Critique

Pokémon Épée / Bouclier

Développeur : Game Freak – Éditeur : Nintendo – Date de Sortie : 15 novembre 2019 – Prix : 60 €

Premier nouveau jeu de la série des Pokémon à sortir sur Nintendo Switch après l’essai de mélange entre le traditionnel et Pokémon GO avec Let’s Go Pikachu/Évoli, ce Pokémon Épée et Bouclier se place dans un univers très british. Avec ses airs de cornemuse et ses bérets sur toutes les têtes, Épée et Bouclier va avoir le dur objectif de convenir à tout le monde, aussi bien aux érudits de la série qu’aux nouveaux venus.

Partager sur facebook
Partager sur twitter

Simplification Extrème

Rappelons comment est construit un jeu Pokémon : vous êtes un dresseur Pokémon qui, avec votre rival (ici absolument gentil et bienveillant d’ailleurs), va tenter de devenir un Maître Pokémon en affrontant plusieurs Champions d’arènes. En parallèle, on nous racontera une histoire de Pokémon légendaire avec plusieurs personnages souvent très bien écrit dans leur manichéisme. Mais ça fonctionne, généralement !

Dans Pokémon Épée/Bouclier, il y a une vraie volonté de ne pas effrayer les nouveaux joueurs avec des cinématiques à n’en plus finir. C’est une bonne chose pour ceux qui comme moi jouent surtout au jeu pour collectionner les bestioles et remplir le Pokédex, mais cela donne un rythme très particulier. En effet, vous vous retrouvez surement à voir des personnages déambuler dans tous les sens à vous cracher les choses épiques qu’ils font ou vous faire en finissant leurs diatribes par un simple “bon toi par contre, de ton côté, t’as un match à gagner hein !”. D’accord, on est exclu de l’épique aventure, merci les copains.

Ce sera ainsi tout au long du jeu. On a vraiment l’impression bizarre d’être uniquement spectateur de ce qui se passe et de n’aider les vrais héros qu’en balançant notre starter Niv.89 sur un de leurs ennemis potentiels pour faire avancer l’histoire. C’est triste ? Pour certains oui, pour moi… Pas du tout.

Pokémon Épée/Bouclier est sans aucun doute le jeu le plus facile d’accès de toute la série. Vous pouvez désormais accéder à vos Boites Pokémon d’où vous voulez sur la carte : plus besoin de vous rendre à un Centre Pokémon. Le camping vous permet de rendre heureux et de soigner vos Pokémon, rendant encore une fois les Centres moins importants. Il y a l’échange magique pour obtenir aléatoirement un gros Pokémon d’un joueur du monde entier, puis il y a… Les Terres Sauvages. Que l’on nomme aussi “la triche ultime qui rend le jeu entièrement trop facile mais en même temps, qu’est-ce qu’on se marre”.

Terres Sauvages qui partagent

Deux grosses zones “libres” que vous traverserez à pied puis, plus tard, avec d’autres moyens de locomotion sympathiques et fidèles à ce qui se fait dans la série, seront proposées : les Terres Sauvages. Elles sont autant la grande qualité que le plus gros problème du jeu.

La grande qualité parce que vous allez y rencontrer la plupart des 400 Pokémons de cet épisode, leur apparition dépendant de la météo qui change plus ou moins en temps réel. Le plus gros problème du jeu parce que si vous battez un Pokémon plus fort que vous, vous gagnerez un paquet de point d’expérience qui gonflerons trop vite vos Pokémon. Parce que rien ne sert de chercher les Pokémons sur les routes du jeu tant ils sont tous ici, y compris les évolutions.

Les Terres Sauvages ce sont de grandes zones vidés qui vous gachent un peu la découverte des Pokémons sur les routes, les évolutions de vos Pokémons et leur difficulté (relative) à les obtenir, qui vous blindent d’objets en tout genre dont les (auparavant) rares pierres d’évolution et qui pexent tous vos Pokémon au Niveau 100 très rapidement pour quiconque à du temps libre. Bref, c’est la fausse bonne idée pour les uns, mais un gain de temps considérable pour les autres.

