissez. Les premières parties vous montreront rapidement que c’est dans cette stratégie-là que Warpips trouve tout son intérêt. Spoiler : vos premières parties se termineront mal. Il va falloir apprendre dans la douleur.

En pleine mission, sur fond d’une musique bourrine qui rappelle clairement le thème d’un Red Alert de Westwood (c’est sans aucun doute un hommage), tuer les unités ennemies augmentera une jauge de niveau. À chaque niveau franchi vous obtiendrez une amélioration pour votre armée qui pourra être dépensée dans plusieurs options : l’obtention directe d’argent pour générer d’autres unités, l’augmentation du pactole obtenu dans vos prochaines évolutions, l’augmentation des effectifs sur le terrain (le plus important au commencement) ou encore l’évolution du grade de vos unités (qui demande plusieurs améliorations pour chaque grade). Vous vous occuperez de tout cela pendant que vos unités fonceront sur l’ennemi et contrairement à beaucoup trop de jeux du genre, Warpips n’ennuie jamais. Il y a toujours quelque chose à faire et c’est tant mieux.

Déjà réussi dans sa globalité, bourrin à souhait, amusant avec ses explosions de pixels qui font leur effet, Warpips est toujours en Accès Anticipé pour une seule et très bonne raison : il est encore très déséquilibré. Si cela ne vous dérange pas le moins du monde (plusieurs modes de difficulté sont disponibles de toute façon) et que vous aimez le genre, simple, mais chronophage, alors vous pouvez foncer. Ce n’est pas le jeu du siècle, mais on s’y amuse très facilement et on ne compte pas ses heures devant ce petit titre au syndrome du “allez, encore une partie”. Seul le Game Over démotive réellement… Mais une bonne nuit de sommeil vous remontera à bloc. Voilà le signe que Warpips fonctionne !

Laisser un commentaire