Hack, Slash, Loot

Prenez les vieux Dungeon-Crawl « roguelike » ajoutez-y un graphisme 8-bit a la place des caractères et vous obtiendrez forcement ce jeu pour sadomasochiste qu’est Hack Slash Loot.

Pas pour les débutants…

Développé par David Williamson , Hack Slash Loot vous laissera la possibilité de jouer une trentaine de classes différentes allant du mage, au chevalier en passant par l’amazone. Vous aurez six quêtes à traverser, celles-ci ne fournissent pas un objectif, mais plutôt un thème autour du donjon joué. Sachez que le développeur a annoncé qu’il rajouterait du contenu… En même temps, pour le prix (environ 8 €), ce ne sera pas de refus !

Le jeu se passe au tour par tour, ou vous aurez le choix de vous déplacer, attaquer, ouvrir un conteneur, ou changer votre équipement. Mais attention tout de même à l’ouverture des coffres qui vous donneront des potions à bonus, ou malus, ou bien encore les deux en même temps ! Vous n’aurez aucun conteneur, donc attention aux changements que vous ferez. Si vous changez de niveau, vos anciens items auront disparu pour toujours. Il vous faudra donc réfléchir longuement lors de l’échange de certains objets. Un des atouts du soft est de proposer une preview de l’item lorsque vous passerez la souris dessus : très efficace.

Du contenu, toujours du contenu !

Le potentiel de rejouabilité du soft est énorme en sachant qu’à chaque début de partie (et après chaque mort) le niveau sera régénéré de façon aléatoire. Celui-ci se finira par la descente d’une échelle pour atteindre un autre sous-sol. Le jeu prendra en compte tous vos progrès pour que vous lootiez des objets plus puissants, quand le niveau sera plus en profondeur et donc plus dangereux. Ce qui rend les combats assez équilibrés a chaque montée (ici, c’est plutôt une descente) de niveau.

Les informations données par le jeu sont assez claires avec des phrases du type : « X tape Y » ou bien « La potion rend 5 points de vie ». Vous pouvez garder ces indications à l’écran, selon qu’elles vous dérangent ou non, en sachant qu’elles empiètent sur la zone de jeu. Dans le même ordre d’idée, en passant votre souris sur les ennemis vous obtiendrez leurs caractéristiques telles que la vie, les dégâts, etc. L’interface reste donc très facile à maîtriser malgré tout.

Mais il reste quand même quelques points négatifs comme le manque d’un tutoriel ingame, qui vous laissera seul face au jeu dès les premières minutes. Puis vient ensuite le stress de mourir, lorsqu’il ne vous reste plus que quelques points de vie et que vous avez pu récupérer la meilleure armure de plaque, et une épée qui roxe du poney, tout en sachant que le prochain malheureux gobelin qui apparaîtra pourra ruiner votre vie. Quand on vous dit que ce jeu est diabolique ! Nul doute que les aficionados vont se régaler. Pour les autres, par contre… Le « ragequit » fera partie intégrante du soft.

Reste à parler de tout l’aspect artistique.

L’ambiance de Hack Slash Loot est assez proche d’un jeu de SNES. Les graphismes, tout en restant simples, sont très agréables à côtoyer. Les effets collent avec l’aspect rétro, la bande sonore accroche bien avec l’action, mais de temps en temps, on se sentira bien seul quand la musique s’arrêtera par manque de « mobs » alentour.

Pour 10 € seuls les addicts à ce genre de jeu seront gagnants. Les autres seront forcément déçus de l’expérience à un tel prix. En attendant, il reste la démo qui vous permettra de vous faire une idée plus précise de ce titre via ces 6 personnages et deux quêtes. L’occasion de savoir si oui, ou non, vous avez les « corones » pour ce titre exceptionnellement compliqué à prendre en main.

Les derniers articles par TGWR (tout voir)

Une pensée sur “Hack, Slash, Loot

  • 07/04/2012 à 21:09
    Permalink

    tout simplement magique… c’est vrai qu’un tuto aurait été le bienvenu mais bon c’est marrant (pour moi) de me faire poutrer par 6 mini pixels qui sont sencés être un démon ultra evil et recommencer la quête et comprendre au fur et à mesure les subtilités… ca change de la plupart des jeux actuel ou le tuto est aussi long que la première mission. et j’aime aussi le contraste entre le graphisme 8 bit et les themes musicaux plutot produits de manière moderne; et pourtant je suis fan de chiptune mais là ça colle bien. bref un jeu qui réuni du H&S du retro gaming et qui est indie pour moi c’est juste la classe. Qaunt au prix, vu la durée de vie et la prévesion d’ajout de contenu faut vraiment être ultra près de ses sous pour se refuser ce titre. Que du bon

    Répondre

Laisser un commentaire