Along the Edge

Nova-box n’est pas à proprement parler un studio dédié au jeu vidéo, mais une agence web & mobile qui touche un peu à tout. Après s’être essayé au jeu avec Echoes (sur iOs), la société française, basée à Bordeaux, récidive avec Along the Edge, un visual novel sur mobile, PC et Mac. Qu’est-ce que ça donne ?


Une histoire (presque) normale

Le visual novel est un genre qui s’autorise facilement des histoires locales et des enjeux plus modestes que les sempiternels sauvetages du monde et de l’univers dont tant d’autres genres peinent à s’affranchir. Il n’est pourtant pas nécessaire de faire peser une menace sur l’humanité toute entière pour rendre un récit captivant, et il est toujours agréablement surprenant de se trouver face à un scénario qui laisse de côté ces poncifs épiques. Along the Edge raconte l’histoire de Daphnée, une doctorante en mathématiques qui hérite, à la mort de sa grand-mère, d’une grande maison dans un village perdu à la campagne. C’est l’occasion pour elle de changer de vie, alors qu’elle vient de subir une déception amoureuse. Adieu la ville, donc, la voilà qui part s’installer dans cette campagne inattendue, où elle trouve rapidement un poste d’enseignante.

Le point de départ du jeu est ainsi ancré dans la réalité et pose les bases d’une histoire simple. Mais bien sûr, les choses vont quelque peu s’emballer dès les premiers jours de Daphnée dans cette nouvelle vie. Il apparaît rapidement que le village renferme un mystère, auquel prennent part deux familles historiquement influentes : les Malterre et les Delatour, dont Daphnée est la dernière descendante. Entre ces querelles familiales, l’irruption de son ex, la présence d’une étrange tour qui n’a pas d’entrée et d’insistantes rumeurs de sorcellerie, Along the Edge parvient sans mal à construire un univers passionnant, donnant tant envie d’en savoir plus sur l’atmosphère particulière du village que d’aider Daphnée dans sa nouvelle vie.



Embranchements et souplesse scénaristiques

En termes de construction, Along the Edge fait dans le classique : le jeu déroule son histoire, propose régulièrement des choix au joueur (la plupart du temps lors de dialogues), et ces derniers ont une influence plus ou moins directe sur la suite. Tout est donc linéaire, et l’intérêt ludique vient de la gestion des conséquences des décisions prises par le joueur. On retrouve évidemment les traditionnelles fins différentes, et il faut saluer le fait que les embranchements ne se limitent pas à quelques phrases modifiées, ou une séquence quelque peu différente selon l’option pour laquelle on a opté ; les différences peuvent être bien marquées, et portent autant sur le dénouement que sur l’aspect physique de Daphnée, amené à être modifié selon l’évolution de sa personnalité. Le plus remarquable, c’est que la teneur de l’histoire elle-même, son fondement fantastique, est déterminée par les choix du joueur. Une grande partie du jeu tourne en effet autour de supposés actes de sorcellerie, et il y a débat entre les croyants et les tenants de la science, qui rejettent ces superstitions. Par ses décisions, le joueur va se positionner par rapport à ces questions, et cela va influer sur la réalité : y a-t-il sorcellerie, ou non ? Plus que les fins alternatives, c’est véritablement cette gestion du fond de l’histoire qui impressionne dans Along the Edge : cette sensation que les choix ne déterminent pas seulement les conséquences, mais également, en quelque sorte, les causes ; ainsi le point de vue porté sur l’ensemble de l’histoire est lui-même différent.



Certes, Along the Edge n’est pas révolutionnaire ; il n’en demeure pas moins un excellent visual novel, et se montre très bon dans tout ce qu’il entreprend : les illustrations sont très belles, l’histoire bien écrite, les choix portent à conséquence et façonnent le scénario lui-même. En plus de cela, le jeu n’est pas trop long (compter quelques heures), ce qui ne décourage pas de le relancer afin d’explorer une autre voie. A recommander pour les amateurs du genre.

