Pirate : Canonball Siege

Le jeu de Scoring est souvent considéré, à tort ou à raison, comme un sous-genre du jeu vidéo d’aujourd’hui. Nombreux sont les prétendants au titre du meilleur jeu du genre, mais peu sont les élus à réellement faire chavirer le coeur des joueurs. Le jeu de BlackPixel et Galhmac Games saura-t-il tirer son épingle de l’AppStore ?

Canon ou boulet ?

Totalement réalisé en 2D avec un somptueux look de dessin animé qui lui va très bien, ce nouveau jeu de Scoring place son action en pleine ère de boucaniers, de bouteilles de rhum et de perroquets sur l’épaule. Le joueur contrôle un pirate posté sur le ponton du port qu’il est venu défendre. En face, les eaux sont dangereuses et de nombreux navires ennemis tentent de tirer des boulets de canon sur la ville pour la détruire et ainsi mieux la conquérir. Armé de ses doigts, d’un écran tactile et d’un accéléromètre, le joueur doit renvoyer les boulets sur les ennemis et ainsi protéger sa ville le plus longtemps et efficacement possible.

Contrôlant le personnage sur son ponton en penchant son Iphone/Ipod de gauche à droite, le joueur doit suivre la trajectoire des boulets envoyés par les bateaux qui surgissent des bords de l’écran. Ces boulets peuvent alors être renvoyés d’une simple pression tactile, avec plus ou moins de classe et de points en fonction du moment où celui-ci a été envoyé. Lorsque le boulet s’approche du joueur, une cible apparait et son code couleur (vert, jaune, rouge) change en fonction de l’excellence du renvoi. Plus on se rapproche du Perfect et plus on gagne de point. Il est aussi possible de faire des combos pour faire exploser davantage le tableau des scores.

Au début assez simple, Pirate : Canonball Siege met en place quelques particularités pour compliquer la partie et la rendre bien plus amusante. Ainsi, il faut affronter deux autres types de boulets : les rouges beaucoup plus puissants et ceux ornés d’un filet qui, s’il atteint le joueur, l’emprisonne et l’empêche de jouer pendant quelques précieuses secondes. En face, les bateaux n’ont pas la même taille : plus ils sont gros et plus ils sont puissants, que ce soit dans le nombre de boulets de canon qu’ils peuvent envoyer à la suite ou tout simplement au niveau de leur résistance. Si un petit bateau se détruit après un seul boulet renvoyé, les plus grands demanderont davantage de retour à l’envoyeur. Bien entendu, les boulets rouges font aussi plus de dégâts sur les ennemis.

Un jeu pirate…

Une partie de Pirate : Canonball Siege demande pas mal de réflexes. Il faut bouger son personnage de façon assez fluide tout en visant un bateau ennemi pour que les boulets renvoyés lui soient directement destinés. Un petit panneau de ciblage automatique est disponible en bas à droite de l’écran pour ceux qui manquent de rapidité ou qui voudraient se simplifier la vie. Enfin, une jauge de Bullet-Time permet de ralentir le temps et de renvoyer les boulets d’une simple pression, sans qu’aucune précision ne soit requise pour faire mouche. Les scores gonflent, les ennemis s’en prennent plein le mât et surtout, le joueur n’a pas besoin de bouger son personnage pour renvoyer les projectiles. Le Bullet-Time est réellement la bienvenue dans les moments les plus fouillis.

Au fun immédiat, au Scoring bien présent, Pirate : Canonball Siege ne pêchait à sa sortie que par un léger problème de rythme de début de partie. En effet, le joueur ayant déjà à son compte de nombreux essais trouvait le temps long en tout début de jeu, lorsque seuls des petits bateaux faisaient irruption à l’écran et que l’action était un peu mollassonne face au rythme frénétique de la dernière session jouée. Il fallait compter une bonne minute avant de retrouver une vitesse de jeu satisfaisante. Bonne nouvelle : ce petit défaut a été totalement corrigé avec la première mise à jour du jeu qui nous propose alors de rentrer directement dans le feu de l’action. Les petits et grands bateaux surgissent des bords de l’écran à une vitesse bien plus démoniaque et c’est avec un pur plaisir sadique qu’on gigote notre iDevice dans tous les sens pour renvoyer les boulets. Sans ce problème, qui risquait d’ennuyer quelques Hardcore Gamers trop impatients, Pirate : Canonball Siege est très honnête, amusant et est réussi autant graphiquement que musicalement. Surtout, il est empreint d’une franche volonté d’amuser l’acheteur qui en aura clairement pour son argent avec les 0,79€ demandés. Dans ces conditions, comment ne pas craquer ?

Skywilly

Skywilly

Rédacteur en chef collectionneur de Skylanders et qui passe beaucoup trop de temps sur ces briques Lego. Heureusement qu'il y a des petits jeux pour s'évader ! Auteur de Le jeu vidéo indépendant en 2015 : Portraits de créateurs
Skywilly

2 pensées sur “Pirate : Canonball Siege

  • 19/03/2011 à 10:39
    Permalink

    Bonjour, Je vous annonce dans les jours à venir, une mise à jour améliorant le rythme du jeu en début de partie, plus deux/trois détails au niveau de l’enregistrement et partage des scores. On pourra aussi dorénavant jouer sans la musique tout en gardant les sons du jeu.

    Répondre
  • Skywilly
    19/03/2011 à 16:12
    Permalink

    Nous ferons un article pour expliquer cela, dès la sortie ;) Le test sera updaté, avec un petit “Ce qui change depuis la V2” (en gros) et nous modifierons le verdict en fonction bien entendu.

    Répondre

Laisser un commentaire