Rapide Critique

Save me Mr. Tako: Definitive Edition

Chezmoa
Publié le 5 juin 2021

Développeur

Chris Deneos

Éditeur

Limited Run Games

Date de Sortie

05 mai 2021

Prix de lancement

13 €

Testé sur

Switch

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur reddit
Partager sur email

Paru il y a quelques années via l’éditeur Nicalis et conçu par le solodev Chris Deneos (qu’on avait présenté en 2016), Save me Mr. Tako revient dans une définitive édition proposée par Limited Run cette fois-ci.

La direction artistique du jeu correspond totalement à l’esprit du nouvel éditeur, puisque celui-ci fleure bon les jeux GameBoy de mon enfance. Save me Mr Tako, est effet un jeu de plateforme proposant des graphismes tout en pixels qui rappellent la portable de Nintendo. On y retrouve le charme des palettes de couleurs de l’époque, que l’on peut changer à la volée via une simple pression sur une gâchette. Un mode assez malin permet aussi de sélectionner automatiquement la palette selon laquelle l’auteur a imaginé chaque écran. Les niveaux sous-marins sont assez naturellement bleus, tandis que la forêt est verte. Pour accompagner ces visuels à la nostalgie envoûtante, une bande son chiptune vient habiller le tout. Celle-ci est véritablement réussie et vient parfaire l’ambiance résolument rétro du titre.

Côté jeu, Save me Mr. Tako est un jeu de plateforme assez simple à prendre en main. Une touche de saut, une autre de tir et voilà. Si au départ Tako ne peut lancer que des boules d’encre, il pourra très vite acquérir de nouveaux pouvoirs via les divers chapeaux à débloquer. Lancer des flèches avec le chapeau de Robin des bois, ou se protéger des objets tombant avec un parapluie (mais si, un parapluie c’est presque un chapeau voyons). Les niveaux sont assez simples et bien conçus pour proposer une jolie balade tandis que quelques donjons labyrinthiques viennent avec plaisir corser la progression. On y croisera aussi quelques boss, mais ceux-ci sont malheureusement loin d’être aussi réussis.

Côté scénario, le joueur incarne un poulpe tentant de stopper la guerre entre humains et octopodes. Une quête qui vous fera parcourir le monde et rencontrer moult personnages. Et c’est sans doute ce point qui viendra noircir le tableau. L’histoire est assez insipide et son écriture manque de profondeur. Je sais que les jeux de plateforme des années 90 ne brillaient pas de côté là non plus, mais ils avaient l’avantage de rester au second plan. Dans Save me Mr Tako, l’histoire vient s’introduire tous les 2 ou 3 niveaux sortant le joueur des phases de gameplay trop fréquemment et cassant complètement le rythme du jeu.

On se retrouvera vite à passer les dialogues sans les lire, ou à traverser des villages en courant sans discuter avec ses habitants, juste pour pouvoir jouer à nouveau. On aurait aimé une écriture et un scénario plus travaillés que des PNJ qui vous racontent que “le fils du maire s’est fait kidnapper en allant achetant le pain”. Ou mieux encore, un mode sans histoire permettant de simplement jouer.

En l’état actuel, je n’ai pas fini Save Me Mr Tako. La perspective de devoir passer 20 écrans de texte pour pouvoir jouer me coupe net l’envie de prendre ma Switch. C’est dommage pour un jeu qui proposait pourtant une jolie balade dans l’univers GameBoy des années 90. On peut toujours espérer une Ultra Définitive Final Cut Édition qui viendrait corriger cela un jour.

Foregone

Tout simplement quelconque

Carrion

Vis ma vie de parasite

Laisser un commentaire