Rapide Critique

Submerged: Hidden Depths

Shutan
Publié le 19 mars 2022

Développeur

Uppercut Games Pty Ltd

Éditeur

Uppercut Games Pty Ltd

Date de Sortie

10 mars 2022

Prix de lancement

25 €

Testé sur

PC

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur reddit
Partager sur email

En fait je ne savais pas trop à quoi m’attendre, alors après avoir joué une petite heure, avoir navigué un brin, trouvé des bidules à ramasser grâce à la lorgnette des héros et avoir gravi un bâtiment mis une bouboule dans un troutrou et que les plantes noires sont devenues vertes, je me suis demandé s’il y avait autre chose là-dedans, alors j’ai vérifié la page du magasin dans Steam. Quelle ne fut pas ma surprise de constater qu’en fait, à part explorer et mettre des boules de lumière dans un trou, il n’y avait pas grand-chose à se mettre sous la dent dans Submerged : Hidden Dephts. Mais est-ce bien grave ?

Submerged Hidden Depths est un jeu d’exploration, mi-grimpette, mi-collectathon, où on va diriger un frère et une sœur dans des ruines émergeant d’une mer calme, à la recherche d’un remède à la malédiction de la sœur, qui a comme des petites problèmes d’ordre botanique. Une carte relativement grande, des tours à escalader, des bidules à récolter, on croirait un énième UbiSoft : The Game à première vue, mais c’est un peu différent. On est vraiment dans un jeu plutôt zen et relaxant.

En effet, aucune adversité ne viendra vous contraindre dans la quête des deux ados. Pas d’ennemis, pas de combats, à peine de la plateforme, le jeu se repose en fait sur des bâtiments à escalader, à fouiller et résoudre quelques énigmes pas franchement complexes qui se résument souvent à « je dois poser un truc ici pour pouvoir continuer, mais c’est compliqué de le ramener, ah non il est juste là ». La non linéarité de l’aventure fait qu’il n’y a aucune difficulté particulière, la progression se fait vite et à part quelques objets un peu planqués, il ne va pas rester grand-chose à trouver après une demi douzaine d’heures de jeu. Mais au final, ce n’est pas très grave. Le jeu n’est pas prévu pour se faire d’une traite, il n’y a rien qui presse, aucun enjeu. Récupérer les bidules disséminés partout permettent de décorer le camp de base, ou de changer le bateau, ou les fringues et la coiffure de l’héroïne. On est sur du pur jeu promenade, magnifique, idéal pour permettre de développer le sens de l’orientation et de l’observation chez des enfants.

Enfin dans l’idéal, parce que malheureusement quelques soucis de finition viennent entacher la balade, il n’est pas rare de rester coincé dans le décor, et de devoir recharger complètement le jeu pour s’en sortir. J’ai dû recommencer plusieurs fois un des endroits à visiter car une tyrolienne ne se déclenchait pas, ou que le personnage restait coincé derrière une chaise ou en bordure d’un précipice. Rien de bien embêtant pour des joueurs aguerris et donc habitués à ce genre de choses, mais qui pourraient vraiment frustrer un nouveau venu, ou un enfant, et c’est bien dommage car c’est vraiment le contraire de ce que veut faire le jeu : vous détendre.

Alors oui, c’est court, répétitif un poil bugué, les deux personnages n’ont aucune différence dans leurs capacités, mais c’est joli, coloré, et finalement si on retire les bugs de collision, on est face à une balade pas désagréable dans une sorte de Wind Waker moderne et avec un bateau à moteur et des enjeux plus modestes.

Laisser un commentaire