Critique

Misadventures of Laura Silver

Chapitre 1

Développeur : Studio Attic Salt – Éditeur : aucun, mer ils sont fous ! – Date de Sortie : 14 août 2019 – Prix : 7,99 €

Misadventures of Laura Silver

Lorsque notre bien aimé Sensei Skywilly a proposé de parler de Misadventures of Laura Silver, j’ai tout de suite sauté sur l’occasion de continuer mon lobbying. Après les jeux vidéo japonais, me voici en train de présenter un visual novel – genre dominé actuellement par le Japon, la boucle est bouclée – c’est-à-dire un livre interactif, une espèce de livre dont vous êtes le héros, mais sur console ou PC. La toute petite équipe turque de Studio Attic Salt a donc sorti un joli titre qui pourrait très bien faire office de porte d’entrée dans le milieu très fermé des adorateurs des visual novels.

Partager sur facebook
Partager sur twitter

Lire et jouer

Laura Silver est une détective spécialisée dans le paranormal. Accompagnée de Cooper, une nouvelle recrue issue de la police, elle a reçu l’ordre de se rendre en Tchécoslovaquie – l’action se déroule après la guerre de 40 – pour investiguer sur l’apparition d’une bête tuant ses victimes dans l’eau. Arrivé à un hôtel, le couple fait la rencontre de leur chef local, taciturne à en mourir, monsieur Skoda, qui vous briefe plus en détail. L’enquête est coupée court le lendemain matin suite à la découverte d’un corps inanimé dans une baignoire. La bête a encore sévi, à vous de découvrir ce qu’il s’est passé.

Comme tout roman interactif qui se respecte, vous allez rester impuissant face au récit qui se déroule devant vos yeux. Vos interactions se résument alors à passer au dialogue suivant ou accélérer le défilement si vous avez marre des bruits de machine à écrire qui résonnent à chaque apparition de lettres. Cependant, les mécaniques de Misadventures of Laura Silver lui permettent de bien s’en sortir face à ses confrères. Comme l’aventure est courte – comptez six heures en gros, c’est un petit jeu d’une équipe qui a travaillé sur son temps libre ! – les propositions de choix lors des phases interactives arrivent très vite et sont abondantes.

Les choix de l’héroïne influencent, pour la majorité des cas, l’issue de votre histoire afin de vous emmener vers l’une des fins possibles (j’en ai faites cinq et il y en a d’autres.) À l’image des cadors du genre (je pense principalement à Steins;Gate), il vous faudra essayer de nombreux embranchements avant d’arriver à la vraie et bonne fin. Durant son aventure, Laura va croiser d’autres personnages avec leur caractère bien trempé et il faudra bien emmagasiner et interpréter ce qu’ils racontent pour espérer aller au bout. Il faut aussi faire attention aux sentiments de dame Silver, car elle a été imaginée avec un défaut majeur, elle est totalement parano. On se croirait face à du K. Dick puissance neuf mille lorsque Laura devient folle quand on lui offre à une tasse de thé. On a parfois du mal à discerner le vrai du faux. Perturbant, mais souvent mal écrit…

Les mésaventures de Zhykos

Le point positif et que le titre se transforme en une espèce d’enquête méta où l’on se retrouve, nous joueurs/joueuses, à se faire un schéma mental des liens entre les différents dires afin de trouver ce qu’il s’est vraiment passé durant cette nuit meurtrière à l’hôtel. C’est intéressant de voir la réaction de certains personnages face à une accusation, puis de voir comment les scénaristes vous pourrissent suite à une mauvaise déduction (cela déclenche une mauvaise fin, rien d’étonnant.)

Sauf que rien ne se passa normalement. Oui je veux bien sûr parler du scénario surprenant, sans être un chef-d’œuvre non plus, mais je veux plutôt mentionner la technique. Si je mets de côté le visuel qui ne plaira pas à tout le monde (même moi il y a un ou deux character designs que je n’aime pas du tout) et le manque flagrant de musique (elle ne se lance que timidement dans des situations précises), il faut croire que malgré une phase de bêta et sûrement de tests internes, rien n’a été fait pour corriger le gros des erreurs. Quand j’ai lancé le jeu pour la première fois, j’ai eu une tonne de petits bugs qui ont totalement ruiné mon expérience.

J’ai donc attendu le jour de sortie officiel et son patch d’environ 150 Mo pour le relancer. Pif paf pouf Laura Sylver Mirouf, encore des bugs de ouf ! Je vous fais une minuscule sélection ci-contre en image, car quoi de mieux que des illustrations pour présenter un visual novel.

N’y voyez aucun pugilat gratuit de ma part car il s’agit de deux cas très “gentils”. C’est moi qui vais rester gentil, car si l’envie de pourrir le studio me venait, je pourrais sortir de gros dossiers et des captures d’écran compromettantes. La première image illustre une sauvegarde qui annonce qu’on est sur la branche scénaristique de la bonne fin : surprise garantie ! Dans la seconde, c’est un puzzle dans lequel je n’ai jamais pu poser une tuile importante : on recommence à la sauvegarde la plus proche ! 

Gardez en tête que le jeu n’est actuellement pas terminé techniquement, que si vous sortez un peu des sentiers, vous finirez par chuter. Quelques conseils : sauvegardez à chaque choix qui vous semble important ; n’utilisez pas trop l’avance rapide qui fait cracher ou tourner en boucle le jeu ; désactivez les sons de machine à écrire sous peine de péter un câble.

Je voulais de tout mon cœur vous conseiller Misadventures of Laura Silver, surtout si vous ne connaissez pas l'univers des visual novel. À seulement 8 balles et réalisé par une petite équipe turque passionnée, ce premier chapitre loupe son entrée en matière. En attendant un hypothétique chapitre 2, j'imagine qu'il faudra attendre divers correctifs pour profiter pleinement du titre, mais sa structure scénaristique basée sur de trop nombreux essais (c'est carrément du die & retry !) sans aucune assistance le rend trop inutilement complexe pour débloquer l'ultime fin. Il aurait fait un excellent candidat pour vous faire rentrer dans ce milieu pour ensuite voler vers les légendes que sont Doki Doki Literature Club !, les trilogies Zero Escape et Danganronpa ou les jeux de 5pb. (Steins;Gate, Muv Luv ou Chaos;Child), voire ceux de Shu Takumi (Ace Attorney, Ghost Trick) qui sont très proches du visual novel. Ils sont vachement plus chers et difficiles à appréhender, mais ce sont des valeurs sures.

Zhykos

Zhykos

Touche à tout, mais toujours avec plusieurs mois de retard ; tellement de retard que mon PC n'a pas évolué depuis 2008 quand j'ai commencé à parler de jeux vidéo sur le net.

D'autres Critiques

Laisser un commentaire