5 Jeux Musicaux pour Noël 2011

Longtemps réservés à un public de niche, puis popularisé à l’extrême avec la série des Guitar Hero et autre Rock Band, les jeux musicaux se révolutionnent quelque peu lorsqu’ils proviennent de studios indépendants. Voici une petite sélection rythmée, qui a la musique dans le code et promet de longues heures de jeu passionnantes !

Audiosurf

Développeur : Dylan Fitterer | Date de Sortie : 15 Février 2008

Le concept est très simple bien que technologiquement étonnant : le programme d’Audiosurf analyse vos musiques et construit un “circuit” autour de leur rythme, de leur dureté, de leur vitesse et de tous ces jolis événements qui font qu’un morceau quel qu’il soit est unique en son genre. Avant de se lancer dans une course, on peut déjà apercevoir le niveau de l’expérience que l’on s’apprête à vivre grâce à une courbe de rythme très précise. Ainsi, Audiosurf se présente comme un véritable oscilloscope musical. À ce stade des menus, il suffit de cliquer sur le bon bouton pour se lancer dans la partie. Visuellement, c’est ici qu’Audiosurf tire pleinement parti de son atmosphère épurée et pourtant envoutante. Flashy, aux couleurs fluorescentes et à l’ambiance presque entièrement noire (ou blanche, selon les options choisies), Audiosurf est très peu accueillant pour quiconque n’y s’est jamais plongé. Assez sobre, sans trop en faire, le jeu est surtout d’une facilité de prise en main assez étonnante. Le joueur contrôle un véhicule au bas de son écran qui peut se mouvoir de gauche à droite et dans certains modes, sauter et planer quelques secondes. Le “circuit” est représenté par les lignes de la courbe musicale précédemment créée, c’est donc bel et bien sur cette même courbe représentée en 3D que la partie se joue. Le but du jeu est alors de faire le meilleur score sur cette musique, en ramassant tous les blocs de couleurs et en évitant de collecter les blocs gris. Une petite zone de Collecte est aussi disponible au bas de l’écran, permettant d’empiler les blocs selon leur emplacement sur la grille et là, c’est comme dans un bon vieux Tetris : certains modes s’en inspirent pour vous forcer à faire des combinaisons de couleurs, des combos et augmenter toujours davantage votre score en ne vous arrêtant jamais de collecter ces blocs. Promettant simplement aux joueurs de faire du scoring sur leurs propres musiques, ce titre apparait dès son lancement bien plus ambitieux que cela et nous le prouve à travers ces nombreux modes de jeux. Que vous soyez débutant ou expert, il y en aura pour tout le monde avec de simples courses au score sans grande difficulté, beaucoup de “tetris-like” aux concepts et à la difficulté différentes, des variantes permettant de collecter plusieurs blocs à la fois ou encore un mode coopération à deux manettes ou avec un clavier et une souris. Tous ces modes sont alors répartis dans plusieurs catégories de difficultés, modifiant par ailleurs le type d’engin que le joueur contrôle.

