Hardware

PDP Manette filaire pour Xbox et PC

Version « Black Camo »

Trouver une manette d’une tierce marque qui puisse rivaliser un moment avec les onéreux contrôleurs officiels, c’est excessivement rare. On avait déjà parlé d’un contrôleur de KONIX qui manquait furieusement de patate pour convaincre. Côté PDP, cela fait longtemps que la marque tente de percer et de prouver ce qu’elle vaut : fraichement arrivée en force en Europe depuis quelques mois maintenant, elle a le vent en poupe. Surtout depuis qu’elle s’occupe des pads Nintendo Switch. Mais côté Xbox et PC, qu’est-ce que ça vaut ? Voici un petit test de la manette Xbox dans sa version « Black Camo », disponible cependant en plusieurs coloris comme indiqué ci-dessus en image.

Légère mais robuste ?

Passons sur l’aspect « camouflage » du visuel qui, pour autant, n’est pas déplaisant une fois réellement en main, pour entrer tout de suite dans le vif du sujet : oui, la manette fonctionne très bien. Plus légère à l’utilisation, elle donne une vraie sensation de souplesse qui peut en déranger certain.es. Tout du moins, demander un temps d’adaptation. Évidemment moins robuste, elle n’a semble-t-il pas non plus l’envie de vous exploser dans les mains et pour l’avoir fait tomber plus d’une dizaine de fois pendant les six mois de ce test intensif, elle semble assez protégée pour pallier la maladresse de tout à chacun.

Les gâchettes sont aussi très souples, il faut le préciser pour ceux qui aiment avoir un peu de force à mettre dans leurs doigts lors de tirs bien nourris dans l’espace d’un Star Wars : Squadrons. Néanmoins, elle fait très bien son travail en termes de maniabilité.

Quelques ajouts

En plus d’une prise jack vers l’avant de la manette pour brancher vos casques et micros, la manette se permet une petite folie avec la présence de raccourcis sur le pad fléché permettant de contrôler le volume sonore ou de couper le micro et autres fonctionnalités bien pratiques en partie. C’est un peu gadget sur PC, évidemment, mais sur Xbox cela se révèle très salvateur pour éviter d’aller se perdre dans les menus de la console.

Autre originalité : deux boutons de pression sur l’arrière de la manette au niveau des doigts, lorsqu’on l’a bien en main, viennent proposer des raccourcis pour certaines touches. C’est très pratique (je pense surtout à ceux qui ont des petites mains, ou qui ont des soucis pour atteindre certaines gâchettes) mais si vous ne vous en servez pas, vous pourrez les retirer facilement. Elles gênent clairement le joueur habitué à la prise en main classique de cette manette Xbox et risquent de vous faire rager quand n’importe quel raccourci y sera placé de force par votre jeu fraichement lancé. En termes de sensations et de prise en main, c’est aussi très particulier. Il faut l’essayer de toute façon car vous n’êtes pas à l’abri d’aimer ça, mais pour le coup c’est vraiment le seul moment du test où l’on peut placer l’énervant mais célèbre « vous savez, les gouts et les couleurs… ».

Petite note de fin : comme toutes les manettes filaires PDP, elles se branchent en USB sur votre plateforme de jeu mais est raccordée à la manette en micro-usb. Je vous déconseille fortement de toucher trop souvent à ce branchement : une fois branchée, ne débranchez plus (ou très peu souvent) cette manette de son port micro-usb qui semble beaucoup trop fragile. Moins que sur les manettes Switch néanmoins (on parle ici d’expérience avec un branchement micro-usb qui s’est arraché de la manette). Vous voilà prévenus.

Pour 30 €, clairement, PDP a fait du bon boulot. Pour moins de la moitié du prix d’une manette officielle XBOX, vous pouvez vous offrir un pad plus léger et moins robuste, mais tout de même assez solide pour durer. Les ajouts de raccourcis sont intéressants même s’ils ne feront pas l’unanimité et restent de toute façon optionnels. Enfin, la prise en main est agréable et la compatibilité sur PC est garantie. On recommande !

Skywilly

Skywilly

Rédacteur en chef collectionneur de Skylanders et qui passe beaucoup trop de temps sur ces briques Lego. Heureusement qu'il y a des petits jeux pour s'évader ! Auteur de Le jeu vidéo indépendant en 2015 : Portraits de créateurs
Partager sur facebook
Partager sur twitter

D'autres Critiques

Laisser un commentaire