Critique

EARTH DEFENSE FORCE : IRON RAIN

Développeur : Yuke’s – Éditeur : D3 Publisher – Date de Sortie : 15 octobre 2019 – Prix : 49,99 €

Avec Earth Defense Force 5 sorti il y a à peine quelques mois sur PC, je ne m’attendais pas à voir débarquer Iron Rain aussi vite. Cet épisode est un spin-off de la série et est développé par Yuke’s, un studio japonais connu pour ses jeux de catch WWE Smackdown. La dernière fois que Sandlot n’était pas aux commandes, c’était pour Insect Armageddon et je dois bien avouer que la qualité était très moyenne, j’avais donc un peu peur en le lançant.

Partager sur facebook
Partager sur twitter

2040, la Terre est attaquée, la routine

Deux classes sont disponibles au départ : le Trooper (l’équivalent du Ranger) ainsi que le Jet Lifter (l’équivalent du Wing Diver). Première différence avec nos habitudes, on peut changer d’achétype à tout instant, les pouvoirs sont conférés par une sorte d’exo-squelette. Deux autres classes se déverrouilleront durant la campagne : l’Heavy Striker (l’équivalent du Fencer) et le Prowl Rider, totalement inédit, faisant penser aux troupes de défense de l’Attaque des Titans avec sa capacité à lancer des filins pour se balancer et voltiger autour des créatures gigantesques.

La campagne est divisée en 52 niveaux jouables en 5 modes de difficulté. Si les premières missions sont assez calmes, les dernières donnent clairement dans la surenchère avec d’énormes vagues d’ennemis pour la plus grande joie des fans d’EDF ! Comptez une douzaine d’heures pour terminer le jeu en normal, bien plus si vous souhaitez vous attaquer aux modes hard, hardest et inferno.

Contrairement aux épisodes classiques, les armes et points d’armure ne se récupèrent plus sur le champ de bataille dans des caisses vertes et rouges. Tout s’achètera ici contre des crédits et des cristaux récupérés sur les monstres. Les fourmis et araignées lâchent des cristaux bleus, les robots des jaunes et les autres créatures bien plus étranges des rouges. A la fin de chaque mission, vous obtiendrez plusieurs schémas d’armes, d’équipements et d’éléments de personnalisation.

Du côté des armes Iron Rain fait dans le très classique : fusil d’assaut, lance-grenades, shotgun, sniper, etc. Il y a évidemment la possibilité de lancer des dizaines de roquettes mais par rapport à ce qu’on a déjà pu voir par le passé cet épisode reste plutôt sage. Pour l’équipement par contre le choix est extrêmement vaste : grenades, medikits, véhicules, leurres, frappes aériennes, boucliers…

La personnalisation est une première dans la licence, vous disposez ici d’un éditeur de personnage sommaire permettant de sélectionner un homme ou une femme, sa taille, son visage, sa coupe de cheveux, sa couleur, ainsi que ses habits pour créer un avatar de très bon goût avec lunettes de ski, débardeur, pantalon renforcé, etc. Je me moque mais je me suis tout de même bien amusé à en changer souvent.

Vent de fraicheur sur la licence

Le moteur graphique a bénéficié d’un gros coup de jeune et sans rivaliser avec les plus belles productions actuelles, le jeu est maintenant vraiment propre avec de jolis effets de lumière, des textures plus fines et des modèles beaucoup plus détaillés.

Le scénario et la mise en scène sont également plus travaillés avec quelques rebondissements et des petites séquences animées introduisant et clôturant chaque mission.

Autre excellent point, Iron Rain introduit de très nombreux nouveaux ennemis offrant un vent de fraicheur bienvenu à la licence. Pour y faire face le joueur dispose d’un pouvoir spécial à utiliser une fois par mission dont les effets dépendent de la classe choisie. Le Trooper voit ses vitesses de déplacement et de rechargement augmentées, alors que le Prowl Rider grimpe sur le dos d’un scorpion géant pour affronter les hordes ennemies. Certains détails rendent également le jeu plus dynamique avec par exemple la possibilité de se remettre rapidement sur pied lorsqu’on est jeté au sol.

Honnêtement j’aime tout ce qu’apporte ce spin-off, sauf la façon de débloquer les armes et le coût exorbitant pour les déverrouiller. C’est beaucoup trop cher ! Si vous souhaitez tester tout ce que vous avez à disposition, vous passerez votre temps à faire et refaire les missions pour engranger assez de crédits (dont vous aurez également besoin pour augmenter vos points de vie maxi).

C’est dommage car le joueur ne se sent pas récompensé lorsqu’il valide une mission en difficulté très élevée. Les armes de rang B récupérées en hardest coûtent par exemple dans les 100.000 crédits, sachant que vous en obtiendrez à peine 20.000 à chaque succès. C’est long, surtout qu’une fois une mission accomplie, si vous la refaites dans le même mode de difficulté vous ne débloquerez pas de nouveaux plans (les loots sont fixes), vous gagnerez juste des crédits et des cristaux.

Autre choix assez étrange, j’ai parlé un peu plus tôt du choix d’objets à équiper, ce que je n’ai pas dit par contre est que si vous les utilisez leur coût sera imputé à vos gains ! C’est dommage car vu vos besoins en crédits ça ne vous incitera pas du tout à jouer avec, vous pouvez dire adieu aux tanks et autres gadgets rigolos repérés avec des étoiles plein les yeux dans le menu de sélection.

Du côté multijoueur vous pourrez y jouer à deux en écran splitté, en ligne en escouades de 6 ainsi qu’un PvP… ou plutôt PvPvE. Plusieurs groupes de joueurs lutteront contre les créatures pour être le camp à ramener le plus de cristaux. Je vais être franc je ne peux rien en dire de plus car je n’ai pas réussi à trouver assez de monde pour lancer une partie, c’est dommage car l’idée semblait plutôt séduisante.

Au final j'ai vraiment bien aimé ce spin-off. Graphiquement plus abouti, Earth Defense Force : Iron Rain est plus dynamique que jamais et la nouvelle classe, le Prowl Rider est vraiment amusante à jouer. J'ai été heureux de découvrir de nouveaux ennemis aux attaques et comportements inédits. Je suis moins convaincu par le coût des armes et l'impossibilité de les tester mais j'espère sincèrement que certaines améliorations de cet épisode à part viendront se greffer à la série principale pour faire un 6 plus complet que jamais. Quoi qu'il arrive je serai là pour repousser à nouveau l'envahisseur, EDF, EDF !

Bestio

Bestio

Fan de shmup, de hack'n slash et plus globalement de tout ce qui est typé arcade. Si je teste un jeu, il y a de fortes chances que ça explose de partout et que l'écran soit rempli de boulettes.
Partager sur facebook
Partager sur twitter

D'autres Critiques

Laisser un commentaire