Beat Hazard Ultra

Développeur : Cold Beam Games | Date de Sortie : 15 Avril 2010

Le slogan l’annonce comme une vraie révolution : le gameplay est sublimé par votre propre musique, pourvu qu’elle ne soit pas trop simple. Car Beat Hazard n’estabsolument pas un jeu calme et zen, bien au contraire. Avec ses violents effets de lumières qui flashent et jaillissent de toute part de l’écran, ce jeu est clairement déconseillé aux épileptiques. Plus le joueur a du talent, plus la musique est forte, plus nombreux sont les ennemis tués et plus le mal de tête se fait sentir. Très vite, une bouillie d’artifices s’empare de l’écran au point de cacher pratiquement toute action. La difficulté réside alors dans l’art d’esquiver les ennemis et leurs projectiles tout en les tuant efficacement et en récoltant un maximum de bonus. Pas besoin d’être épileptiques pour réellement ressentir les effets nocifs d’une partie trop longue. Au bout d’une heure de jeu, la pause est obligatoire si on veut éviter de se sentir mal le reste de la journée. De la même façon, le jeu est clairement déconseillé pour une petite partie avant d’aller se coucher. Si Beat Hazard avait eu le droit à une sortie en boite collector, il y aurait sans aucun doute eu un partenariat avec un géant pharmaceutique producteur de paracétamol. Si Beat Hazard n’est pas sans défauts, avec des bruits d’explosions qui gâchent un peu certains moments musicaux et des graphismes vraiment trop violents pour être supportés longtemps, il est empreint d’une vraie volonté de divertir intelligemment avec un concept qui fonctionne totalement. Mêmes les playlist les plus poussiéreuses reprendront un peu de couleur, même si jouer avec les dernières créations de Benjamin Biolay pourrait bien être carrément Hardcore voir insupportable à réaliser. Avis aux amateurs ! Qu’est-ce que Beat Hazard ULTRA ? Sortie début 2011, cette mise à jour débarque avec son lot de bonnes idées pour augmenter une durée de vie forcément quelque peu pauvre une fois la demi-dizaine d’heures passées à s’exploser les yeux sur Beat Hazard “Classic”. En plus de parties multijoueurs et/ou en coopération pour encore plus de fun, Beat Hazard ULTRA propose du “Boss Rush”. Une partie se lance, toujours sur votre playlist (ou avec les quelques excellents titres pop/rock indépendant offerts avec l’extension) et vous voilà en train d’enchainer les boss mastodontes. De nouveaux arrivants se présenteront, sous forme de gros vers venant s’enrouler dans de la carte et se faire totalement imprévisibles dans leurs mouvements, jusqu’à renvoyer vos projectiles.

Bit. Trip Beat

Développeur : Gaijin Entertainment | Date de Sortie : 16 Mars 2009

Développé par Gaijin Games, un studio créé par Alex Neuse en 2007, Bit. Trip Beat promet une expérience visuelle et musicale totalement hors du commun. Se présentant, même dans son menu principal, comme une sorte de casse-brique inversé ou le joueur contrôle un palet de couleur qui peut aller de haut en bas sur le bord gauche de l’écran, le jeu fait le pari de proposer un gameplay nouveau et simple à prendre en main. Plus le joueur est bon, plus il améliore le niveau graphique et remplace le chiptune par des sonorités toujours plus “modernes”. À l’inverse, plus il rate de pixels et plus le jeu se rétrograde jusqu’au Game Over. Cela n’atteint jamais des sommets visuels pour garder une image de jeu voguant sur la nostalgie des pixels et pour beaucoup, c’est une bonne chose. Cela offre un univers complètement original à ce Bit. Trip Beat d’une autre dimension qui, en cas de coup dur, plonge le joueur dans un monde monochrome possédant un seul son. Artistique et nostalgique. Jouer avec la musique, ce n’est pas nouveau. Ce qui l’est en revanche, c’est le mélange habile entre le casse-briques et le jeu de rythme qui se dégage de ce “petit” Bit. Trip Beat. Plusieurs briques de couleurs et de formes différentes apparaitront sur la droite de l’écran et se précipiteront sur la gauche que le joueur “défend” avec sa barre de jeu. Chacun brique a son rythme et sa façon de se mouvoir. On doit alors rapidement saisir les mouvements de chacun des pixels à réceptionner, même quand ceux-ci zigzaguent, débarquent en un flux continu dont il faut savoir gérer les mouvements impromptus ou même quand ils se dédoublent et qu’il faut alors redoubler de réflexes pour intercepter tout ce beau monde. C’est rapide, très précis et complètement Hardcore pour les débutants. Heureusement, trois modes de difficulté sont proposés dans la version PC du jeu.

