JOHN WICK HEX

Preview Jouable : Oui – Vu chez : Bithell Games – Date de Sortie : Bientôt

Images fournies par le développeur

Il est difficile d’adapter en jeux vidéo une série de films qui ressemblent déjà à un shooter sous amphétamines. La solution trouvée par Bithell Games est surprenante, et demande un temps d’adaptation, puisqu’on se retrouve face à un jeu en 3D isométrique, à mi-chemin entre SUPERHOT et Frozen Synapse. Les déplacements s’effectuent sur une grille hexagonale (tiens, comme le titre du jeu) pour vous comme pour vos ennemis. Un choix audacieux qui peut décevoir ceux qui imaginaient déjà un énième FPS ou un éventuel clone de Max Payne.

Partager sur facebook
Partager sur twitter

Wicked Sick

Pour celles et ceux du fond qui n’auraient pas vu la trilogie cinématographique, le concept (adapté ici à la lettre) peut être résumé comme ceci : John Wick est un tueur à gage qui tient à s’assurer que ses adversaires sont vraiment morts en leur collant une balle dans la tête, qui compte ses balles et recharge le cas échéant, et qui est aussi bon au corps à corps qu’à distance, ce qui est plutôt pratique puisqu’il se bat souvent à trente contre un. Ce sont toutes ces petites spécificités qui font le sel des films et offrent des combats chorégraphiés à la perfection, et ce sont également celles-ci que le jeu essaie de reproduire. La frénésie des scènes d’action est ici découpée telle une chronophotographie : le temps est figé, et chaque pas sur la grille vous coûtera un dixième de seconde de votre temps. Chaque action à votre disposition est plus ou moins coûteuse, et il vous faudra procéder méthodiquement et composer avec chacun des ennemis à l’écran. En passant la souris sur vos adversaires, vous aurez un aperçu de leur prochaines actions (sous la forme d’une frise chronologique, qui s’aligne sous la vôtre), vous permettant ainsi de vous adapter et d’essayer d’agir avant eux. Une jauge de “focus” fait office d’endurance et sera dépensée pour les actions les plus intensives, comme les esquives ou les roulades. Recharger vos points de focus ou utiliser des bandages vous prendra une à deux secondes, une éternité lorsque chaque moment compte. Il vous faudra vite estimer si vous avez le temps de vous approcher de cet homme de main à un mètre devant vous pour pouvoir lui briser la nuque, ou si une balle dans le lobe frontal n’est pas une solution plus judicieuse. Le “contre”, qui s’effectue au corps à corps, est par ailleurs l’action la plus rapide et vous permet d’étourdir un ennemi pendant de précieuses secondes.

Le scénario prend place avant le premier film, quelque part pendant la carrière de John Wick. Chaque niveau est composé de plusieurs sections, dans lesquelles vous découvrirez des ennemis à chaque coins de mur, certains placés préalablement, certains apparaissant aléatoirement à chaque partie. Il faudra savoir se mettre à couvert lorsque nécessaire et éviter de se retrouver face à plus de deux ennemis simultanément, et donc prendre le temps d’étudier le terrain autour de soi. Point de balles infinies non plus : une fois à court de munitions, vous n’aurez qu’à jeter votre arme dans un élan de désespoir et essayer de récupérer une autre pétoire sur un cadavre encore frais. Tous les ennemis ne sont cependant pas armés, certains préférant en découdre avec les poings. A vous de décider ou non de les laisser s’approcher. Le jeu est au final une suite de décisions cruciales qu’il faut prendre sans possible retour en arrière, tout en étant régulièrement surpris par l’apparition d’un ennemi supplémentaire, afin de vous forcer à improviser constamment. Certains ennemis vous attendront d’ailleurs là où ils sont, même après vous avoir vu, vous empêchant de les attirer derrière un obstacle fort pratique. Tous ces éléments forment un tout très cohérent et vraiment passionnant, qu’on s’imagine retourner dans tout les sens pour profiter de la fluidité des enchainements, et de cette promesse à la fin des niveaux : la possibilité de voir un replay du segment terminé en temps réel, afin d’apprécier dans toute sa splendeur la castagne omnisciente qu’offre le jeu.

Si les John Wick sont des films qui cherchent à faire les choses différemment, il en va de même pour cette première adaptation vidéoludique. Le studio Bithell Games se pose là où on ne l'attendait pas, avec un concept infiniment plus intéressant que ce qu'on aurait pu imaginer. Reste à voir si la magie opère sur la longueur et si les niveaux et ennemis seront suffisamment variés pour exploiter à fond cet angle inattendu. Moi, je suis déjà impatient de voir les speedruns.

Tmnath

Tmnath

Passionné de jeux de plates-formes et de crème anglaise.

D'autres Previews

Laisser un commentaire