Rapide Critique

Timelie

Développeur : Urnique Studio – Éditeur : Urnique Studio – Milk Bottle Studio
Date de Sortie : 20 Mai 2020 – Prix : 16 €

Il ne paye pas de mine avec son environnement low poly, dans un style Hitman Go, et on pourrait penser qu’il s’agit juste d’un énième jeu mobile adapté pour les PC. Mais si Timelie contient mensonge dans son titre, le mensonge est dans ce qu’il présente à première vue.

Timelie, comme son nom l’indique est un jeu où on va faire « mentir Â» le temps. On y dirige une petite fille, probablement, qui tente a priori de s’échapper d’un laboratoire bizarre. Vous vous en doutez, ce n’est pas un jeu dont le scénario est la pièce maîtresse… Bref, poursuivie par des robots de sécurité, la gamine va découvrir qu’elle peut manipuler le temps. Enfin, pas vraiment. A la manière de Docteur Strange à la fin d’Avengers Infinity War, elle peut « consulter Â» le futur, en manipulant une ligne de temps potentielle, et trouver une suite d’actions qui va permettre de finir le niveau. Avec la souris on clique donc à l’endroit où on veut qu’elle aille et le temps s’écoule pendant le déplacement, les ennemis se déplacent, réagissent, etc. En cas d’erreur, on rembobine et on essaye autre chose. Quand la bonne suite d’actions est réalisée, on revient au début de la ligne de temps et le niveau se déroule sans notre intervention, comme une petite cinématique. C’est tout à fait gratifiant de voir les actions testées parfois au ralenti ou au coup par coup s’enchaîner de manière totalement fluide. La petite fille va parcourir ainsi une quarantaine de tableaux répartis dans cinq niveaux à la difficulté qui va crescendo et vont demander beaucoup de doigté et de réflexion.

En effet, la progression dans le jeu est extrêmement bien faite, chaque niveau rajoute sa petite nouveauté et il va falloir réfléchir et s’adapter. Dès le deuxième monde on est accompagné par un chat mystérieux qui peut miauler et donc attirer l’attention vers lui. Le chat peut aussi appuyer sur des boutons fixés au sol qui ouvrent ou ferment des portes. La petite fille, elle peut utiliser des interrupteurs muraux qui ouvrent ou ferment les portes et, si elle récupère des unités de pouvoir, reconstruire des ponts détruits, ouvrant de nouveaux passages et parfois chamboulant les itinéraires des robots gardes. Un nouvel itinéraire permettra au chat de passer pour attirer un autre robot ailleurs, etc. C’est très malin, et le cinquième chapitre propose un twist qui m’a un peu retourné le cerveau et dont je ne ferai pas mention ici.

Cependant, malgré une difficulté croissante le jeu n’est pas bien long et il faudra compter cinq heures pour en faire le tour, six ou sept si vous comptez trouver les reliques (des bonus qui ne s’acquièrent que si vous avez fait ou pas fait certaines actions durant le niveau), ce qui est tout à fait honorable pour un jeu de cette qualité et à un prix plutôt bas.

Et puis y a un chat, quoi.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Shutan

Shutan

Rétrogamer dans l'âme, mais ouvert aux nouveautés.

D'autres Critiques

Creaks

Laisser un commentaire