Groove Coaster

Développeur : Taito Corporation | Date de Sortie : 03 Octobre 2011

Menus simples et tactiles accueillent le joueur dans un espace très sombre dans lequel apparait un “fil” conducteur agrémenté de plusieurs niveaux. Chacun de ces niveaux est représenté par une musique qu’il est possible de jouer en trois modes de difficulté : Facile, Normal et Difficile. Jusque-là, rien d’original : on lance alors le jeu, persuadé de retomber sur un énième clone de Dance Dance Revolution et les premières minutes de jeu viennent ruiner cet apriori. Groove Coaster est un jeu de rythme nouveau, ce qui est déja un grand pas en avant pour un genre sous-représenté sur cette plateforme. On reste sur la thématique du “fil conducteur”, sorte de montagne russe musicale, puisqu’un petit vaisseau (ou toute autre forme à débloquer par la suite) apparait sur ce tracé de couleur et suit la courbe. Chaque musique a donc son propre tracé puis, évidemment, ses différentes phases de gameplay. Le jeu est simple dans son concept : une pression pour une note apparaissant à l’écran, on laisse appuyé pour les notes longues, on fait bouger notre doigt lorsque les notes semblent plus distordues et il sera aussi nécessaire de “lancer” certaines notes touchées, vers la gauche ou la droite de l’écran, lorsqu’il nous le sera demandé. Tout cela se fait donc sur la même piste, en rythme avec une musique électro très inspirée. Plusieurs musiciens s’y sont donné rendez-vous : principalement COSIOShohei Tsuchiya et Shu Nakazawa. Nous aurons aussi le droit à quelques remix de jeux connus comme Space Invaders ou Arkanoid. Sincèrement, même pour un si peu passionné de musique électronique comme moi, l’OST de ce titre reste très accessible et propose de très bons moments de rythme tactile. Le principe de “montagnes russes en rythme et tactiles” est simple, finalement. Certes l’idée est nouvelle, très bonne, le gameplay est un petit bijou de précision et on aime découvrir ce genre d’originalités sur un AppStore finalement en proie à un classicisme frôlant l’overdose, mais ce qui fait le génie de Groove Coaster est évidemment sa difficulté qui monte en puissance et rend rapidement accro. En mode Facile, on découvre la musique. En Normal, on y prend gout. En Difficile, sincèrement, on la vie à 100% tant il est compliqué de bien rentrer dedans au point de valider toutes les notes proposées.

Osada

Développeur : Amanita Design | Date de Sortie : 05 Avril 2011

L’ex-Monty-Python ne renierait pas une certaine paternité en voyant le style graphique utilisé par Amanita Design pour Osada.Cette histoire loufoque, aux mille scénarios incompréhensibles en une seule partie, se présente sous la forme d’une succession de tableaux en 2D mélangeant des prises de vue en temps réels, des dessins et de l’animation. Le résultat visuel est bluffant d’originalité et est surtout très harmonieux. Rien ne vient jurer, sortir de l’écran comme un cheveu dans la soupe, tout est à sa place. Mais Osada, c’est surtout un trip musical original. Il est même fort probable que pour beaucoup, Osada soit davantage un clip interactif qu’un jeu vidéo, comme semble le préciser lui-même le développeur sur son site internet. Graphiquement unique, musicalement entraînant, au gameplay simple et efficace, totalement gratuit, Osada ne peut pas décevoir. Seule sa durée de vie forcément un peu courte vient gâcher la fête, mais ce jeu est une adorable mise en bouche avant les plats principaux en cours de cuisson dans les fourneaux d’Amanita Design. Toute personne possédant un navigateur internet aurait alors tort de s’en priver ! Surtout que rappelons-le, c’est gratuit, intelligent et qu’une aventure musicale de cet acabit ne se refuse jamais.

Skywilly

Rédacteur en chef collectionneur de Skylanders et qui passe beaucoup trop de temps sur ces briques Lego. Heureusement qu'il y a des petits jeux pour s'évader ! Auteur de Le jeu vidéo indépendant en 2015 : Portraits de créateurs

Skywilly

Skywilly

Rédacteur en chef collectionneur de Skylanders et qui passe beaucoup trop de temps sur ces briques Lego. Heureusement qu'il y a des petits jeux pour s'évader ! Auteur de Le jeu vidéo indépendant en 2015 : Portraits de créateurs

2 pensées sur “5 Jeux Musicaux pour Noël 2011

  • 11/12/2011 à 22:39
    Permalink

    Mais où est Sequence ? Je.. je… :(

    J’en profite pour vous dire que votre calendrier de l’avent est le meilleur de tous ceux qu’on peut voir aux 4 coins du net. Easy.

    Répondre
  • Skywilly
    12/12/2011 à 06:23
    Permalink

    Merci beaucoup ;) Et pour Sequence…. J’ai honte mais… On est complètement passés à coté :(

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.