Y’a-t-il un pilote dans l’avion ?

Depuis la fin de la série des Combat Flight Simulator, rares sont les softs pouvant satisfaire les amateurs de simulations de batailles aériennes. Il faut dire que passer après un tel monstre n’est pas chose aisée, le niveau de détails affichés et la jouabilité étant des références en la matière. On peut donc dire, sans mauvais jeu de mots, que le concept battait de l’aile (avion…aile…vous saisissez ?). Heureusement, un concurrent, voir peut-être même un remplaçant, est sur le point de voir le jour, répondant au doux nom de Aces Hight.

Développé par HiTech Creations, Aces Hight se différencie des Combat Flight Simulator sur un détail essentiel : l’aspect exclusivement multijoueurs. Et oui, après la MMORPG, ce studio aurait-il inventé le MMOFS (Massive Multiplayers Online Flight Simulator) ?

Et dans un soucis de se faire joyeusement la guerre entre amis, HiTech a mis le paquet concernant l’arsenal disponible. Ainsi, ce ne sont pas moins d’une centaine d’avions qui seront proposés, issus aussi bien de la première Guerre Mondiale que de la seconde. On imagine alors très bien les duels entre des vieux coucous et des Spitfire… Mais là où sa devient particulièrement intéressant, c’est lorsqu’on apprend que les batailles pourront opposer quelques centaines de joueurs en simultanée, aussi bien en avions…qu’en chars ou navires de guerre.

Ainsi donc, la guerre dans les airs c’est bien, mais sur terre et dans les mers c’est mieux. Chaque partie peut alors se transformer en véritable guerre virtuelle, en espérant qu’aucun ralentissement ne soit au rendez-vous bien sûr. Rajoutez à cela des intérieurs de cockpits modélisés en 3D, plus un éditeur de cartes et tout un tas de bonnes surprises, et vous comprendrez pourquoi le jeu peut s’avérer agréable. Hélas, tout cela a un coût, car il faudra payer environ 10$ par mois avant de se prendre pour le Barron Rouge. Triste monde !

Petit nouveau.

Hiji

Petit nouveau.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.