Rapide Critique

WATTAM

Développeur : Funomena, Inc. – Éditeur : Annapurna Interactive
Date de Sortie : 17 Décembre 2019 – Prix : 15,99 €

Maire d’une planète vide, solitaire comme personne, ce petit carré vert s’ennuie et se morfond. Soudain, un petit être : pour l’amuser, il enlève son chapeau et décolle façon fusée avec cotillons et rires d’enfants. Le dialogue est instauré : suite à cela, d’autres voyageurs imprévus viendront rendre visite à notre maire désormais bien accompagné. Parmi eux, on retrouve un nez, des fleurs, un toilette, des rochers, un parchemin et bien d’autres créatures qui nous laissent penser qu’on plane en gros trip de LSD. Réalisé par le créateur du génial Katamari Damacy, Keita Takahashi, ce jeu est surtout un énorme bac à sable à la progression linéaire qui demande d’effectuer des actions précises pour débloquer d’autres situations.

C’est très coloré, mignon, l’ambiance sonore est incroyable de fun et de convivialité, même si le tout est extrêmement bruyant et bordélique. C’est un peu comme avoir des enfants qui jouent autour de nous alors qu’on essaie de se consacrer à une tâche précise… Amusant mais rapidement lassant malgré sa durée de vie de cinq petites heures, WATTAM a cependant un public qui le trouvera charmant de bout en bout : les enfants, justement.

Joué seul, je l’ai trouvé distrayant mais vite gonflant, soyons sincère. Pourtant, je suis parfaitement la cible des jeux du genre, mais je n’y ai trouvé aucun génie ni aucune envie d’y revenir. J’ai “juste” adoré le découvrir. Mon petit neveu par contre ? Il l’a adoré. Déjà parce qu’il fait péter les personnages quand le maire enlève son chapeau et ça, pour un enfant de 5 ans, ça marche à tous les coups. Mais le simple fait que chaque personnage n’a pas d’autre nom précis que ce qu’il est (Le personnage en forme de nez s’appelle… Nez, par exemple) et que chacun de ces héros d’un moment est une fonction qui va avec leur look (le nez peut… Sentir des choses, évidemment) fait que les enfants s’y retrouvent parfaitement. On peut tenir les autres objets par la main, comme à la garderie/au centre aéré/ou à l’école avec les copains. Encore une fois, pour les plus jeunes, les repères sont évidents.

Clairement pas un grand jeu, un peu gêné par une interface ratée qui vient gâcher une prise en main globalement assez sympathique, WATTAM est une vraie petite expérience joviale et feel-good. Tout le monde n’accrochera pas, cependant.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Skywilly

Skywilly

Rédacteur en chef collectionneur de Skylanders et qui passe beaucoup trop de temps sur ces briques Lego. Heureusement qu'il y a des petits jeux pour s'évader ! Auteur de Le jeu vidéo indépendant en 2015 : Portraits de créateurs

D'autres Critiques

Laisser un commentaire