Rapide Critique

Furwind

Développeur : Boomfire Game – Éditeur : Boomfire Game

Date de Sortie : 27 juin 2019 – Prix : 8,99 €

Les fratries, dès qu’elles commencent à être nombreuses se compliquent toujours. Alors si en plus vous leur donnez des pouvoirs pour qu’elles se transforment en divinités, c’est encore pire. C’est un peu ce qui s’est passé dans monde présenté dans Furwind, des Espagnols de Boomfire Game.

Darhun, le vilain petit canard de la fratrie a été fait prisonnier par ses trois frères parce qu’il n’était pas cool comme Fonzy (comme le déclamerait haut et fort notre Bestio en plein stream). Sauf que ce dernier a réussi à s’échapper et à répandre le mal sur la forêt où habite Furwind, notre héros renard du titre. Ce dernier va partir au combat, en récupérant tour à tour l’aide des pouvoirs des trois divinités, pour botter Darhun une bonne fois pour toute. En jeu, cela est représenté par trois niveaux, où de manière parfaitement symétrique on devra réaliser deux niveaux classiques avec miniboss, ne donnant aucun contexte à l’histoire, venir à bout d’une tour, récupérer le pouvoir d’une des trois divinités dans un niveau de type runner et enfin taper un boss.

En trouvant des parchemins, on débloque des minis niveaux bonus où il faudra soit détruire un cristal et trouver la sortie dans un niveau labyrinthique, soit venir à bout des ennemis présents dans une petite arène. Furwind est parfaitement exécuté avec un pixel art de toute beauté et quelques bonnes idées de game design, comme les niveaux se passant dans des grottes où il faut correctement gérer les lucioles qui illuminent notre environnement sous peine de nous laisser dans le noir signant une mort assurée. C’est super plaisant à jouer, mais il faut accepter d’avoir un enchainement identique sur les trois chapitres que présente le jeu, rendant l’ensemble un peu longuet par son manque de variété.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Crim

Crim

Intégriste gaucher depuis 1983. Les cailloux: GOTY des armes depuis 2013.

D'autres Critiques

ICEY

Laisser un commentaire