Jeu de Plateau

Chocobo Party Up!

Chez : Square Enix Date de Sortie : 09 septembre 2019 – Prix : 46 €

Lisez-moi donc cette introduction officielle du jeu de plateau et osez me dire que vous n’êtes pas curieux :

“Les Compagnons Chocobo ont besoin de vous ! Menez vos Chocobos à travers la forêt et secourez les Compagnons ! Dans ce jeu de société pour 2 à 4 joueurs, avec des illustrations originales de Toshiyuki Itahana et d’adorables pions en bois, vous aurez besoin de tout votre courage, votre intelligence, et d’un peu de chance aussi pour remporter la victoire !

Déplacez vos Chocobos méticuleusement pour guider et protéger les Compagnons Chocobo tout en utilisant vos cartes ami judicieusement afin de surprendre vos adversaires. Soyez le premier à réunir 6 Compagnons dans votre nid pour gagner !”

Bien plus malin qu'il n'y parait !

La sincérité est une qualité et c’est pourquoi il faut entrer dans le vif du sujet : avec ce jeu de plateau nous étions persuadé de tomber sur un produit dérivé exécrable, au mieux facilement créé et juste là pour exploiter une licence. Raté : Chocobo Party Up! est vraiment pensé comme un jeu de plateau tout ce qu’il y a de plus légitime.

Il demande à 2, 3 ou 4 joueurs de poser un plateau de jeu fait de plusieurs branches (en fonction du nombre de participants et de la difficulté voulue) et d’y choisir une couleur de Chocobo et un camp. Le but du jeu sera de déplacer ses chocobos du nombre obtenu via le petit dé aux patounes de gros poulet tiré de la saga Final Fantasy. Sur votre chemin, en vous déplaçant, vous pourrez retourner des cartes “patounes” (le nom n’est pas officiel) et trouver un copain Chocobo. A vous ensuite, dans les limites des pions qu’il est possible d’obtenir par case, d’amener tous vos nouveaux amis dans votre camp sans vous les faire voler par vos adversaires jusqu’à atteindre le nombre de copains défini par les règles du jeu officielles (où les vôtres, au bout d’un certain nombre de parties). 

Des cartes (absolument magnifiques, comme tous les visuels du jeu par ailleurs) vous permettent aussi de lancer des bonus et malus en jeu, allant de la possibilité de replacer des jetons “patounes” (pour permettre plus tard de faire apparaitre de nouveaux chocobos) à cette force d’invocation déplaçant tous les chocobos d’une case sur une case adjacente. Stratégiquement, c’est l’enfer pour l’adversaire et quiconque commencera à maîtriser correctement les règles du jeu s’en servira pour retourner la partie à son avantage.

À coup de dés et de malice, Chocobo Party Up! se transforme très rapidement en un mélange habile de jeu d’échec et de dames adapté à des déplacements plus amples et nombreux. Les premières parties sont rapides, beaucoup trop même pour en trouver les subtilités, au point d’y jouer de la mauvaise foi pour trouver cela “bien trop simple”. Puis les joueurs s’adaptent et comprennent l’enjeu stratégique de certaines pièces et cartes (sauf du jeton du Gros Chocobo, honnêtement, qui peut attaquer des groupes de chocobos sur une case mais se déplace tout lentement) et les vraies parties peuvent enfin commencer !

Lancez l’OST d’un quelconque jeu Chocobo Dungeon et plongez-vous facilement dans ce jeu très grand public qui a pourtant ses défauts : ce gros chocobo, vraiment, à quoi sert-il ? On peut aussi préciser qu’il n’y a pas beaucoup d’effets malus et bonus différents dans les cartes proposées, ce qui simplifie toujours la donne mais rend les parties plus répétitives et prévisibles d’un simple regard de joueurs aux bonnes pioches évidentes. Se voler dans les plumes dans un jeu Chocobo est amusant, mais pas sûr que l’expérience fonctionne sur la longueur, donc. 

Tout à fait légitime et visuellement de toute beauté, Chocobo Party Up ! est très accessible et fera vraiment office de bonne petite découverte pour deux ou trois soirs, entre petits et grands. Des règles très simples, tellement simples qu'on doute d'elles aux premiers jets de dés, côtoient des mécaniques qui se révèlent bien plus stratégiques au fil du temps. Faites comme ces chocobos et allez chercher des amis pour partager avec eux ce franc moment d'amusement afin d'en diminuer la répétitivité évidente : la faute à un trop faible nombre de cartes bonus/malus différentes.

Skywilly

Skywilly

Rédacteur en chef collectionneur de Skylanders et qui passe beaucoup trop de temps sur ces briques Lego. Heureusement qu'il y a des petits jeux pour s'évader ! Auteur de Le jeu vidéo indépendant en 2015 : Portraits de créateurs

D'autres Critiques

Laisser un commentaire