Rapide Critique

Stitchy in Tooki Trouble

Chezmoa
Publié le 19 avril 2021

Développeur

Polygoat

Éditeur

Polygoat

Date de Sortie

15 avril 2021

Prix de lancement

13 €

Testé sur

Switch

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur reddit
Partager sur email

La vie d’un épouvantail n’est pas facile tous les jours. Surtout quand il faut parcourir le monde pour récupérer le maïs qu’on s’est fait voler par des sorciers tikis pendant une petite sieste.

Derrière un scénario simple et rigolo, Stitchy In Tooki Trouble met le joueur aux commandes d’un épouvantail très mignon, dans un jeu de plateforme qui fleure bon les années PlayStation. On y retrouve la simplicité du gameplay avec un bouton pour sauter et un second pour attaquer en piqué une fois en l’air. Rien de plus à assimiler pour profiter du jeu.

Les mécaniques habituelles du genre sont présentes avec des pièces épis de Maïs à collecter, qui rapporteront une vie supplémentaire tous les 100 épis amassés. Des pièces rouges morceaux d’un totem tiki sont aussi à dénicher dans chaque niveau pour les plus explorateurs. Chaque monde est bien entendu ponctué d’un boss à affronter en fin de parcours.

La recette est simple, mais fonctionne toujours aussi bien. Le joueur traversera différents environnements, dans des niveaux plutôt bien conçus, dont certains éléments sembleront familiers aux trentenaires. Des chariots et des tonneaux qui rappellent fort la saga Donkey Kong Country, des Tikis et des caisses en bois qui donnent un petit goût de Crash Bandicoot, et une musique digne d’un Mario.

La difficulté est assez bien dosée pour qu’un enfant puisse s’y amuser sans qu’un adulte ne s’y ennuie. On prend assez facilement plaisir à parcourir les niveaux du jeu sans se prendre la tête, comme une belle excursion avec quelques obstacles sur le chemin.

Sans révolutionner le genre, Stitchy In Tooki Trouble fait complètement ce qu’on attend de lui. Un jeu de plateforme familial, qui propose une jolie balade. On pourra seulement lui reprocher une durée de vie un peu courte, les 3 mondes se traversant trop rapidement pour qu’on puisse être rassasié de cette aventure dépaysante.

Carrion

Vis ma vie de parasite

Laisser un commentaire