Honey Rose : Underdog Fighter Extraordinaire

Il y a des mélanges de genres qui surprennent et savent capter les curiosités. Honey Rose est de ceux-là : le jeu de Pehesse se présente en effet comme un visual novel croisé avec un jeu de combat. Intrigant, au bas mot audacieux, mais qu’est-ce-que ça donne concrètement ?

Lire la suiteHoney Rose : Underdog Fighter Extraordinaire

Pregnancy

Locomotivah est un tout petit studio brésilien, déjà à l’origine de Cahors Sunset, un visual novel-RPG où le joueur incarnait un habitant de Cahors, au XXè siècle, devant survivre le plus longtemps possible. Pregnancy est également un visual novel (dépourvu d’aspect RPG, toutefois), dont le thème est évident : on y accompagne une jeune fille enceinte, qui se pose des questions au sujet de son enfant à naître.

Lire la suitePregnancy

Hatoful Boyfriend

Ha, les jeux de drague… On pensait avoir tout vu, tout expérimenté. Pourtant, l’expérience ultime ne nous avait pas encore été proposée. C’est bien joli de faire la cour à de beaux éphèbes ou de plantureuses jeunes femmes, mais on sentait bien que l’essentiel était ailleurs. PigeoNation Inc et Mediatonic l’ont bien compris. Car dans Hatoful Boyfriend, il s’agit de draguer des pigeons.

Lire la suiteHatoful Boyfriend

The Maker's Eden : Acte 1

Épisodique et sorti un peu de nulle part, ce jeu d’aventure tente de faire dans le Graphic Novel avec beaucoup de motivation. Les développeurs ont-il réussi leur coup ? Pour l’instant, c’est en dent de scie…

Lire la suiteThe Maker's Eden : Acte 1

The YAWHG

Dans six semaines, le Yawhg sera là. Dans six semaines seulement. Il amènera avec lui la fin du monde, inévitable angoisse pour qui le sait. Quatre individus qui ne se connaissent pas vont chacun vivre ce qui leur reste de temps sans savoir ce qui se dessine pour eux à l’horizon. Deux hommes et deux femmes composent le quatuor d’acteurs de cette comédie tragique. Choisissez-en deux au minimum, jusqu’à quatre au maximum. Il se joue, à la manette ou au clavier, seul ou à plusieurs, comme un visual novel, un roman audio et visuel. Personne n’est animé, il n’y a que de l’image fixe et du texte, un peu de musique et quelques choix à faire avant d’arriver au terme de ce jeu narratif.

Lire la suiteThe YAWHG

The Novelist

Le monde de l’indé continue son exploration des possibilités des jeux narratifs. The Novelist s’inscrit en effet totalement dans cette mouvance, et expose l’histoire banale mais pleine de dilemmes d’une famille somme toute normale (quoique portée vers l’art et la littérature). Le tout sous un angle mature et donc forcément dépressif.

Lire la suiteThe Novelist

Leviathan : The Last Day of the Decade

Les visual novels sont à la mode ces temps-ci. Longtemps quasi circonscrits au Japon, on voit de plus en plus d’avatars du genre en provenance d’Amérique du Nord (les jeux de Christina Love, par exemple) ou même d’Europe. C’est le cas de Leviathan : the Last Day of the Decade, développé par le studio russe Lostwood Games. Comment le visual novel est-il abordé ici, et que nous raconte le jeu ?

Lire la suiteLeviathan : The Last Day of the Decade

Leviathan : réservé à un public averti !

Longuement nommé Leviathan : The Last Day of the Decade, ce jeu d’aventure pour PC et iOS est développé par Lostwood, un studio indépendant russe existant depuis 2012 et ayant pour principal projet de créer trois jeux différents dans un même univers. Pour l’instant, contentons-nous de découvrir le premier, pour lequel il est d’ors et déjà possible de voter sur Steam Greenlight

Lire la suiteLeviathan : réservé à un public averti !