N++

Quel est le point commun entre l’emmental français et l’emmental, le gruyère français et le gruyère, un jeu de plateforme quelconque et N++ ? Quand vous avez goûté du second, vous ne pouvez plus jamais retourner au premier sans avoir un arrière-goût insupportable au fond de la gorge. Tenter de jouer à n’importe quel jeu de plateforme après avoir passé plusieurs heures sur N++ est l’équivalent vidéo-ludique de tenter de manger une fondue ou raclette savoyarde après en avoir mangé ne serait-ce qu’une seule fois en Suisse. Ça ne passe tout simplement pas du tout, et on se retrouve très vite à pleurer en boule en-dessous de son lit, ne pouvant être satisfait par une pâle copie.

Lire la suiteN++

INVERSUS

Il y a une chose que je trouve particulièrement intéressante dans le jeu vidéo, c’est l’abstraction. Elle est souvent la plus présente dans des jeux indépendants, pour des raisons simples : l’abstraction s’accompagne souvent de minimalisme. Cela se fait autant au niveau audio-visuel – de façon assez évidente – qu’au niveau des mécaniques de gameplay – notamment en ayant un nombre très limité de mécaniques autour desquelles le jeu est bâti. INVERSUS baigne autant dans l’abstraction que dans le minimalisme, ce dernier étant sans doute une conséquence d’être développé par une seule personne, Ryan Juckett dont c’est le premier jeu en indépendant après des années sur des jeux AAA.

Lire la suiteINVERSUS

Pretentious Game

Peut-on faire un jeu essentiellement narratif au sujet mature basé sur un gameplay de type puzzle-plateformer ? C’est en tout cas clairement la volonté de Keybol, qui désamorce l’ampleur de son ambition dès le titre de son jeu et persévère dans sa mise en forme minimaliste. Peut-on faire un jeu prétentieux sans prétention ?

Lire la suitePretentious Game