Rapide Critique

GetsuFumaDen: Undying Moon

Vasquaal
Publié le 5 mai 2022

Développeur

Konami Digital Entertainment

Éditeur

Konami Digital Entertainment

Date de Sortie

17 février 2022

Prix de lancement

25 €

Testé sur

PC

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur reddit
Partager sur email

GetsuFumaDen: Undying Moon est la suite d’un jeu Nes sorti en 1987 dont il a l’apparence, mais en se démarquant sur le fond. Bien qu’il reste un jeu d’action vu de côté, il troque le classicisme de son héritage pour une orientation roguelike plus à la mode. Ses niveaux se construisent comme des semblants de labyrinthes aux chemins interconnectés dans lesquels vie et mort se joueront au pixel près. 

Dans les faits, il peinera à maintenir notre motivation. GetsuFumaDen n’est pourtant pas foncièrement mauvais. Il a ses qualités, notamment celles d’un système de combat fonctionnel avec un héros aux mouvements suffisamment réactifs et fluides pour satisfaire le chaland, malgré un côté légèrement flottant du à sa 3D. Il est aussi plutôt correct visuellement parlant, recouvrant cette 3D d’un graphisme estampillé estampes (Ukiyo-e), avec ses lignes et ses couleurs soignées principalement en ce qui concerne ses personnages et surtout ses boss qui sont plutôt cools. Les décors peinent un peu par contre en étant un peu vides et tristes, souvent sans grande personnalité, une fois son esthétique d’un folklore fantastique japonais passée.

Son plus grand crime restera cependant son manque de variété. Le jeu s’articule autour de quelques types d’armes bien spécifiques et de leurs variations sans finalement trop nous surprendre sur la longueur. On est loin de la politique habituelle des roguelite de nous abreuver de surprises avec des armes, parfois aussi de simples variations d’autres armes, se démarquant néanmoins par des effets surprenants et amusants. Dans les faits, GetsuFumaDen reste correct, mais ne nous met pas à la renverse non plus par une générosité sans fin. Il pêche un peu par un contenu un tantinet redondant et fade qui n’offrira aucune révolution.

Le plus compliqué restera sa difficulté artificiellement renforcée par une évolution fastidieuse. Dans les faits, vous pourrez faire deux choix. L’un d’eux implique de poursuivre son aventure jusqu’à trépas, tandis que l’autre permet de quitter son run en cours de route pour rapatrier de précieuses ressources ainsi récoltées. Puisque autrement, à la mort de votre personnage, elles seront toutes perdues. Ce second choix implique forcément de redémarrer de zéro un nouveau run par la suite. Pour ne pas non plus trop nous frustrer par un éternel cycle de parties avortées dans l’œuf, les ressources ainsi rapatriées pourront être dépensées dans des améliorations permanentes rendant ainsi notre prochaine escapade un peu plus aisée.

Il reste tout de même que cette boucle de gameplay pourra s’avérer assez vite répétitive sachant que la moindre amélioration en question nécessitera de grandes quantités de ressources pour être débloquée. Surtout qu’au début, le jeu sera un peu obscur sur ses systèmes de jeu, avec un peu beaucoup de grind pour pas grand-chose, là où d’autres comme Dead Cells font preuve de plus de souplesse dans la gestion de leurs ressources, rendant leur expérience de jeu plus agréable. D’autant plus que GetsuFumaDen, malgré un système de combat satisfaisant, peine à garder une vraie lisibilité de l’action en inondant l’écran d’effets visuels parfois plus gênants que pertinents.

Dans son ensemble, GetsuFumaDen: Undying Moon fait le taff sans pour autant arriver à nous procurer la petite étincelle nécessaire pour le rendre incontournable, a contrario d’autres roguelites plus généreux et moins frustrants ludiquement parlant.

Laisser un commentaire