Et les plus jeunes, parlons-en : fini la frustration de n’avoir que quelques pokémons pendant un temps, de devoir fouiller les hautes herbes pour en obtenir. Pour l’avoir fait essayer à un enfant de 5 (!) ans, je peux vous dire que cela fonctionne très bien. Alors oui, mon Dieu, grand sacrilège, il n’aura pas les bases d’un joueurs de Dark Souls qui apprendra les IV par cœur et fera preuve de témérité (et d’ennui) en fouillant sempiternellement le même coin d’herbe sur la même route mais… Qu’est-ce qu’il s’est amusé !

Pokémon est un jeu avant tout créé pour les enfants et on aurait tendance à l’oublier. Pour ceux qui aiment le challenge néanmoins, les IV, les stats et les combats en ligne alignés au niveau 50 sont toujours de la partie. 

Merci Game Freaks

50 heures de jeu pour finir l’histoire et son récit supplémentaire pas bien caché, 400 pokémons, beaucoup trop de baies cuisinées au camping et une centaine d’échanges magiques géniaux plus tard, que vaut ce Pokémon Épée/Bouclier ? C’est compliqué.

Loin d’être un mauvais jeu, très loin d’être un mauvais opus, ce nouveau moteur et ses idées ne vont jamais assez loin dans la nouveauté pour complètement satisfaire. Aussi, l’absence totale de défi peut vraiment en rebuter plus d’un et on se demande pourquoi GameFreak ne propose pas désormais plusieurs modes de difficulté. Si je milite personnellement pour des jeux aux modes Faciles toujours disponibles, il me faut bien penser à ceux qui ont besoin de challenge pour s’amuser et du challenge, ce jeu Pokémon n’en propose vraiment pas.

On peut aussi rapidement parler des nouveaux Pokémons, vraiment pas tous réussis avec certains nouveaux venus adorables qui côtoient des créations vraiment ratées tirés de dessin animé des années 80. Et pas les meilleurs.

Enfin, faisons un point sur les Raids Gigamax, ces affrontements de Pokémons puissants qui se trouvent sur les Terres Sauvages. C’est une excellente idée et farmer ce genre de puits de lumière qui permettent un combat vous donne, en plus de la possibilité d’attraper le dit Pokémon, pas mal d’objets très rares comme des bonbons permettant d’augmenter encore davantage les niveaux de vos bestioles. Mais les serveurs façons Nintendo c’est un principe de tickets pop-up insupportable, l’impossibilité d’inviter directement ses amis Nintendo, l’apparition d’invitation pour des combats déjà terminés et évidemment, les déconnexions qui vont bien. Autant vous dire que même après un mois de jeu, ces Raids Gigamax ne sont pas les meilleurs moments d’amusement que propose Pokémon Épée/Bouclier.

Si vous êtes un vieux joueur de la série, ce n'est pas le jeu que vous recherchez. Mais en même temps, vous n'êtes pas non plus la cible, désolé pour vous. La cible, c'est les enfants et ils vont s'en donner à cœur joie avec un jeu extrêmement facile d'accès, surement trop pour certains. Pas encore au point sur plein de mécaniques, avec un rythme de récit pas vraiment maitrisé et des Terres Sauvages qui ont tendance à gâcher tout le reste par leur trop grande générosité, Pokémon Épée/Bouclier est clairement un brouillon. On a carrément hâte de voir la copie finale dans quelques années ! En attendant, ça fonctionne très bien.

Skywilly

Skywilly

Rédacteur en chef collectionneur de Skylanders et qui passe beaucoup trop de temps sur ces briques Lego. Heureusement qu'il y a des petits jeux pour s'évader ! Auteur de Le jeu vidéo indépendant en 2015 : Portraits de créateurs
Partager sur facebook
Partager sur twitter

D'autres Critiques

Laisser un commentaire