Milanoir

Ni un GTA comme à la vieille époque PC/PSX, ni un jeu narratif, Milanoir nous propose un mix entre de l’aventure à pixels et de nombreuses séquences de tirs à la manette ou à la souris qui s’imposent comme des plus agaçantes. Il faut placer le curseur sur un ennemi pour lui tirer dessus mais s’il est à portée, une simple pression sur la bonne touche ou le bon bouton permettra d’aligner les balles vers son crâne. On pourra se servir de revolver, de mitraillettes et aussi de Cocktails Molotov particulièrement salvateurs. Jouer avec l’environnement est aussi au rendez-vous via les panneaux de signalisation : les ronds font rebondir votre balle sur un ennemi qui est tué instantanément, les triangles en tuerons deux à la fois. Ajoutez à cela la possibilité de rester à couvert derrière les objets, de réaliser des roulades et d’étrangler silencieusement les ennemis si on passe à coté d’eux en toute discrétion et vous aurez ce qui semble être un gameplay raffiné.

Sauf que non. Les roulades sont extrêmement rigides, on peut rapidement de vue la visée, les armes sont très peu renouvelées au fil des niveaux, une boucle sonore s’enchaîne pendant les combats rendant vite fou à chaque mort et retour au checkpoint assez éloigné et évidemment, il a ces phases de véhicules que l’on aurait vraiment ne pas voulu découvrir tant elles sont à côté de la plaque.

Milanoir enchaîne les dialogues clichés du film de mafieux des années 70 et les tueries à répétition sans trop de quoi renouveler le fun d’un niveau à un autre. Loin d’être un vrai échec, Milanoir à ces moments et ces bonnes idées. Mais il reste tout de même assez décevant sur bien des points.

Skywilly

Skywilly

Rédacteur en chef collectionneur de Skylanders et qui passe beaucoup trop de temps sur ces briques Lego. Heureusement qu'il y a des petits jeux pour s'évader ! Auteur de Le jeu vidéo indépendant en 2015 : Portraits de créateurs

Skywilly

Skywilly

Rédacteur en chef collectionneur de Skylanders et qui passe beaucoup trop de temps sur ces briques Lego. Heureusement qu'il y a des petits jeux pour s'évader ! Auteur de Le jeu vidéo indépendant en 2015 : Portraits de créateurs

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.