Irony Curtain


Je ne m’attendais pas forcément à voir un jeu d’aventure du style point and click sur le stand polonais, surtout que Irony Curtain fut le premier de deux. De ma discussion avec le développeur présent, le titre est un jeu de mot entre ironie (irony) et le Rideau de fer (iron curtain), une frontière ayant séparé les états de l’Ouest européen de ceux de l’Est placés sous influence soviétique durant la période de la Guerre Froide.

Comme vous le savez sans doute si vous n’avez pas passé votre temps à dormir en classe d’histoire, la Pologne après avoir été envahie par l’Allemagne nazie, s’est retrouvée de nouveau sous domination cette fois-ci de couleur rouge. Une empreinte soviétique qui aura laissé sa marque encore fraîche dans un pays finalement sorti de ce joug il n’y a pas si longtemps. Irony Curtain s’inspire donc de cette influence pour raconter l’histoire d’un pays communisto-totalitaire dont toute ressemblance avec l’URSS est forcément voulue, et dont la figure de chef n’est pas sans rappeler un certain Staline, Joseph de son prénom.

Ce n’est pas exactement très subtil mais en même temps, le but de ce jeu est de faire dans l’humour en apportant un regard sarcastique forcément exagéré – ou peut-être pas – sur ces années rouges. Tout démarre avec un journaliste qui sera donc le personnage principal, s’infiltrant en pays de Matryoshka avec l’aide de son contact, une espionne déjà en place. Ma courte session m’aura permis de voir que oui, il s’agit bien d’un point and click avec ce que cela implique d’énigmes et de dialogues loufoques dans son cas, et c’était positivement intéressant à jouer pour le peu que j’ai pu en voir.

La séquence qui me fut offerte d’explorer consistait en un hôtel géré par le régime en place avec pour seul objectif d’arriver à accéder à notre chambre – ce qui fut loin d’être une mince affaire. L’occasion au passage de se moquer de l’administration ridicule du dit régime dont le fonctionnement n’était pas sans me rappeler la maisons des fous dans les Douze Travaux d’Asterix. Irony Curtain ne réinventera certainement pas le point and click, mais si l’humour arrive au moins à se maintenir sur la durée, on tiendra là une sympathique satire politique du soviétisme créé par des gens l’ayant réellement vécu.

Vasquaal

On dit de lui qu'il jouerait sur un clavier sans pavé numérique. De l'Apple IIe au pc survitaminé en gigahertz, il subtiliserait tel un ninja numérique le loot de ses potes dans les jeux en ligne pour mieux s'enorgueillir d'un "Muhahahaha". Certains disent même qu'il va se tatouer un jour "Aladin Snes is the best" sur la fesse gauche. D'autres disent simplement qu'il est fou.

Vasquaal

Vasquaal

On dit de lui qu'il jouerait sur un clavier sans pavé numérique. De l'Apple IIe au pc survitaminé en gigahertz, il subtiliserait tel un ninja numérique le loot de ses potes dans les jeux en ligne pour mieux s'enorgueillir d'un "Muhahahaha". Certains disent même qu'il va se tatouer un jour "Aladin Snes is the best" sur la fesse gauche. D'autres disent simplement qu'il est fou.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.