Rapide Critique

Twilight Oracle

CactusSinger
Publié le 30 janvier 2024
Twilight Oracle

Développeur

Cosmic Void

Éditeur

Cosmic Void

Date de Sortie

30 janvier 2024

Prix de lancement

9,75 €

Testé sur

PC

Première sortie Point & Click notable de l’année, Twilight Oracle était sur les radars des amateurs du genre, notamment après une démo prometteuse sortie il y a maintenant quelques mois. Un peu plus d’un an seulement après la sortie de son dernier titre, Blood Nova, Cosmic Void nous revient avec un Point & Click humoristique rétro, dans un univers fantastique intrigant et au pixel art réussi. De quoi lancer l’Aventure cru 2024 sur de bonnes bases ?

Leo, mauvais élève en difficulté, et stéréotype typique du jeune adulte surfer et procrastinateur, fait face à un bannissement définitif de son université, et à un exil dans un monde désolé. Cependant, l’Oracle se serait pris d’intérêt pour lui, et souhaite lui offrir une dernière chance de prouver ses qualités et sauver sa place. Il va, ainsi que trois autres de ses confrères et consœurs d’infortune, se voir confier une quête, et sera alors envoyé sur un monde inconnu à la recherche d’un élève rebelle qu’ils devront retrouver afin de revenir dans les bonnes grâces des magistrats de l’université. Chaque élève possède une habilité unique. Celle de Leo, le héros de l’histoire, étant la capacité de respirer sous l’eau, encore plus fort qu’un certain Guybrush Threepwood donc. Marcus, lui, peut manipuler une flamme, alors que Jill est capable de lire dans les pensées. Finalement, la compétence d’Olivia vous sera elle révélée plus tard dans l’aventure. Le problème est qu’un bannissement signifierait pour chacun de se voir retirer ses habilités spéciales…

Vous l’aurez compris, ces capacités, si elles servent l’histoire, seront surtout prétexte à une ou deux énigmes les utilisant. Car oui, Twilight Oracle est bel et bien un Point & Click tout ce qu’il y a de plus classique dans ses mécanismes. Plus précisément, il s’agit ici d’un « one button P&C » où toutes les interactions, que l’on examine ou interagisse, se font simplement avec le clic gauche. Il n’en est pas pour autant facile, et présentera un peu de challenge, même pour les aventuriers aguerris. Rien d’insurmontable ceci dit, et on finit par trouver la solution sans guide, même s’il faut parfois forcer un peu avec une ou deux énigmes qu’on qualifiera d’une logique disons… interne à l’univers loufoque de Twilight Oracle. C’est néanmoins assez rare, et la quasi-totalité des énigmes du jeu reste complétement abordable, et est même plutôt bien pensée.

Pour continuer sur le gameplay, on notera la non-présence d’un révélateur de points d’intérêt, pourtant devenu maintenant quasi systématique dans les jeux du genre. Cosmic Void fait ici le choix du rétro en laissant au joueur le soin de lui-même chercher les zones d’intérêt sur les écrans du jeu. Heureusement, cependant, on est très loin du pixel hunting de la grande époque, et l’on trouve facilement les zones et objets avec lesquels on peut interagir, à l’exception peut-être d’un occasionnel passage un peu caché dans le décor. Si vous êtes bloqué, pensez donc bien à regarder si vous n’avez pas raté un accès à un nouvel écran. On ne trouve pas non plus de système de dialogues à choix multiples, mais il faudra cependant bien penser à interagir plusieurs fois avec les personnages ou objets pour épuiser toutes les conversations ou descriptions qui pourraient vous être utiles dans votre progression.

On l’a mentionné, Twilight Oracle est un jeu de fantaisie humoristique, et de fait présente une galerie de personnages originaux, voire loufoques, tel un gobelin concierge, un jeune homme tellement malchanceux que la musique qu’il joue sonne faux même lorsqu’il utilise les bonnes notes, ou encore un poisson géant parlant. L’aventure se passe sur une planète étrange, mais presque paradisiaque, et le jeu parvient d’ailleurs parfaitement à nous immerger dans son univers avec son Pixel Art rétro certes, mais vraiment très joli, avec notamment un jeu de couleurs extrêmement réussi. C’est un vrai plaisir de parcourir les différents lieux et de découvrir un nouvel écran.

Niveau audio, la musique est plutôt agréable et colle parfaitement à une ambiance d’aventure détente à la cool, comme son personnage principal, mais sait se faire plus intense par moment. On notera peut-être une petite répétitivité lorsqu’on est un peu coincé sur le même écran cependant. Les doublages sont eux de qualité un peu inégale. Ils sont plutôt bons dans l’ensemble, et renforcent bien la qualité d’écriture des textes, ce qui est particulièrement vrai pour la très bonne interprétation du personnage principal, dont les répliques font souvent sourire ou facepalmer, selon Mais on note cependant une qualité d’enregistrement audio qui varie fortement selon les personnages, dont certains étant d’assez mauvaise qualité. Rien qui ne vienne gâcher le plaisir cependant.

Twilight Oracle est donc un excellent, bien que classique, Point & Click rétro qui vient lancer l’année 2024 du genre de belle façon. Joli, plutôt drôle, proposant une histoire originale et un challenge bien dosé, il vous fera passer un très agréable moment pendant les 4-5 heures nécessaires pour voir la fin, qu’on aurait cependant aimé voir un poil moins expéditive.

Laisser un commentaire